Personnalités.PolitiquePolitique.Société

CHRISTIAN BOURQUIN : « LE GARD, L’UNE DES CINQ ÉTOILES QUI DOIT BRILLER »

Christian Bourquin, président du Conseil régional Languedoc-Roussillon et les élus gardois ont présenté leurs voeux à la presse. Photo DR/S.Ma

"La Région a cinq étoiles, le Gard est l'une d'elles, et je souhaite qu'elle brille, non pas qu'elle étincelle mais qu'elle brille encore plus fort grâce à la réalisation de projets ambitieux." C'est ainsi que Christian Bourquin, président de la Région Languedoc-Roussillon, entouré de sa "team" gardoise, a commencé son discours des vœux à la presse, ce jeudi 26 janvier, à la Maison de la Région de Nîmes, plantée face aux Arènes. Des vœux qui finalement ressemblaient plus à "un programme" -- c'est lui-même qui le dit -- qu'à des souhaits sur fond de revalorisation du rôle des Conseils régionaux. Zoom sur le discours du président du Languedoc-Roussillon.

Investir malgré la crise

"Chaque année, la Région crée 5 000 logements sociaux". Et bien, avec la signature d'une convention du logement, le 18 novembre 2010, Christian Bourquin affirme que la création sera boostée, passant à 10 000 logements sociaux par an, dans cinq, six ans maximum. Comment ? "Les financements, on les a. La Région consacre 2% de son budget qui s'élève à 1.152,5 milliard d’euros pour 2012. La vraie problématique, c'est le foncier, les contraintes urbanistiques." Une problématique, mais pas un frein pour le président de Région, qui malgré la crise, mise tout sur l'investissement. Chiffre à l'appui. Le Conseil régional consacrerait 43% de son budget à l'investissement maintenant sa dette à l'équilibre tandis que l’État, avec à sa tête l'opposition, n'en consacrerait que 3% et verrait sa dette augmenter de 5%. "L'investissement, est donc l'emploi, peut permettre de faire face à la crise. Et ce sont les Régions qui ont l'investissement en main [...] La relance de la France peut se faire confiance aux Régions qui peuvent investir sur leur territoire pour la construction de ports, de lignes ferrées, d'autoroutes. Ce qui signifie la création d'emplois qui ne sont pas délocalisables. L'avenir, ce n'est pas l’État-Nation seul, mais aussi l'État-Région. Prenons l'exemple du contournement Nîmes/Montpellier dont la région participe à hauteur de 400 millions d'euros, avec ce chantier, ce sont 6 000 emplois vont être créés. Un autre chantier d'ici 2020, la création de la ligne à grande vitesse Perpignan/Montpellier."

Les réalisations 2012 de la Région

La Région se targue de trois "innovations" qui ont émergé sur les terres du Languedoc-Roussillon en 2011. Des innovations souvent contestées mais le président à réponse à tout. LoRdi. Les 32 000 lycéens du Gard et de l'Hérault ont eu droit de la part de du Conseil régional pour un montant total de 15 millions d'euros par an. Les critiques vont bon train, pointant du doigt certains professeurs aux connaissances limitées concernant le numérique ou encore un outil informatique mal exploité. "Cet ordinateur est un outil efficace entre les mains des lycéens pour aborder le monde numérique. Alors bien sûr, il va falloir changer quelques habitudes" lance Christian Bourquin en ajoutant sur le ton de la confidence, "bien sûr, nos opposants n'aiment pas le changement mais ce n'est pas un mal pour nous." La Lozère, les Pyrénées-Orientales et l'Aude devrait recevoir bientôt LoRdi marqué du sceau du Languedoc-Roussillon.

Des opposants, le Conseil régional en a trouvé aussi sur sa route pour imposer son train à 1€ sur la ligne Nîmes/Aigues-Mortes/Le Grau-du-Roi. Et pourtant, le projet a bien pris forme et le président ne compte pas s'arrêter en si bon chemin. "En moins de trois ans, le train à 1€ circulera sur le 1 500 km de la région."

Troisième et dernière innovation, l'aide au permis de conduire pour les apprentis. "La région consacre 142 millions d'euros sur 5 ans pour l'apprentissage". Dans le but de passer d'un peu moins de 20 000 apprentis par an à 22 500. "Cela implique entre autre de se concentrer sur la reconstruction des CFA." De nouveaux chantiers en perspective, mais nous n'en saurons pas plus.

Le coup de gueule de Christian Bourquin

Le président de la Région a adressé un petit message personnel à Jean-Paul Fournier, sénateur-maire de Nîmes au sujet d'un soucis de logo apposé sur la pancarte du chantier du musée de la romanité. "Nous participons au projet à hauteur de 10 millions d'euros, il serait temps que monsieur le maire rectifie ce petit détail. Il s'agit tout de même du logo d'une institution de la République Française, il faudrait qu'il le comprenne." Le message est passé.

 

Vous aimeriez aussi

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Close

Adblock a été detecté.

Merci de nous aider en désactivant votre blockage de publicité