ActualitésPolémique.Santé.Société

PROTHÈSES PIP : QUELQUES 200 PORTEUSES À NÎMES

C'est une information publiée ce jeudi 12 décembre dans les colonnes de la Gazette. D'après une enquête menée au près des trois services nîmois de chirurgie plastique et reconstructrice dont la polyclinique Grand Sud, le CHU de Nîmes et la clinique Kennedy, plus de 200 femmes porteraient des prothèses mammaires PIP dans le Gard. Ces mêmes prothèses qui depuis le mois de décembre sont au cœur d'un scandale sanitaire, soupçonnées d'être à l'origine de cancers. Si le CHU ne compterait aucune patiente concernant l'implantation de prothèses PIP, la polyclinique en compterait elle un peu moins de vingt et Kennedy 194. Les deux cliniques privées auraient d'ailleurs agi avec prudence en entrant en contact avec les patientes et ce depuis 2010 alors que les premiers soupçons apparaissaient. Sur ses 194 patientes, la clinique Kennedy a procédé à 20 opérations d'explantation pour cause de rupture des prothèses. "Trois [patientes] ont dû avoir un curage car il y avait du silicone dans leurs ganglions. Mais pas de cancer", a précisé un chirurgien de la clinique Kennedy à nos confrères de la Gazette.

À noter que samedi 14 janvier, de 10h à 12h au Café Carré à Nîmes, l'association Europa Donna Languedoc-Roussillon organise une réunion sur le thème des prothèses PIP.

 

 

 

Vous aimeriez aussi

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Close

Adblock a été detecté.

Merci de nous aider en désactivant votre blockage de publicité