EconomieMédias.

SEPT À HUIT : REPORTAGE SUR NÎMES, L’UNE DES VILLES LES PLUS VIDÉOSURVEILLÉES

Dimanche 22 janvier, l'équipe de journalistes de Sept à Huit (diffusée sur TF1) a consacré un reportage d'une quinzaine de minutes sur Nîmes et son centre de supervision urbain, le poste central de la ville : "L’œil de Nîmes". Dans ces locaux, 16 opérateurs municipaux (en relais) reçoivent les images des 84 caméras de vidéosurveillance dispersées aux quatre coins de la capitale gardoise. Mais attention, ces fonctionnaires de la municipalité qui n'interviennent pas sur le terrain, doivent montrer pattes blanches avant de pouvoir manipuler les caméras. Ils sont d'ailleurs soumis à un contrôle d'identification spécial à l'entrée du centre.

24h/24, 7J/7, les opérateurs traquent les faits de délinquance grâce à ces caméras qui permettent de fournir des informations détaillées (description d'individu, plaque d'immatriculation etc) aux agents du commissariat de police de Nîmes chargés d'intervenir si nécessaire. En cas de besoin, les images conservées pendant deux semaines, peuvent être transférées au commissariat.

Avec ses 84 caméras, pour un coût de 2 millions d'euros en 4 ans -- 30% étant financé par l’État -- Nîmes fait partie des villes les plus vidéosurveillées de France, est à vue son taux de délinquance baissé, même si les faits de violence à la personne persistent.

En image

Vous aimeriez aussi

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A lire également

Close
Close