PolitiquePolitique.

DEUX VISITES EN TROIS MOIS, JEAN-MARIE LE PEN DE RETOUR À NÎMES

La ville de Nîmes aurait-elle tapé dans l’œil de Jean-Marie Le Pen. Deux mois après une première visite pour annoncer le lancement de la campagne de sa "digne" héritière au trône du Front national, le Président d'Honneur du parti d'extrême droite et Député européen revient à Nîmes. De quoi faire parler à nouveau, ça tombe bien, tout est bon à prendre à un mois du premier tour de la Présidentielle, auquel Marine Le Pen participera finalement après quelques semaines de course à la rame pour obtenir ses 500 signatures. On a bien cru que la candidate FN ne passerait pas la ligne d'arrivée.
Ironie mise à part, Jean-Marie Le Pen sera donc à Nîmes le vendredi 23 mars, en fin de journée pour inaugurer la permanence de campagne législative installée au 6 square de Bouquerie, de Julien Sanchez, Conseiller régional de Languedoc-Roussillon, Candidat aux élections législatives dans la 1ere circonscription du Gard.
Et ce n'est pas une journée, mais deux que le Président d'Honneur du FN passera à Nîmes puisque le dimanche 24 mars, il répondra à l'invitation de L'USDIFRA (Union Syndicale de Défense des Intérêts des Français Repliés d'Algérie) lancée à tous les candidats à l'élection présidentielle ou à leurs représentants pour passer leur Grand Oral devant la Communauté rapatriée à l'Hôtel Holiday Inn (Nîmes Ouest). Et puis, dans l'après-midi, il participera, accompagné de plusieurs élus du Front National, à la manifestation d'envergure nationale "Nos voix pour les animaux" avenue Feuchères à Nîmes. Tout est bon à prendre !

Vous aimeriez aussi

5 réactions sur “DEUX VISITES EN TROIS MOIS, JEAN-MARIE LE PEN DE RETOUR À NÎMES”

  1. La mobilisation des défenseurs des animaux promet déjà d’être importante. C’est sans doute la raison pour laquelle certains manifestent un intérêt pour l’événement, espérant récupérer notre action à des fins politiques.
    Or, si les organisations nationales de défense des animaux ont interpellé les candidats en leur faisant parvenir un manifeste leur demandant de prendre des engagements concrets en matière de protection animale, il n’a jamais été question de leur offrir une tribune.

    Par conséquent, si Jean-Marie Le Pen – ou tout autre candidat – devait se présenter ce jour-là pour participer à la Marche pour les animaux, les organisateurs prendraient leurs responsabilités et feraient respecter cette décision qui n’est pas négociable.

  2. Bonjour,

    Le Front National et ses élus participent régulièrement aux manifestations de défense de la condition animale (abattage rituel, conditions de transports des animaux de boucherie, élevage en batterie, etc).
    Au Parlement Européen, ses élus défendent parfois seuls contre tous des textes à ce sujet et obtiennent des victoires (majorité des votes pour la pétition contre la vivisection des primates, etc).

    En 2007, j’avais représenté, avec Jany Le Pen et Lydia Schénardi, Députée Européenne (aujourd’hui conseiller politique de Marine Le Pen à la condition animale), le Front National à la manifestation « nos voix pour les animaux » à Paris.

    Cet engagement ne date donc pas d’hier et personne n’empêchera les élus Front National de défiler pour cette cause qui est aussi la leur.

    Julien Sanchez, conseiller régional FN

  3. @ nos-voix-pour-les-animaux :

    Bonjour,

    Vous écrivez :

    « Par conséquent, si Jean-Marie Le Pen – ou tout autre candidat – devait se présenter ce jour-là pour participer à la Marche pour les animaux, les organisateurs prendraient leurs responsabilités et feraient respecter cette décision qui n’est pas négociable. »

    Cela ne vous a certainement pas échappé : Jean Marie Le Pen n’est pas candidat à l’élection présidentielle !

    De ce fait, sa présence ne posera pas de problème à la marche pour les animaux.

    Cordialement,

  4. Que Jean Marie Le Pen soit ou pas candidat à l’élection présidentielle importe peu.

    Nul ne peut nier qu’il est la figure emblématique d’un parti politique, la preuve, il vient représenter le parti dont il est fondateur à Nîmes.

    Certains partis politiques ont déjà contacté les sept organisations nationales de défense des animaux en demandant l’autorisation de participer à la Marche du 24 mars, à Nîmes, ou à défaut, de se tenir sur le bord du parcours. Nous avons refusé…

    En 2007, j’étais présente à la manifestation « nos voix pour les animaux » à Paris. Jany Le Pen et Lydia Schénardi, n’y ont en aucun cas représenté le Front National.

    Il s’agit donc là d’une pure récupération que nous ne laisserons passer en aucune façon.

    Qu’on se le dise !

    Pour les organisateurs nîmois,
    Claire Starozinski

  5. C’est bien normal, la culture – dont fait parti la corrida – n’est pas le fort des Le Pen…et de l’extrême droite!
    « D’un coup vous supprimez la corrida. Que perd-on? On perd d’abord un rapport à l’animalité. Quelle image de l’animal restera-t-il, pour alimenter l’imaginaire de l’homme et la réalité de ses relations avec son Autre qu’est l’animal, en dehors des caniches nains du salon? Toutes les bêtes au travail ont été progressivement remplacées par des machines, et toutes les bêtes productrices de viande sont progressivement remplacées par des machines à viande qu’on n’ose pas appeler « animaux ».  Est-ce cela la « nature »? Quel rite païen allons-nous conserver, dans une société qui abandonne progressivement toutes ses cérémonies? Voulons nous vraiment n’avoir plus le choix qu’entre l’utilitarisme et le radicalisme religieux? …
    Pour ceux qui l’aiment et la comprennent, la corrida est un lieu de résistance à tout ce que notre post-modernité nous fait perdre chaque jour. »Francis Wolff

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Close

Adblock a été detecté.

Merci de nous aider en désactivant votre blockage de publicité