Nîmes

LE FESTIVAL FLAMENCO DE NÎMES 2012 TOUCHE A SA FIN : PROGRAMME DU VENDREDI 20 ET SAMEDI 21 JANVIER 2012

 

 

Le festival flamenco de Nîmes 2012 touche à sa fin ce week-end ...

www.objectifgard.com vous propose de découvrir les dernières représentations au programme :

Théâtre de Nîmes = Vendredi 20 janvier 2012 à 20h : Musique / De Tangos y jaleos

Invitation au voyage… Un flamenco âpre et authentique, injustement méconnu.

HORMIS le grand cantaor Porrina de Badajoz (disparu en 1977), la province proche du Portugal n’a guère fait parler d’elle dans l’histoire. L’Estrémadure a pourtant préservé un art flamenco basé sur des tangos et jaleos qui lui sont propres. Replié sur les îlots gitans des villes, dont la célèbre Plaza Alta de Badajoz, ce flamenco familial et festif reste le témoin émouvant d’une culture en sursis. Le Festival de Nîmes et la Junta d’Estrémadure ont su nouer des liens étroits afin de présenter pour la première fois en France ces artistes authentiques. Parmi eux émergent la guitare de Miguel Vargas, la danse du vieux « Peregrino » ou les voix d’El Madalena et d’Alejandro Vega. Mais c’est La Kaita, flamenca sauvage aux yeux verts, qui sait comme personne se livrer corps et tripes au cante. On se souvient de ses apparitions incendiaires dans le film Vengo (2000) de Tony Gatlif.

 

Odéon = Vendredi 20 janvier 2012 à 22h30 : Danse / Eva Luisa : Acuérdate

Dans son spectacle Acuérdate, la danseuse nîmoise témoigne du culot des jeunes flamencos de France.

ELLE A DU CHARME, de la sensibilité, de la ténacité mais aussi une belle énergie. Elle illustre à elle seule l’enracinement du flamenco dans sa ville et l’audace tranquille de sa génération. Complice du percussionniste gitan Juan Manuel Cortes, Eva Luisa a fondé avec lui sa compagnie dès 2007. Ses premiers spectacles ont été applaudis partout en France, elle a remporté en 2009 le prix « jeunes espoirs » au festival de Genève et se produit régulièrement en Espagne. Eva n’est pas seulement danseuse de grâce et de légèreté. Cette jeune femme obstinée a du charisme et l’avenir lui sourit.

 

Institut Emmanuel D'Alzon = Samedi 21 janvier 2012 à 17h : Musique / Inés Bacán - Antonio Moya

Inés est une reine, une voix d’ange surgie du puits sans fond du flamenco gitan. A ses côtés, son frère de coeur : le guitariste Antonio Moya.

INÉS, héritière des Pinini de Lebrija, jeune soeur du regretté Pedro Bacán, le guitariste qui a marqué son époque, n’est pas une artiste ordinaire. Réservée et modeste, elle ne s’est jamais sentie chanteuse de métier. Parce que justement, ce n’est pas son métier. Inés ne calcule rien, ne prévoit rien, ne travaille rien. Son cante est souffle intérieur, psalmodie d’une mémoire intacte. Inés n’est pas chanteuse. Inés est le chant. A ses côtés, Antonio Moya, son complice si attentif. Antonio le nîmois s’est enraciné depuis plus de vingt ans en Andalousie, à Utrera, la ville de son épouse Mari Peña, elle aussi grande chanteuse, elle aussi reliée au clan des Pinini. Antonio, aujourd’hui, est un guitariste profond, puissant, exigeant et tout ce que lui a transmis Pedro Bacán, le meilleur ami de sa vie, il le porte et le grandit.

 

Abdel Samari

Créateur d'ObjectifGard, je suis avant tout passionné par les médias et mon département. Ce qui me motive chaque jour : informer le plus grand nombre sur l'actualité du Gard ! Pari tenu ?

Vous aimeriez aussi

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Close

Adblock a été detecté.

Merci de nous aider en désactivant votre blockage de publicité