ActualitésPolémique.

ALÈS : LES ÉLÈVES DES AUTO-ÉCOLES SCOLIERI POURRONT FINALEMENT PASSER LEUR EXAMEN

Des salariés non payés qui se sont mis en arrêt-maladie, des élèves lésés qui ne peuvent ni passer leur examen du code de la route, ni se faire rembourser les frais de dossier... les auto-écoles Scolieri d'Alès et de Saint-Ambroix, propriétés d'un certain Cédric Crouzier, sont au cœur d'une tourmente révélée par Midi Libre. Et pour cause, les portes des deux établissements sont closes depuis peu, laissant les élèves sans information, et dans leur colère. Les employés eux ont trouvé du réconfort auprès du conseil des prud’hommes qui a rendu jeudi 9 février son délibéré obligeant Cédric Crouzier, à verser les rémunérations aux salariés. Une liquidation judiciaire serait aussi à prévoir.

Oui mais les élèves alors ?  Et bien, c'est la Sous-préfecture d'Alès qui vient à leur secours en mettant en place un dispositif exceptionnel afin de leur permettre de poursuivre leur parcours de formation à la conduite dans une nouvelle auto-école.

Ces élèves sont donc invités à se rendre aux guichets de la Sous-préfecture, du lundi 13 au mercredi 29 février de 8h30 à 12h et de 13h à 15h30. Elles pourront ainsi se voir remettre un formulaire et une copie de leur relevé d’information. Sur la base de cette démarche, la nouvelle auto-école sera en mesure de leur remettre un duplicata de leur dossier qui sera validé par la Sous-préfecture.

Les dossiers des personnes inscrites dans ces auto-écoles qui ont réussi l'épreuve du code de la route seront quant à eux orientés par la Sous-préfecture, vers la Direction Départementale des Territoires et de la Mer pour qu’ils puissent être validés.

Vous aimeriez aussi

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Close

Adblock a été detecté.

Merci de nous aider en désactivant votre blockage de publicité