SITE NUCLÉAIRE DE MARCOULE : LES SALARIÉS REPLANTENT LE PIQUET DE GRÈVE

Ce matin, dès 6h30, près de 200 salariés ont répondu à l’appel de l’intersyndicale CGT-CFDT-FO-CFTC pour l’action sur l’accord d’entreprise Areva NC. Photo/DR

 

 

Le combat continue pour les salariés d’Areva NC (Marcoule, Pierrelatte, la Hague, Cadarache), branche nucléaire du groupe Areva. Ce matin, dès 6h30, ils étaient près de 200 à bloquer les trois entrées du site de Marcoule, aux côtés des délégués syndicaux CGT-CFDT-FO-CFTC. En cause de ce mouvement de grève, un projet d’accord d’entreprise mené par la direction au niveau national, qui remettrait en cause “les acquis sociaux” des salariés. “La direction veut supprimer les avancements individuels minimum. Elle refuse de reconnaître la pénibilité des travaux en milieu radioactif en supprimant les départs en préretraite. Elle remet en cause les 35 heures et impose une baisse drastique des dotations versées aux comités d’établissement pour les activités sociales et l’augmentation des complémentaire santé etc”, lance Emmanuel Joly, délégué syndical central CGT Areva NC.

Engagées en janvier 2011, “les négociations concernant ce projet d’accord d’entreprise n’avancent pas. Le 27 septembre dernier, nous avions déjà engagé un mouvement de grève mais aucune de nos revendications n’ont été prises en compte. La direction d’Areva NC ne cède pas et veut même avancer la fin des négociations de l’accord au 15 décembre 2011 au lieu du 15 mars 2012 initialement prévu.” L’intersyndicale appelle donc les salariés d’Areva NC à renforcer leur mobilisation en participant notamment aux piquets de grève des entrées du site pour “obtenir un bon accord d’entreprise”.

Un préavis de grève a été déposé pour le 24 novembre, à partir de 6h30, devant les entrées du site nucléaire de Marcoule.

 

 

 

Partager