Actualité générale.Actualités

NÎMES : L’EUROPE S’INVITE AU LYCÉE DHUODA

Le lycée Dhuoda à Nîmes accueille 25 élèves européens jusqu'à dimanche. Photo DR/S.Ma

Eramus, pas de doute, bon nombre de personnes et notamment, les étudiants, connaissent ce programme d'échange européen entre les universités et les grandes écoles. Mais Comenius, qui peut dire ce que c'est ? Les plus cultivés répondront : "Facile, c'est le philosophe, grammairien et père de la pédagogie moderne en République Tchèque." C'est pas faux, mais ce n'est pas le sujet. Comenius, c'est aussi un programme d'échange entre les élèves (de la maternelle au secondaire) européens mis en place par l'Union Européenne en 2002.

Au lycée technologique Dhuoda à Nîmes, c'est Thierry Carat, professeur de Physique-Chimie qui le premier, a été séduit par ce programme. Et avec une petite équipe de collègues, ils ont tenté l'aventure, il y a de ça, dix ans déjà. Depuis, trois projets ont été menés à bien. Cette année, depuis le 15 septembre, c'est un quatrième projet donc, qui est en train d'éclore. "Un projet dure deux ans. Avec les trois lycées européens partenaires (Hohe Landesschule à Hanau en Allemagne, IES Cid campeador à Valencia en Espagne et Rungsted Gymnasium à Copenhague au Danemark) nous proposons à nos élèves un thème qui sert de base de réflexion et de travail tout au long des deux années", explique Thierry Cariat. Et puis, et c'est sûrement ce que préfère les lycéens, chaque délégation reçoit les lycées partenaires pour faire le point et présenter leurs résultats. Ainsi, ce sont les Nîmois qui ont ouvert le bal de ces rencontres en invitant les lycéens allemands, espagnols et danois, dans leur établissement du 23 au 27 novembre.

Au programme de ces deux années, "les jeunes et les addictions". Qui dit addiction, dit drogue. Mais il y a aussi les réseaux sociaux, les jeux vidéos, les jeux d'argent et les achats compulsifs. "Notre objectif est de le faire prendre conscience de ces dépendances et de trouver, tout au long de notre étude, des solutions pour les combattre." Pour Marie, Fiona et Pierre, tous les trois en classe de 1ère au lycée Dhuoda, ce projet est très instructif. "On pense être averti mais en faisant des recherches auprès de la police et de diverses associations, on découvre un autre aspect de ces addictions, de la violente de leurs conséquences", lance Marie, 16 ans, qui avait déjà participé à ce programme l'an passé.

Et puis, en plus d'une prise de conscience, il y a cet échange avec les lycéens européens. Les trois "Frenchies" sont ravis de pouvoir partager un instant de vie avec leurs "voisins". "Ensemble on parle de tout. Finalement, nous ne sommes pas si différents les uns des autres", lance Fiona. A Pierre de reprendre, "sauf qu'on ne parle pas aussi bien Anglais qu'eux." Une remarque qu’acquiescent volontiers les lycéennes allemandes Anna, Géraldine et Sonia, 17 ans. Elles parlent bien l'Anglais mais aussi le Français. "C'est le seul défaut des Français à vrai dire, s'amuse Géraldine. Mais nous avons très bien été reçus. Cette expérience est très intéressante qui nous permet de nous faire de nouveaux amis et de découvrir une ville française." Et les impressions sur Nîmes sont plutôt bonnes. "C'est très beau. Nîmes ressemble à Rome", glisse Anna qui elle, a adoré les Jardins de la Fontaine.

Après une journée de balade avec les "Frenchies" demain, les 25 lycéens allemands, espagnols et danois repartiront dimanche en début de journée. Ce ne sera pour autant qu'un au revoir car une prochaine rencontre aura lieu en avril à Copenhague. D'ici là, on compte sur nos lycéens français pour garder un lien avec leurs amis européens via Facebook, avec modération bien sûr...

Vous aimeriez aussi

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Close

Adblock a été detecté.

Merci de nous aider en désactivant votre blockage de publicité