Actualité générale.ActualitésEconomieEconomie.

BOUYGUES REMPORTE LE CONTRAT PUBLIC-PRIVÉ DU CONTOURNEMENT FERROVIAIRE DE NÎMES ET DE MONTPELLIER

Bouygues, Vinci... Vinci, Bouygues... depuis le mois d'octobre, le coeur du Réseau Ferré de France (RFF) balançait. Mais ça y est, le choix a finalement été donné ce jeudi 12 janvier. RFF a désigné Bouygues, groupement composé de Bouygues TP, DTP Terrassement et Colas (filiale de Bouygues SA), Alstom Transport, Spie Batignolles et les fonds Méridian Infrastructure et FIDEPPP, « attributaire pressenti » du contrat de partenariat public-privé pour la conception, la construction, la maintenance et le financement du contournement ferroviaire de Nîmes et de Montpellier. Bouygues qui face à Vinci présentait "un montant de réalisation du projet le plus bas", a-t-on appris du service communication.

D’un montant de deux milliards d’euros, cette infrastructure prévue pour 2017, sera la première ligne à grande vitesse "mixte", utilisée par le fret et les voyageurs.

Cette ligne a pour objectif d’améliorer significativement la qualité de service et la performance du transport ferroviaire : le transport de marchandises, notamment avec l’Espagne, l’offre à grande vitesse pour l’accessibilité des grandes villes de la région Languedoc-Roussillon, et le développement des trains régionaux. Inscrite dans le prolongement des lignes à grande vitesse existantes Paris-Lyon et Méditerranée vers l’Espagne, elle constitue un maillon supplémentaire pour la construction de l’Europe ferroviaire.

Le lancement de la construction du contournement de Nîmes et de Montpellier est prévu pour la fin 2012. Ce chantier d’une durée de quatre ans générera environ 6 000 emplois directs et indirects par an qui profiteront à l’économie régionale.

En chiffres

80, c'est la longueur en kilomètres de lignes nouvelles, dont 60 km de lignes à grande vitesse entre Manduel (à l’est de Nîmes) et Lattes (à l’ouest de Montpellier), et 20 km de raccordements vers le réseau classique (10 km de liaisons sur la rive droite du Rhône et 10 km de raccordements vers Jonquières, Lattes et Manduel).

2,06, c'est en milliards d’euros d’investissements, dont 1,83 milliard pour le contrat de partenariat.

6 000, c'est le nombre d'emplois qui devraient être créés an lors de la durée du chantier dont 7% d’emplois en faveur de l’insertion professionnelle.

2, c'est le nombre de gares qui vont être créées par RFF : Montpellier Odysseum et Nîmes Manduel-Redessan.

2017, l'année de mise en service du contournement de Nîmes et de Montpellier.

 

Vous aimeriez aussi

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Close

Adblock a été detecté.

Merci de nous aider en désactivant votre blockage de publicité