EconomieEconomie.

ÉTUDE ANNUELLE 2010 DE L’AUTOMOBILE CLUB : LE LANGUEDOC-ROUSSILLON A LA 20EME PLACE DES RÉGIONS FRANÇAISES CONCERNANT LE BUDGET « VÉHICULE-ESSENCE »

Logo_Automobile_Club.jpg

 

 

Comme chaque année, l’Automobile club publie son étude annuelle sur le budget des automobilistes.

 

L'étude a été publiée ce jeudi 16 juin 2011.

 

L'année 2010 a été marquée par une envolée des prix des carburants à la pompe (qui n'était pas terminée en décembre) et par une dégradation continue de la valeur de reprise de la voiture, que l'automobiliste qui roule à l'essence cède lors de l'achat d'un véhicule neuf.
L'inflation des prix à la consommation a beau avoir été nettement plus forte que l'année précédente (1,5 % contre 0,1 %), certains produits et services liés à l'automobile ont fait plus.
Ainsi le carburant (entre 11 et 15 %), la carte grise (près de 4 %), l'entretien (près de 3 %), ou l'assurance (plus de 2 %).
L'automobiliste s'en est préservé, en partie, en diminuant encore son parcours annuel, mais le prix de revient total de son kilomètre a progressé de plus de 3 %.

 

Le prix moyen du baril de pétrole a grimpé en 2010 comme vingt fois l'inflation (en dollar + 30 %) ou vingt cinq fois l'inflation (en euro + 37 %).

 

Heureusement, dans notre porte-monnaie d'automobiliste, le carburant « hors taxe » n'a compté que pour 5 % de nos dépenses (3 % en 2009).

 

Mais additionné de sa TIPP et de sa TVA, le litre de Super a grimpé de près de huit fois l'inflation à 1,35 €, et celui du gazole de près de dix fois à 1,15 €.
L'entretien a un poids non négligeable dans le budget de l'automobiliste : plus de 12 % pour la voiture essence, près de 20 % pour le diesel en 2010. Depuis de nombreuses années, sa progression est en permanence supérieure à l'inflation, tant pour les pièces (+ 39 % en treize ans), que pour la main-d'œuvre (+ 79 %), sans qu'on ne puisse obtenir pour autant une justification économique toujours rationnelle.
Cette année a consciencieusement participé à la tendance avec une main-d'œuvre à + 3,3 % et des pièces plus chères entre + 2 et + 5 %.

 

Influant sur la sécurité du véhicule, l'entretien n'est pas un luxe, mais il en a les prix…

 

Notre automobiliste qui roule à l'essence a parcouru cette année 9 076 km dans une Clio III de 6 CV, qu'il a acheté sans bonus ni malus. Il a baissé très légèrement son parcours annuel (- 1 %), qui lui a pourtant coûté 5 744 €, soit 2,4 % de plus que l'année dernière. Cet accroissement vient principalement du Super (plus de 11 %) et de la perte de valeur de sa Clio de 4 ans (près de 6 %).

 

Notre automobiliste diesel a acheté sa 308 de 5 CV avec un bonus de 500 €. Il consomme 1,3 l de moins que la Clio essence et paie son carburant 15 % moins cher. Son budget entretien est quasiment le double, mais c'est en partie parce qu'il parcourt 72 % de kilomètres en plus. Tous les postes de son budget (dont le carburant + 13,2 %) ont augmenté, sauf son poste Achat-Reprise bonifié. Il a dépensé 7 466 € (+ 1,6 %) pour 15 648 km (- 1,3 %).
L'automobiliste est (peut-être) le premier contribuable de France. Il a versé en 2010 autour de 60 milliards d'euros de contribution au Trésor Public, dont plus de la moitié au titre des carburants.
Face à la TVA de référence à 19,6 %, le budget de l'automobiliste en voiture neuve est imposé en 2010 entre 33 % et 35 %, celui de la voiture d'occasion à 60 %, sans oublier le gazole à 116 % et le Super à 159 %.
Les dépenses liées à l'acquisition de la voiture sont taxées entre 20 % et 25 %

 

Mais les frais liés à l'usage entraînent une imposition de 52 % à 64 % chez les propriétaires de voiture neuve, imposition qui atteint 85 % chez le propriétaire de notre voiture d'occasion.
En 2010, ramenées au kilomètre parcouru, les taxes versées ont augmenté de 2,50 % pour la Clio essence, et de 2,60 % pour la 308 diesel, toujours plus rapidement que l'inflation.
L'« accise » est une forme d'impôt indirect forfaitaire, indépendant de la valeur du produit imposé et qui s'intègre même au prix du produit, ce qui permet de lui appliquer la TVA. Elle est destinée à décourager la consommation des produits nocifs (à la santé ou à l'équilibre commercial). En France, elle est réservée à l'alcool, au tabac et, sous le nom de TIPP, aux carburants automobiles.
Impôt indirect antiredistributeur, son rôle n'est pas économique et encore moins social, il est purement fiscal.

 

Accompagnée de sa TVA, elle a sorti près de mille milliards d'euros, en valeur 2010, des poches de l'automobiliste, depuis le choc pétrolier des années 1970.
Elle a servi essentiellement à « participer » à l'équilibre des comptes de la nation, sans retour spécifique sur les automobilistes, même les plus modestes. En Europe, les pays qui n'ont pas su l'utiliser ont été gravement déstabilisés par la dernière crise financière mondiale.
Fixée une fois par an, la TIPP, impôt archaïque hérité de la gabelle, est incapable de faire face aux changements brutaux qui interviennent en cours d'année, malgré une tentative qu'elle regrette (on est plus souple pour le tabac, et plus permissif pour l'alcool). Elle n'est pas là pour servir l'économie, mais pour s'en servir. Une seule certitude : elle n'envisage ni de disparaître, ni de s'adapter.

 

Suivant les Régions, nos propriétaires de véhicule essence roulent entre 6 700 km et 10 500 km, pour des budgets annuels qui s'étagent de 5 300 € à 6 000 €, avec un prix au kilomètre entre 0,52 € et 0,87 €.

 

Les Régions peuvent décider de prélever, dans leur ressort territorial, une taxe complémentaire à la TIPP sur les achats de carburant. Deux gros centimes par litre, ce n'est pas beaucoup, mais la Région Poitou-Charentes s'en dispense encore cette année.
C'est peut-être la raison qui fait que ces bienheureux riverains de l'Atlantique sont ceux qui font le plus de kilomètres en France, jusqu'à flamber plus de 600 litres dans l'année.
Comme ils disposent de l'un des budgets d'entretien le moins onéreux, et qu'ils paient peu pour garer leur voiture, ils bénéficient du prix de revient kilométrique le plus bas (0,517 €).
Il y a beaucoup de gros rouleurs diesel dans la Région Parisienne, mais notre automobiliste essence, souvent dans une voiture plus âgée, roule beaucoup moins. Son prix de revient kilométrique est deux tiers plus élevé que celui de notre poitevin charentais.
Il faut dire que l'essence, l'entretien et le garage du véhicule sont plus chers dans la Région.
Roulant moins, il parvient sans difficulté à avoir toutefois le budget carburant le moins élevé de tous.
Lorraine, Picardie et Champagne-Ardenne ont les budgets les plus serrés, à moins de 5 400 €.
Ils ne sont premiers dans aucun poste de dépense, mais bien placés partout.
A l'opposé, le Sud se lâche : Languedoc-Roussillon, Rhône-Alpes et Provence Côte d'Azur dépensent entre 5 800 € et 6 000 € en 2010.
L'écart moyen entre les deux groupes est d'environ 10 %. Entre le premier (Lorraine) et le dernier (Provence), il est de 13 %.

 

www.objectifgard.com vous propose de découvrir le budget « véhicule essence » en Languedoc-Roussillon (en Euros en 2010) :

 

Budget annuel : 5 833 (Budget national 2010 : 5 744 €)

Budget maxi : PACA

Budget mini : Lorraine

Le Languedoc-Roussillon est positionné à la 20ème place des régions françaises sur 22. L'écart avec la moyenne nationale est de plus de 1.5% !
Achat reprise : 2 690

Budget maxi : PACA

Budget mini : Corse

 

Frais financiers : 330

 

Assurance : 589

Budget maxi : PACA

Budget mini : Bretagne

 

Carburant : 749

Budget maxi : Basse Normandie

Budget mini : Ile de France

 

Entretien : 744

Budget maxi : Ile de France

Budget mini : Poitou Charentes + Bretagne + Pays de Loire

Garage véhicule : 542

Budget maxi :  Ile de France

Budget mini : Poitou Charentes

 

Péage : 189

Budget maxi : Poitou Charentes

Budget mini : Ile de France

 

Kilométrage annuel : 9 577

Budget maxi : Poitou Charentes

Budget mini : Ile de France

 

Prix au kilom : 0,609

Budget maxi : Ile de France

Budget mini : Poitou Charentes

 

Source : automobile-club.fr

 

Abdel Samari

Créateur d'ObjectifGard, je suis avant tout passionné par les médias et mon département. Ce qui me motive chaque jour : informer le plus grand nombre sur l'actualité du Gard ! Pari tenu ?

Vous aimeriez aussi

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Close

Adblock a été detecté.

Merci de nous aider en désactivant votre blockage de publicité