ActualitésPolémique.

MAISON D’ARRÊT DE NÎMES : LES SURVEILLANTS ONT LEVÉ LE PIQUET DE GRÈVE

Après une journée de blocage, mardi 28 février, la poignée de surveillants de la Maison d'arrêt de Nîmes ont finalement levé le camp. Ils protestaient contre un phénomène de surpopulation et de violence dans les murs de l'établissement pénitentiaire qui comprend 360 détenus pour 192 places.

"Nous avons arrêté hier, vers 16 heures" lance Philippe Asencio, délégué régional FO pénitentiaire. S'ils ont levé le piquet de grève, le personnel de la Maison d'arrêt de Nîmes continu le combat. "Nous avons fait une demande pour que tous les partenaires -- personnel, syndicat et direction -- puissent participer à une réunion sur le thème de la violence en prison à l'égard des surveillants. La direction interrégionale à Toulouse représentée par Georges Vin semble tout à fait favorable à cette rencontre qui devrait avoir lieu dans une quinzaine de jours."

Les sanctions pénales

Lors de ce mouvement de grève, les surveillants réclamaient aussi une réévaluation à la hausse des sanctions pénales suite à l'agression d'un personnel en tenue. "Actuellement la sanction est de 10 mois de prison, nous souhaitons qu'elle passe à 12 mois ferme sans remise de peine. Nous allons écrire un courrier au parquet pour faire entendre notre volonté" affirme Philippe Asencio.

L'heure est donc à l'attente de réponses concrètes concernant les revendications des surveillants.

 

Vous aimeriez aussi

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Close

Adblock a été detecté.

Merci de nous aider en désactivant votre blockage de publicité