Actualité générale.Actualités

GUIDE MICHELIN 2012 : PEU DE CHANGEMENTS DANS LE GARD

Ce lundi 27 février 2012, la traditionnelle sortie du Guide Michelin a fait des heureux, et des moins « chanceux », s’il on peut parler de chance dans un milieu qui réclame tant d’investissement au quotidien.  Le célèbre guide gastronomique a fait entrer dans le club très serré des 3 étoiles l’ancien second de Marc Veyrat, Emmanuel Renaut, installé à Montgenèvre (Haute-Savoie), pour l’établissement Les Flocons de Sel.

Dans la région, l’ancienne pensionnaire du Ranquet à Tornac (près d’Anduze), Anne Majourel, désormais basée à Sète, décroche une étoile pour cette édition 2012, et son restaurant de “La coquerie”.

Deux ans après l’avoir perdue, en Lozère, Cyril Attrazic, le chef du restaurant “Chez Camillou” (à Aumont-Aubrac) est aussi récompensé.

Franck Putelat, de son côté, entre dans le club des doubles étoiles pour la cuisine proposée par son restaurant « Le Parc », à Carcassonne (dans l’Aude).

Confirmation et perte d’étoile dans le Gard

Dans le département gardois, confirmation des deux chefs doublement étoilées, Jérôme Nutile à l’Hostellerie le Castellas, à Collias, ainsi que pour Michel Kayser du restaurant Alexandre à Garons. Idem pour les maisons « une étoile » : Le Prieuré, installé à Villeneuve-lès-Avignon et Entre Vigne et Garrigue, situé à Pujaut.

A contrario, « exit » pour le chef originaire de Toulon (Var), Olivier Gulizzi, qui avait succédé à Anne Majourel. Le varois avait quitté le Ranquet en cours d’année, « suite à des problèmes de santé », d’après la direction, qui l’a récemment remplacé (en janvier 2012), par un chef d’origine locale, Paul Gay-Para. Une réduction de prestige qui n’a « rien à voir avec la qualité de la cuisine proposée, qui reste plus que jamais orientée vers le terroir local », nous explique-t-on au Ranquet. La maison avait d’ailleurs prévenu le Guide Michelin en cours d’année. « Une conséquence logique », quasi-mécanique d’après la direction. Même son de cloche au Vieux Castillon, installé à Castillon-du-Gard. « Le chef Ducros étant à peine arrivé, c’est logique que l’on perde cette étoile. A nous de la regagner. Nous n’en doutons pas, vue la qualité du travail du chef, au moins aussi élevée que son prédécesseur ». « Il s’agit d’une période d’entre-deux », d’après la direction du Vieux Castillon.

Etiquette

Vous aimeriez aussi

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Close

Adblock a été detecté.

Merci de nous aider en désactivant votre blockage de publicité