ActualitésPolémique.PolitiquePolitique.

NÎMES : UNE PRÉSENCE DU FN SUR TOUS LES FRONTS QUI CRÉE LA POLÉMIQUE…

Alors que Marine Le Pen s’apprête à entrer officiellement dans la short list des candidats officiels à la présidentielle après avoir déposé, mardi 13 mars, ses parrainages pour concourir à la présidentielle de 2012, nombre de réactions commencent à fleurir, notamment par le biais de commentaires, sur Objectif Gard, de la part d’élus ou de représentants associatifs, depuis l’annonce d’une nouvelle visite de Jean-Marie Le Pen (Président d’Honneur et Député européen du Front National) dans la ville de Nîmes. En effet, l’un des rendez-vous auxquels s’invitera le FN pour la défense de la cause animale : « Nos voix pour les animaux », une manifestation d’envergure nationale, qui se déroulera avenue Feuchères à Nîmes, a suscité des réactions.

La porte-parole de l’Alliance Anticorrida (Claire Starozinski) a réagi par voie de communiqué, suite à l’annonce de la venue de l’ancien leader frontiste à Nîmes, et a notamment rappelé que, s’adressant à Julien Sanchez (conseiller régional de Languedoc-Roussillon et candidat aux élections législatives dans le Gard) : « Si les organisations nationales de défense des animaux ont interpellé les candidats en leur faisant parvenir un manifeste leur demandant des engagements concrets en matière de protection animale, il n'a jamais été question de leur offrir une tribune ».

Elle prévient même : « si Jean-Marie Le Pen - ou tout autre candidat - devait se présenter ce jour-là pour participer à la Marche pour les animaux, les organisateurs prendraient leurs responsabilités et vous demanderaient de quitter les lieux, fussent-ils publics », soulignant que M. Le Pen est « une figure emblématique d'un parti politique ».

La porte-parole de l’Alliance Anticorrida en profite pour signifier que Marine le Pen n’aurait pas répondu à des « demandes envoyées par e-mail et courrier le 19 février », qui feront l’objet « de la même façon que nous ferons part des réponses des autres candidats », d’une communication de ses réponses, à destination du grand public.

Julien Sanchez, sur la polémique répond que « le Front National et ses élus participent régulièrement aux manifestations de défense de la condition animale (abattage rituel, conditions de transports des animaux de boucherie, élevage en batterie, etc) ».

L’élu à la région prétend de son côté qu’au Parlement Européen, les élus FN « défendent parfois seuls contre tous des textes à ce sujet et obtiennent des victoires (majorité des votes pour la pétition contre la vivisection des primates, etc) ». Il souligne qu’en 2007, il avait représenté, « avec Jany Le Pen et Lydia Schénardi, Députée Européenne (aujourd’hui conseiller politique de Marine Le Pen à la condition animale), le Front National à la manifestation « nos voix pour les animaux » à Paris ».

Il conclut ainsi que « cet engagement ne date donc pas d’hier et personne n’empêchera les élus Front National de défiler pour cette cause qui est aussi la leur ».

Ça promet donc pour une cause qui semble plutôt consensuelle au départ. On observera l’union ou la désunion dans le cortège samedi mars prochain, tandis que le même jour sera organisé le 13e carnaval des différences à 14h place Saint Charles à Nîmes, dont les organisateur rappellent l’origine, en appelant à participer : « Soyons déguisés, festifs pour défendre les  différences, pour partager ce moment magique pour les enfants et  les adultes, comme chaque année. Ce carnaval crée en 2000, en réaction à la montée du Front national, s’inscrit dans la journée mondiale de lutte contre toute forme de discrimination ».

Etiquette

Vous aimeriez aussi

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

A lire également

Close
Close

Adblock a été detecté.

Merci de nous aider en désactivant votre blockage de publicité