Uzès-Pont-Bagnols

GARANCE REGGAE FESTIVAL DU 27 AU 30 JUILLET 2011 A BAGNOLS-SUR-CÈZE : VOICI LA PROGRAMMATION COMPLÈTE

Garance-Reggae-Festival-2011-teaser-FR.jpg

 

 

Après le succès de son déménagement à Bagnols-sur-Cèze l’année dernière, le Garance Reggae Festival est de retour au Parc Arthur Rimbaud, à partir de ce mercredi 27 juillet et ce jusqu'au 30 juillet 2011.
Pari réussi pour le Garance Reggae Festival : après le succès de son déménagement depuis Paris en 2010, le célèbre festival se tiendra de nouveau au Parc Arthur Rimbaud de Bagnols-sur-Cèze.

 

Avec plus de 35 000 festivaliers, Garance Productions a placé un nouveau repère sur la carte des festivals internationaux.

 

Célébrant sa vingtième édition, le Garance Reggae Festival affine sa formule et propose désormais quatre jours de concerts. Les sound-systems, traditionnellement présentés pendant la soirée d’ouverture, s’intégreront désormais dans la programmation quotidienne.

 

Entre poids lourds et perles rares, c’est une affiche exceptionnelle qui attend les festivaliers du 27 au 30 juillet. Un site réaménagé pour améliorer l’accueil des festivaliers, et une scène dédiée aux sound systems, le Dub Station Corner : tout est réuni pour faire du Garance Reggae Festival l’événement incontournable de l’été.

 

www.objectifgard.com vous propose de découvrir la programmation 2011 :

 

 


MERCREDI 27 JUILLET 2011

 

BURNING SPEAR (Jamaïque) :
Difficile de parler de reggae sans évoquer le nom de Burning Spear, artiste prolifique et légende vivante. Depuis plus de quarante ans, le célèbre javelot n’a jamais cessé de brûler, dénonçant les injustices et éveillant les consciences. Une carrière unique, couronnée par deux Grammy Awards en 2000 et 2009, et un concert événement : Burning Spear sera au Garance Reggae Festival pour une date unique en Europe cet été.

 

STUDIO ONE REVUE :
Sésame pour toute personne découvrant le reggae, Studio One est un nom magique, la porte d’entrée d’une plongée dans le patrimoine musical jamaïcain. Comme la Motown pour la soul, Studio One était le label phare des années 60 et 70 en Jamaïque. Une pépinière de talents où est né le ska en 1962 et dont les murs ont accueilli les plus grands chanteurs et musiciens. Studio One hébergera ainsi le premier hit des Wailers (Simmer down) et les deux premiers albums de Burning Spear. Dirigé par le producteur Clement « Coxsone » Dodd disparu en 2004, le studio est toujours en activité. La Revue Studio One rend hommage à ce prolifique label et à ses artistes en réunissant certains de ses deejays et chanteurs qui ont écrit la légende du reggae.

 

Avec :
KING STITT (Jamaïque) : Figure inamovible de Studio One, King Stitt est le plus ancien des deejays jamaïcains encore en vie. Véritable pionnier, considéré comme le premier rappeur de l’histoire, son visage déformé lui a valu le surnom de The Ugly One (l’Affreux).
PRINCE JAZZBO (Jamaïque) : Célèbre pour ses nombreux clashes avec I-Roy, Prince Jazzbo a débuté à Studio One avant de mettre ses talents de deejay au service de Bunny Lee ou encore Lee « Scratch » Perry.
DILLINGER (Jamaïque) : Influencé par U-Roy et Dennis Alcapone, Dillinger débute en 1972 chez Lee Perry avant de sortir son premier album chez Studio One. Mais c’est chez Channel One que le deejay plein d’humour rencontrera un succès mondial avec son célèbre Cocaine in my brain.

 

WILLI WILLIAMS (Jamaïque) : Avec son chant aérien, Willi Williams est surtout connu pour son titre Armagideon Time, enregistré en 1979 (et entendu dans le film Ghost Dog de Jim Jarmusch), dont la reprise par les Clash en fera un tube international.
DAWN PENN (Jamaïque) : Mondialement connue pour son hit No, No, No (You don’t love me) en 1967, Dawn Penn a quitté la musique en 1970 avant de revenir avec Steely & Clevie au début des années 90.
WINSTON FRANCIS (Jamaïque) : Winston Francis rejoint Studio One en 1969 et y connaît ses plus grands succès, à l’image de son hit Mr Fix it, qui lui donnera son surnom, ou encore de sa reprise du classique California Dreaming, des Mamas & the Papas.
LONE RANGER (Jamaïque) : Avec son nom de héros de western et ses onomatopées bien à lui, Lone Ranger devient le deejay n°1 en 1980 en toastant sur des riddims classiques roots et rocksteady de Studio One, dont il signera le dernier number one hit.
ALPHEUS (Angleterre) : Dernier artiste signé par Clement Dodd, Alpheus perpétue brillamment la tradition du roots et du rocksteady, comme en atteste son dernier et magnifique album, « From Creation ».
JIM BROWN (Jamaïque) : Membre du Youthman Promotion de Sugar Minott aussi connu sous le nom de Jim Nastic, Jim Brown débuta chez Studio One à la fin des 70’s où il enchaina les hits sur les riddims classiques de l’écurie et posa même sur le premier riddim digital de Studio One, une reprise du Sleng Teng.
CARLTON LIVINGSTON (Jamaïque) : Influencé par les soul men américain (Sam Cooke, Ben E King…), Carlton Livingston démarre en sound system avec Lone Ranger puis en solo chez Channel One avant de rejoindre
l’écurie de Clement Dodd.

 

SOUL STEREO (France) : Fort de plus de 1 500 dates dans toute l’Europe et des résidences au Gibus, au Batofar et enfin à La Bellevilloise, le sound system parisien Soul Stereo accompagnera tous ces artistes aux platines.

 

 

DUB STATION CORNER

 

STEPPIN FORWARD (France) : Composé de I-Derrick, Ranking Guigui et de Junior Leeroy, Steppin Forward naît en 2004, lors des sessions Dub Academy de la première édition du Ja’Sound Festival. Le sound system normand s’emploie depuis à diffuser un roots aux basses rondes et puissantes.
T.i.T (France) : S’il voit aujourd’hui sa renommée grandir au sein de la communauté dub, c’est dans les musiques acidcore et trance que Dj T.i.T a débuté sa carrière au début des années 90. Compositeur, dj, sa musique tend vers l’expérimentation, mélangeant breakbeat et dub psychédélique. En 2010, ses productions sont jouées par Iration Steppas, Blackboard Jungle, ou encore OBF. C’est justement accompagné de Rico (OBF) que l’on découvrira T.i.T au Garance Reggae Festival.

 

LION YOUTH (Suisse) : Influencé par Channel One Sound System, Jah Shaka ou Aba Shanti I, le sound system suisse Lion Youth est fondé en 1998 par le selecta Ras Drix. Rejoint par Jah Tom en 2001, ils animent depuis 2006 leurs soirées dans leur propre salle, le Corner 25. Roots & Culture !
OBF (France) : Résident des soirées mensuelles Dub Quake à Genève, Original Bass Foundation s’est forgé une solide réputation aux quatre coins de l’Europe, où le sound sytem a joué ses productions, dubplates et remixs. Ces guerriers de la scène dub naviguent entre classiques reggae UK et dubs avant-gardistes.
BLACKBOARD JUNGLE (France) : Le collectif de Rouen fondé en 1994 est devenu un pilier de la scène dub hexagonale. Les Rootical Dub Warriors sont les premiers Français à participer aux soirées londoniennes de référence University of Dub. A la fois sound system, studio et label, Blackboard Jungle fera une nouvelle fois profiter les festivaliers de sa sono surpuissante (30KW), construite sur le modèle anglais et bien connue du public français.

 

 


JEUDI 28 JUILLET 2011

 

JIMMY CLIFF (Jamaïque) : Sa contribution à la Jamaïque est telle qu’il est le seul artiste décoré de l’Ordre du Mérite, la plus haute distinction décernée par le gouvernement de l’île. Consacré en 1972 avec le film « The Harder they come », Jimmy Cliff est la première star internationale du reggae, inscrit au Hall of Fame depuis 2010. Infatigable showman, tournant dans le monde entier, Jimmy Cliff présentera son nouvel album et puisera dans sa collection de hits.

 

MIDNITE (Iles Vierges Américaines) : Emmenée par son charismatique leader Vaughn Benjamin, Midnite est la formation emblématique de l’île de Ste Croix (Iles Vierges Américaines). Créée à la fin des années 90, Midnite cisèle un reggae roots lancinant, puissant, qui ne ressemble à aucun autre et ne laisse personne indifférent. Un concert rare, à ne manquer sous aucun prétexte.
SLY & ROBBIE FEAT. JUNIOR REID (Jamaïque) : On ne présente plus la plus célèbre paire rythmique de Jamaïque. Musiciens et producteurs prolifiques à la tête de leur label Taxi, Sly Dunbar et Robbie Shakespeare ont joué ou produit un nombre affolant de chansons (certains avancent même le chiffre de 200 000 titres !). Pur produit de Waterhouse, Junior Reid lance sa carrière au début des années 80 chez King Jammy’s. Après plusieurs hits, il rejoint le groupe Black Uhuru en 1985 pour remplacer Mickael Rose. De retour en solo deux ans plus tard, il explose à l’international en 1989 avec son tube One Blood. Producteur et découvreur de talent, il est resté actif et enregistre avec de nombreux rappeurs. Junior Reid se produira avec Sly & Robbie sur la scène du Garance Reggae Festival.
KEN BOOTHE (Jamaïque) : Plus de quarante ans de carrière et une vingtaine d’albums à son actif : Ken Boothe est une voix en or du reggae, dans la plus pure tradition soul. « Mr Rocksteady », comme l’a surnommé Coxsone Dodd, est l’une des figures du genre. En 1974, sa reprise de Everything I own est en tête des charts en Angleterre et reste son plus gros succès à ce jour.

 

CLINTON FEARON (Jamaïque) : Bassiste et membre fondateur des Gladiators dont il a signé les hits Chatty Chatty Mouth et Poor Man, Clinton Fearon quitte la formation à la fin des années 80 et lance sa carrière solo. Installé à Seattle, d’où il enchaîne les albums de qualité, il perpétue la tradition du « proverbial reggae » dont les Gladiators ont écrit les lettres de noblesse.

 

NATTY (Angleterre) : Révélé en 2008 avec son hit Bedroom eyes sorti sur l’album « Man Like I », Natty compte parmi les meilleurs talents d’outre-Manche. Influencé par le reggae autant que par Bob Dylan, Al Green, ou Fela Kuti, Natty puise son inspiration dans tous les genres musicaux, mais toujours pour servir des textes conscients de sa voix profonde. En 2010, il sort l’EP « Things I’ve Done ».

 

 

- DUB STATION CORNER

 

CARL MEEKS (Jamaïque) : Carl Meeks fait ses classes au sein des sound-systems Youthman Promotion, Stereo Mars, Jah Love ou encore Stereo Gav. Repéré par le photographe George Lemon qui lui finance ses singles, Carl Meeks sort l’album « Jackmandora » en 1989 chez Greensleeves. Il travaille avec des nombreux producteurs, à l’image de King Jammy, Jack Scorpio, Steelie & Clevie, Gussie Clark ou encore Harry J.
SANDEENO (Jamaïque) : Son énorme répertoire couvre aussi bien la période digitale de la fin des années 80 en Jamaïque que la scène stepper anglaise depuis les années 2000. Sandeeno a commencé en Jamaïque au sein du duo Superman & Spiderman, enregistrant un album pour Ranking Joe en 1984. En 1993, il part en solo et prend le nom de Sandeeno. Résidant en Angleterre, il y devient un activiste du mouvement, enregistrant avec les plus grands producteurs d’outre-Manche (Gussie P, Dougie Wardrop, Russ D...).

 

JAHTARI (Allemagne) : Label allemand emmené par Jan Gleichmar (aka Disrupt) et créé en 2004, Jahtari a élaboré un son 100% digital baptisé Digital Laptop Reggae : du dub créé exclusivement à partir d’un ordinateur. La signature sonore du label se reconnaît entre mille : un son rétro 8-bits original, illustré à merveille par le single Ganja Ganja, extrait de l’album « Ode 2 A Carrot » avec la chanteuse Soom T. Disrupt sera au Garance Reggae Festival pour un Live mix.

 

 


VENDREDI 29 JUILLET 2011

 

TIKEN JAH FAKOLY (Côte d’Ivoire) : Ses textes engagés ont fait de lui la star du reggae africain. Inépuisable pourfendeur des politiciens, porte-parole des sans-voix et apôtre d’une nouvelle gouvernance pour l’Afrique, Tiken Jah Fakoly ne mâche pas ses mots et interpelle les dirigeants. En 2010, l’artiste ivoirien a franchi un nouveau cap. Après dix albums, son dernier opus, « African Revolution », emprunte une nouvelle direction artistique, unanimement  acclamée.
THIRD WORLD (Jamaïque) : Depuis le hit 1865 (96° in the shade) en 1977, Third World a porté au fil des décennies son reggae taillé pour l’international. Emmenée par Stephen « Cat » Coore, la formation a traversé les années 80 et 90 en glanant de multiples nominations aux Grammy Awards et en écumant les scènes des cinq continents. Toujours actifs, ils ont sorti leur 23e album, « Patriots », en près de quarante ans de carrière. Du roots aux qualités  irréprochables.
TWINKLE BROTHERS (Jamaïque) : Trio vocal jamaïcain emmené par Norman Grant, les Twinkle Brothers connaissent le succès avec l’album « Rasta Pon Top » en 1975 et ses classiques Give Rasta Praise et Beat Them Jah Jah. En 1993, l’album « Reggae Ina Poland Style », enregistré en Pologne avec Trebunia Family, est le point de départ d’une collaboration qui dure depuis presque vingt ans.

 

JOHNNY CLARKE (Jamaïque) : Il est l’ambassadeur du son Flying Cymbal (qui précède le Rockers), la marque de fabrique du producteur Bunny Lee, illustrée par le terrible hit None shall escape the judgement. Signé chez Virgin en 1976, il sort les albums « Autorized Version » et « Rockers Time Now ». Expatrié à Londres depuis 1983, il reste productif, travaillant avec Mad Professor, Jah Shaka, Steely & Clevie, et King Jammy

 

HORACE ANDY (Jamaïque) : Avec son sublime falsetto, Horace « Sleepy » Andy possède l’une des plus belles voix du reggae. Il la met au service des plus grands producteurs, signant nombre de classiques à la fin des années 70 : Cuss Cuss, Skylarking, Mr Bassie, Money Is The Root of All Evil… A partir de 1990, il connait une nouvelle notoriété en prêtant sa voix à tous les albums de Massive Attack, le célèbre groupe trip-hop de Bristol.

 

JUNIOR KELLY (Jamaïque) : Fer de lance de la génération new-roots, Junior Kelly débute sa carrière au milieu des années 80 mais s’impose surtout à la fin des années 90 grâce à une poignée de singles devenus des classiques, dont le fameux Love so nice. Depuis, sa carrière force le respect. Junior Kelly met sa voix au service d’un message conscient qu’il délivre sur scène avec une énergie et une générosité rare.
KAYAMANGA (Sénégal) : Influencé par Fela, Burning Spear ou Peter Tosh, Kayamanga conçoit sa musique comme l’instrument de son militantisme. Ses textes poétiques sont une invitation au voyage mais participent surtout à une réflexion sur la paix et l’unité africaine.

 

 

- DUB STATION CORNER

 

JAH SHAKA (Angleterre) : LA référence du sound system UK ! Jah Shaka, c’est un son et une personnalité. Rasta convaincu, investi d’une mission, le «Mighty Zulu Warrior » considère le sound system comme le medium du peuple. Il
créé le sien au début des années 70 et en fait le véhicule de son message, éveillant les consciences au gré de prestations hypnotiques. Il se lance dans la production dans les années 80, et pose les fondations du Dub Stepper anglais. Le pape des soirées dub de Londres sera en personne au Garance Reggae Festival : Words, Sound & Power !
KING JAMMY’S LIVE SET (Jamaïque) : Légende vivante, King Jammy a révolutionné le reggae en 1985 en donnant naissance au digital avec son riddim Sleng Teng. Ce fait d’armes lui vaudra sa couronne : avant d’être sacré «King», Lloyd James débute comme disciple du grand King Tubby sous le nom de Prince Jammy. Il signera notamment le premier album de Black Uhuru, avant d’ouvrir la voie au dancehall dans les années 80 et d’en devenir le producteur le plus représentatif. Toujours en activité après plus de trente ans de carrière, sa venue au Garance Reggae Festival pour un live set est un véritable événement.

 

OBF (France) : Résident des soirées mensuelles Dub Quake à Genève, Original Bass Foundation s’est forgé une solide réputation aux quatre coins de l’Europe, où le sound sytem a joué ses productions, dubplates et remixs. Ces guerriers de la scène dub naviguent entre classiques reggae UK et dubs avant-gardistes.
BLACKBOARD JUNGLE (France) : Le collectif de Rouen fondé en 1994 est devenu un pilier de la scène dub hexagonale. Les Rootical Dub Warriors sont les premiers Français à participer aux soirées londoniennes de référence University of Dub. A la fois sound system, studio et label, Blackboard Jungle fera une nouvelle fois profiter les festivaliers de sa sono surpuissante (30KW), construite sur le modèle anglais et bien connue du public français.

 

 


SAMEDI 30 JUILLET 2011

 

GYPTIAN (Jamaïque) : Difficile de passer à côté de Gyptian tant il a survolé l’année 2010, avec son hit crossover Hold you. Une consécration pour le jeune chanteur révélé en 2005 avec Serious Times puis Mama, et qui a conquis son public en affichant ses influences r’n’b et soul. Récompensé par un MOBO et un Soul Train Award pour l’album éponyme « Hold You », Gyptian s’est imposé parmi les artistes majeurs de sa génération.
THE ABYSSINIANS (Jamaïque) : Le trio vocal composé de Bernard Collins et des deux frères Manning est l’auteur de chansons de toute beauté, au premier rang desquelles l’hymne rasta Satta Massagana. Leur album du même nom, produit par Clive Hunt en 1975, est une vraie bible musicale qui compte parmi les albums les plus réédités de la planète reggae. Toujours actifs et exemplaires sur scène, The Abyssinians passeront par Bagnols-sur-Cèze y ciseler leurs magnifiques harmonies vocales.
DANAKIL (France) : C’est la formation la plus en vue du reggae français : depuis dix ans, Danakil suit une courbe ascendante. Après avoir rempli l’Olympia en 2009, les membres de Danakil se sont attaqués avec succès au Zénith de Paris, à l’occasion de la sortie de leur dernier album, « Echos du Temps », enregistré entre Bamako, Kingston et Paris. Véritable groupe de scène, Danakil en fera la démonstration au Parc Arthur Rimbaud.
QUEEN IFRICA (Jamaïque) : Que de chemin parcouru depuis ses débuts ! Surnommée « Fyah Muma » pour l’intensité de ses prestations scéniques, la protégée de Tony Rebel a gravi les échelons, signant de nombreux hits au top des charts ces dernières années. Elle est aujourd’hui considérée comme l’une des meilleures artistes féminines de Jamaïque.
LUTAN FYAH (Jamaïque) : Découvert en 2001 avec Jah Mason et leur terrible Black King, Lutan Fyah sort ensuite son premier album, « Dem No Know Demself ». Alliant technique vocale et textes toujours conscients, il s’est hissé au niveau des singjays les plus talentueux, et a déjà huit albums. Très populaire en Europe dont il affectionne le public, il passera évidemment au Garance Reggae Festival.

 

TONY REBEL (Jamaïque) : Actif depuis le début des années 90, Tony Rebel s’est affirmé comme l’un des pionniers du « ragga culturel ». Valeur sûre du roots dont il est un peu devenu le garant en Jamaïque avec son festival Rebel Salute, son large registre de chant est bien connu du public français.

 

PRESSURE (Iles Vierges Américaines) : Natif de l’île de Ste Croix, où il fonde la Star Lion Family, c’est pourtant en
Jamaïque que Pressure a éclot sous l’égide du producteur Don Corleon. Son deuxième album, « Love and affection », connaît un succès immédiat qui ne s’est jamais démenti.
PROTOJE (Jamaïque) : Révélé en 2010, Protoje incarne la nouvelle génération d’artistes jamaïcains. Son premier album, « The Seven year itch », produit par son cousin Don Corleon, met en évidence son chant gracile et ses textes ciselés.

 

 

- DUB STATION CORNER

 

IRATION STEPPAS FEAT. MAKI BANTON + YT (Angleterre) : L’avant-garde du dub est évidemment anglaise. Mark Iration et Dennis Rootical, les deux fondateurs de Iration Steppas en 1993, sont à l’origine de ce son stepper digital sans concession, qui inspire tant de producteurs aujourd’hui. Mark s’est imposé comme un animateur hors-pair. Il sera accompagné de ses compatriotes Maki Banton et YT, qui a rencontré le succès avec le puissant What’s Wrong en 2003.

 

GUSSIE P Feat PRINCE LIVIJAH (Angleterre) : Gussie P est l’un des ingénieurs et producteurs les plus prolifiques d’Angleterre. A la tête de son label Sip A Cup depuis 1984, il s’associe en 1997 à la célèbre paire Mafia & Fluxy et s’investit dans la production, travaillant avec Fred Locks, Michael Prophet, Cutty Ranks, Earl 16, ou encore Capleton. Il sera sur scène avec Prince Livijah, qui a travaillé avec la plupart des labels et sound-systems d’outre-Manche, avant de rejoindre le label Reality Shock.
HUGHIE IZACHAAR (Angleterre) : Muti-instrumentiste talentueux, Hughie Izachaar est une figure incontournable du roots UK. Né en Jamaïque, arrivé enfant en Angleterre, il joue pour Pablo Gad et Ras Imru. Complice de Jah Shaka pendant des années, il a travaillé avec Jah Warrior, Mad Professor, Dub Syndicate, et plus récemment pour les labels Reggae on Top et Roots Temple (Bush Chemist).

 

OBF (France) : Résident des soirées mensuelles Dub Quake à Genève, Original Bass Foundation s’est forgé une solide réputation aux quatre coins de l’Europe, où le sound sytem a joué ses productions, dubplates et remixs. Ces guerriers de la scène dub naviguent entre classiques reggae UK et dubs avant-gardistes.
BLACKBOARD JUNGLE (France) : Le collectif de Rouen fondé en 1994 est devenu un pilier de la scène dub hexagonale. Les Rootical Dub Warriors sont les premiers Français à participer aux soirées londoniennes de référence University of Dub. A la fois sound system, studio et label, Blackboard Jungle fera une nouvelle fois profiter les festivaliers de sa sono surpuissante (30KW), construite sur le modèle anglais et bien connue du public français.

 

 


LE PARC ARTHUR RIMBAUD
Ce magnifique parc arboré de 4 hectares, situé à 300 m du centre-ville, bordé par la Cèze et créé par la municipalité pour l’organisation de grandes manifestations, accueillera la scène principale du festival, la scène de sound systems et les nombreux stands d’alimentation, d’artisanat, de disques, etc.
HORAIRES
Le site ouvrira ses portes tous les jours à 17h00. La scène des sound systems s’animera dès 17h30 jusqu’à 02h45.
La grande scène accueillera les concerts de 18h00 à 02h45.
Le parc Arthur Rimbaud fermera ses portes chaque soir à 3h du matin.

 

BILLETTERIE
- Pass journée : 35 €
- Pass 4 jours : 99 €
Locations : Fnac et points de vente habituels

 

Source : garancereggaefestival.com

Abdel Samari

Créateur d'ObjectifGard, je suis avant tout passionné par les médias et mon département. Ce qui me motive chaque jour : informer le plus grand nombre sur l'actualité du Gard ! Pari tenu ?

Vous aimeriez aussi

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Close

Adblock a été detecté.

Merci de nous aider en désactivant votre blockage de publicité