EconomieEconomie.

LANGUEDOC-ROUSSILLON : 400 M€ DÉDIÉS AU CONTOURNEMENT NÎMES/MONTPELLIER

La session plénière du Conseil régional Languedoc-Roussillon qui s'est tenue hier, soit le vendredi 2 mars, à l'Hôtel de Région à Montpellier a laissé (volontairement) échapper quelques chiffres sur l'engagement de la Région sur divers domaines et notamment le transport durable et le contournement ferroviaire Nîmes/Montpellier dont le coût total atteint les 1 974 M€. 400 M€ viennent directement de la Région.

Depuis 2004, la Région tente d'imposer une politique forte de transports durables avec notamment le lancement de diverses actions en faveur du report de la route vers les modes ferroviaires et maritimes dont la mise en œuvre d’une stratégie logistico-portuaire s’appuyant sur un ensemble d’équipements, les quatre ports (Sète, Port-La Nouvelle, Port-Vendres et l'Ardoise) et les 18 PRAE permettant un report modal efficace pour le fret et l’attractivité économique du territoire. Ainsi que le développement du transport ferroviaire de voyageurs assurant la connexion aux territoires national, européen et international, et offrant une meilleure mobilité à la population du Languedoc-Roussillon, à un meilleur prix grâce à le mise en place progressive du Train à 1€.

La Région va franchir une nouvelle étape -- en plus de la création d'un outil portuaire à Sète -- dans son implication dans le domaine du transport ferroviaire : la construction du contournement de Nîmes et de Montpellier, en apportant près de 400 M€ au maître d'ouvrage RFF pour le financement du projet, aux côtés de l’Etat et des collectivités locales (Communauté d’Agglomération de Montpellier, Communauté d’Agglomération de Nîmes – Métropole, Conseil Général du Gard). Un projet qui selon le président du Conseil régional, Christian Bourquin, répond à trois objectifs, "améliorer les liaisons entre les capitales régionales du sud-est de la France et la région parisienne, créer des liaisons rapides entre les capitales régionales grâce à des lignes transversales et des lignes d'interconnexion en Ile-de-France et participer à la construction de la continuité de la circulation à grande vitesse entre Paris, Nîmes, Montpellier, Perpignan, Barcelone..., et contribuer à la résorption des goulets d’étranglement sur les grands axes de transport."

Le projet de contournement ferroviaire de Nîmes et de Montpellier vise à réaliser un tronçon de ligne nouvelle mixte de 61 km de Lattes à Manduel, en prolongement de la LGV Méditerranée, d’un tronçon de 9 km de ligne nouvelle entre Manduel et Saint -Gervasy, permettant de rejoindre la ligne de la rive droite du Rhône, et d’environ 12 km de raccordements au réseau existant. Le projet prévoit également la réalisation des travaux de modernisation de la ligne existante entre Montpellier et Perpignan, afin d'accompagner la croissance prévisionnelle des trafics sur cet axe.

Le coût global de ce programme est estimé à 1 974 M€ répartis comme suit entre les différents partenaires :

399 667 000 € de RFF,
54 M€ de l’Union européenne,
965 217 000 € de l’Etat,
555 117 000 € des collectivités.

La Région accélère le développement des aéroports du Languedoc-Roussillon

Depuis 2007, la Région a mis en œuvre une stratégie aéroportuaire pour faire des cinq plates-formes (Montpellier-Méditerranée, Béziers-Agde-Vias, Nîmes-Alès-Camargue, Carcassonne en Pays Cathare et Perpignan-Rivesaltes) un outil au service du développement économique et touristique. Ce travail porte ses fruits sur les aéroports de Carcassonne et Perpignan, dont la Région est propriétaire, soit directement, soit au sein d’un syndicat mixte. La gestion des deux plates-formes a été confiée à Véolia Transport.

Concernant le développement de l'aéroport de Perpignan, un certain nombre de travaux sont programmés en 2012 : remise en état des bâtiments et modernisation de la plate-forme, construction de la nouvelle caserne, adaptation des chaussées pour le développement de l’activité de maintenance par EAS, rénovation des parcs de stationnement automobiles. La Région apportera une contribution de 3 M€ au Syndicat mixte de l'aéroport de Perpignan, pour la réalisation de ces actions.

Pour l'aéroport de Carcassonne en Pays Cathare, la convention de délégation de service public prévoit l'obligation pour l'exploitant de remplir un certain nombre de missions de service public, dont deux donnent droit à une compensation financière par le délégant : le désenclavement du territoire (ouverture et développement des liaisons aériennes nationales et internationales ), la création de flux d'échanges pour les entreprises installées sur l'aéroport en leur permettant de s'ouvrir sur des destinations susceptibles de développer leurs courants d'affaires.

Pour 2012, le montant de cette compensation est estimé à 3 535 274 €. Le montant définitif sera arrêté sur la base de la réalisation effective des missions de service public et évalué en mars 2013 à la remise du rapport d’activités 2012 par le délégataire.

La stratégie développée à Carcassonne et Perpignan ne pourra pas se déployer pleinement tant que la Région et les autres collectivités partenaires n’auront pas obtenu de l’Etat le transfert de capital de la société aéroportuaire de Montpellier. Le projet de la Région est de transformer cet aéroport, en confiant son capital aux collectivités locales afin de le développer, de façon coordonnée et concertée, avec les autres plates-formes régionales.

Vous aimeriez aussi

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Close

Adblock a été detecté.

Merci de nous aider en désactivant votre blockage de publicité