A la uneActualité générale.ActualitésPolémique.

NÎMES : PRIVÉ D’EAU, LE NEMAUSUS SOMBRE DANS LES MÉANDRES DE LA POLÉMIQUE

C'est encore une fois, le grand froid, la cause de ce couac qui anime le président de l'association des Amis du Nemausus, Nicolas Droguet et le bailleur social, Vaucluse logement. Vendredi dernier, le 3 février, alors que le vent secouait les nuages et que le thermomètre affichait jusqu'à -7°C, les locataires des 114 appartements des deux immeubles Nemausus, ont eu la mauvaise surprise de se retrouver sans eau, voire pour certains sans chauffage. "Les canalisations mal isolées et les compteurs d'eau ont complètement gelé" raconte Nicolas Droguet. Jusque là, rien d'anormal si l'on en croit la Saur, distributeur de l’eau potable dans le Vaucluse, l’Hérault et une partie du Gard, les 25 000 appels en détresse reçus au sein de sa cellule de crise et les milliers d'interventions menées par les agents de la Saur dans le département, pour aider les personnes privées d'eau.

Oui mais voilà, ce vendredi 3 février, le président des Amis du Nemausus passe quelques coups de fil à l'antenne nîmoise de Vaucluse logement, où on lui aurait répondu : "On doit attendre le dégel avant d'intervenir, ironise-t-il avant d'ajouter. Et pendant ce temps, les familles n'ont pas de quoi se laver et ont froid. On a donc décidé de faire pression sur ces financiers qui savent encaisser des loyers mais quand il s'agit de la gestion locative... Nous avons donc contacté la presse, puis alerté le Préfet du Gard par le biais de son directeur de cabinet, Thierry Laurent. Rien a été fait comme il fallait, ils ont utilisé de petits moyens, ils ont été en deçà de ce qu'on pouvait attendre d'eux."

Du côté de Vaucluse logement, on se défend de "quelconque pression qui aurait pu agir sur les délais d'intervention" a-t-on appris de Karine Chesnel, la responsable de la communication. "Dès le week-end, nous avons mis un point d'eau à la disposition des locataires au sein même de la résidence Nemausus. Lundi, cinq plombiers se sont déplacés pour intervenir sur les canalisations gelées qui sont à l'extérieur du fait du bâti atypique des deux immeubles. En ce qui concerne le chauffage, tout est revenu dans l'ordre. On comprend que ce ne soit pas évident pour les locataires, mais nous essayons de trouver des solutions valables à ce problème qui est le résultat de conditions climatiques exceptionnelles." Et puisque l'intervention des cinq plombiers n'est pas suffisante, près d'une semaine après la coupure, l'eau n'étant toujours pas revenue, Vaucluse logement présidé par Michel Gontard, dont le siège est situé sur Avignon, propose "aux locataires incommodés d'être logés à l'hôtel à nos frais." Le bailleur social aurait aussi adressé des bouteilles d'eau à ses locataires nîmois.

À Nicolas Droguet de reprendre, "la remise en service de l'eau devrait être effective vendredi." Une bonne nouvelle pourrait-on penser. Mais le président des Amis du Nemausus reste méfiant. Car les travaux de résidentialisation et de réhabilitation menés sur les deux immeubles et financés par le bailleur social ne seraient pas satisfaisants. "Ces travaux qui ont coûté 3 millions d'euros n'ont pas été faits dans les règles de l'art. Vaucluse logement s'est d'avantage concentré sur l'esthétique que sur le bien-être des familles. La deuxième phase de ce chantier, qui comprend l'électricité, la plomberie, l'étanchéité à l'eau, la reprise des portes d'entrée -- qui laissent échapper de la chaleur, soit dit-en passant -- semble inachevée. Nous demandons à ce que l’État qui a subventionné ces travaux avec Nîmes Métropole (à hauteur de 22% du budget global, Ndlr) joue son rôle de contrôle. Il faut que le bailleur social réinvestisse des fonds propres dans le chantier de Nemausus. Sans quoi, nous demanderons à l’État d'assigner Vaucluse logement en justice." C'est dit.

Pour Vaucluse logement les travaux sont bels et bien finis. "Les travaux de résidentialisation ont été réalisés de 2008 à 2009 pour un montant de 786 922€. Ceux de réhabilitation ont commencé début 2010 et ont été achevés en mars 2011 pour 2 050 000 €. Mais nous avons une garantie de parfait achèvement d'un an, soit jusqu'en mars 2012, avec les entreprises qui ont participé au chantier. C'est-à-dire que si nous devons revenir sur des travaux, les entreprises doivent intervenir. Ajoutons que les travaux n'ont engendré aucune hausse des tarifs de location" explique Karine Chesnel.

Nemausus en quelques chiffres

114 appartements sur les deux immeubles.

Les locataires sont à 67% des familles avec enfants, à 21% des personnes seules et à 12% des couples sans enfant, d'après des chiffres de juin 2010.

2 836 922€, c'est le coût global des travaux menés sur Nemausus depuis 2008 co-financés par Vaucluse Logement ainsi que Nîmes Métropole et l’État à hauteur de 22%.

 

 

Vous aimeriez aussi

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Close

Adblock a été detecté.

Merci de nous aider en désactivant votre blockage de publicité