A la uneActualité générale.Actualités

NÎMES, ÉCOLE D. CASANOVA : LES PARENTS D’ÉLÈVES MOBILISÉS, DONNENT DÉJÀ UN NOUVEAU RENDEZ-VOUS

Photo © objectifgard.com / MA

« Non à la fermeture » de classe, c’est le message essentiel qui a été porté, ce mardi matin (20 mars 2012), par une petite trentaine de parents d’élèves de l’Ecole maternelle D. Casanova ce mardi matin, à travers le déplacement de leur cortège, à partir de l’école implantée au Mas de Mingue, jusqu’à la mairie annexe du quartier et ses alentours. Rappelons que l’une des 4 classes devrait fermer à la rentrée prochaine.

Photo © objectifgard.com / MA

Et cela, les parents d’élèves, Françoise Gipon et Rami Badia en tête, ne l’acceptent pas. Cette dernière, qui a deux enfants scolarisés dans l’établissement « menacé par la fermeture d’une classe », souligne que depuis 2007, « une trentaine de nouveaux élèves intègrent l’école chaque année », là où, à la prochaine rentrée, la mairie n’annonce « que 19 nouveaux élèves », ce qui étonne fortement la parent d’élèves. Mme Badia s’inquiète ainsi de la hausse du nombre d’élèves par classe l’année prochaine. Elle évalue le résultat du nouveau rapport instituteur – élèves à une trentaine, là où il y en a une vingtaine aujourd’hui, alors même que « nous sommes en ZEP », rappelle-t-elle, avec des élèves en difficulté (notamment en Français). Pour Mme Badia, l’école « serait en sous-effectif » d’encadrants si cette classe « des plus petits » (âgés de 3 ans) venait à fermer, et fusionner avec d’autres plus âgés.

Mme Gipon (qui a un enfant scolarisé à Danièle Casanova) menant les troupes et portant la voix, en direction de la mairie annexe du quartier, après un discours de circonstances au sein de la cour de l’école dès 8h30 (pour galvaniser le petit groupe de parents), interpelle sur le chemin les femmes et mères qui pourraient prêter main fortes au mouvement, comme devant le centre socio-culturel et sportif Jean Paulhan. Et cela fonctionne, puisqu’au son des « parents en colère », « école occupée », « Non à la fermeture de classe », scandés par hommes et principalement femmes présentes dans le cortège, la responsable de la halte-garderie municipale «Les Ameliers » vient signer la pétition, « envoyé au maire et au préfet », et dont l’en-tête comporte les propositions suivantes :

« Non aux classes surchargées ; Oui à la scolarisation des enfants de 2 ans, Oui au maintien de la qualité de l’enseignement public dans le Mas de Mingue ». Déjà 300 signataires ont apposé leur nom et prénom sur le document, qui n’a pas été envoyé à l’inspection académique, mais dont celle-ci a déjà lu le contenu, « avant les vacances de février »,déclare Mme Gipon.

Photo © objectifgard.com / MA

Une ancienne institutrice en retraite rappelle également devant la mairie annexe : « je suis là pour défendre l’école publique de qualité ».

Sur cette opération de mobilisation qui a été initiée il y a deux semaines, et poursuivie la semaine dernière, un seul « couac » : il n’y avait pas d’élus pour recevoir le cortège en marie annexe. Qu’importe… Ce ne sera qu’un préambule à un prochain mouvement de protestation. Les parents d’élève projettent de se rendre en mairie principale, mardi 27 mars, dans l’après-midi. Il est même prévu de prendre le car et de défiler entre la gare de Nîmes et l’Hôtel de Ville. Un courrier doit être envoyé au sénateur-maire Jean-Paul Fournier à cet effet, de même qu’à l’inspection d’académie, au sujet de l’occupation de l’école que les parents d’élèves ont décidé de poursuivre tous les jours, avec peut-être « une action par semaine », prévient Mme Gipon. Le rendez-vous est donc pris pour la semaine prochaine à Nîmes.

Etiquette

Vous aimeriez aussi

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Close

Adblock a été detecté.

Merci de nous aider en désactivant votre blockage de publicité