ActualitésPolémique.

GILBERT COLLARD : LA TAUROMACHIE, « ELLE EST DANS NOS TRADITIONS »

Photo © objectifgard.com / MA

Pour Claire Starozinski, porte-parole de l’Alliance Anticorrida, le fait que la tauromachie ne soit pas inscrite au patrimoine culturel immatériel de la France, mais seulement à l’inventaire de ce patrimoine constitue une victoire. Elle a précisé suite à cette nouvelle : « Nous avons l’assurance que l’État français ne présentera jamais la demande du classement de la tauromachie au patrimoine immatériel de l’humanité de l’Unesco ».

Pour Gilbert Collard, l’avocat très médiatique, proche de longue date de la candidate à la Présidentielle de Marine Le Pen, et candidat déclaré dans la deuxième circonscription du Gard pour les prochaines législatives, a un tout autre regard sur la tauromachie. En marge du déplacement de Jean-Marie Le Pen dans le Gard dimanche 15 janvier (à l’hôtel Atria de Nîmes) pour soutenir la campagne de la fille de ce dernier, Gilbert Collard a souhaité défendre le « respect de la tradition des régions ». D’après lui (qui nous a rappelé son attachement à la région, et notamment sa filiation avec un ancien député du Gard, né à Pont-Saint-Esprit), la tauromachie, « comme le dit la loi et la jurisprudence, elle est dans nos traditions. Donc il faut que les gens qui n’acceptent pas la corrida n’y aillent pas, mais qu’ils n’empêchent pas ceux qui aiment la corrida d’y aller voilà. Ça fait partie aussi de ce principe de liberté, que moi je revendique. Non seulement pour moi, mais aussi pour les autres ». Pour l’homme de droit, peu importe que cela déroge aux règles de droit  en vigueur sur le reste du territoire, au nom d’une exception culturelle locale : « peu importe. Il faut vraiment défendre nos cultures régionales. C’est ce qui fait [en partie] que l’on se sent ancré. On parle souvent de l’unité nationale… C’est l’ancrage qui manque pour que l’ensemble des populations, d’où qu’elles viennent, se sentent bien. Il faut qu’il y est l’ancrage  dans l’enracinement dynamique de l’histoire d’une nation ». Il fait par ailleurs référence au domaine artistique en citant Picasso et Hemingway qui ont « magnifiquement écrit et peint sur la corrida » d’après lui. Son plaidoyer s’achevant sur la nécessaire compréhension des traditions locales. Traditions qui feraient « l’unité de la France sans devoir [forcément] les pratiquer ou les aimer ».

Etiquette

Vous aimeriez aussi

2 réactions sur “GILBERT COLLARD : LA TAUROMACHIE, « ELLE EST DANS NOS TRADITIONS »”

  1. Dommage que de si bons cavaliers s’adonnent à la torture et la mise à mort d’animaux que nous préferons mille fois voir dans les prairies en liberté que dans le cercueil en plein air qu’est l’arêne.
    C’est peut-être dans leur habitudes mais aucune habitude, surtout si elle s’avère contestée partout en Europe et pas par peu de monde mais par la majorité, ne peut être changée. Un habitué qui n’arrive pas à changer est un esclave de soi-même, addict dans ce cas-ci à la mort!
    Je suis belge. J’ai pour habitude de passer les vacances en France mais ni moi ni mes relations ne metons encore un pas sur les terres souillées de sang d’innocentes créatures. Alès, Mimizan, Nîmes, Tartas, Rodilhan, Istres .. autant de villages et de villes pour lesquelles j’espère un mieux, une évolution vers le respect de la vie! Alors on pourra y revenir avec joie!
    Nadine Van Hoeserlande

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Close

Adblock a été detecté.

Merci de nous aider en désactivant votre blockage de publicité