ActualitésPolémique.

GARD : LE RAS-LE-BOL SE CONFIRME DANS LES RANGS DES POLICIERS…

image © SGP-Police/FO

Après le syndicat Alliance Police Nationale, majoritaire parmi les policiers, d’autres devraient manifester leur indignation et leur colère, comme l’Unité SGP – Police – FO, suite à la mise en examen du policier qui se serait rendu coupable d’ « homicide voltaire » et aurait abattu un individu au cours d’une opération sur les lieux d’un braquage, invoquant la légitime défense.

Répondant à un mot d’ordre national, Jean-Marc Rouvière, représentant du syndicat de policiers (SGP-Police) sur le département du Gard, indique que « l’ensemble des policiers sont susceptibles de se mobiliser de plus en plus, syndiqués, comme non-syndiqués ». Il témoigne : « on le constate sur les réseaux sociaux notamment », évoquant des billets et commentaires postés sur le net, comme par le biais de textos relayés entre collègues.

Ce que pointe du doigt M. Rouvière, et qui serait mis en évidence par l’affaire qui a mobilisé les médias autour de l’homicide qui s’est déroulé à Noisy-le-sec, samedi  21 avril, c’est notamment « le manque d’effectifs », qui compliquerait la tâche des fonctionnaires de police au quotidien, y compris dans le Gard, à Alès, comme à Nîmes ou Bagnols. Jean-Marc Rouvière s’interroge également sur la question des moyens à une autre échelle, plus juridique ou réglementaire celle-là : « quand on parle de légitime défense, cela commence à l’interpellation. On ne peut faire usage de la force en premier », dit-il, ce qui mettrait en péril l’objectif de la mission de ces agents au quotidien prétendent-ils : « lorsqu’il s’agit de transport d’armements ou de produits stupéfiants, nous ne pouvons arrêter un véhicule et ouvrir un coffre, avant que celui-ci ne tombe en panne. C’est aberrant. On se retrouve parfois presque nargués par les présumés-auteurs », déplore-t-il, ajoutant : « faute de moyens, bientôt les policiers ne viendront que pour toucher leur paie à la fin du mois, bien qu’elle ne soit pas lourde », au regard de la dégradation des conditions de travail « qui ont changé, sur la voie publique, depuis une dizaine d’années », et qui provoqueraient « frustration et ras-le-bol » dans les rangs de policiers « toujours plus démotivés ».

Comme en écho au témoignage de Jean-Marc Rouvière, le syndicat SGP-Police-FO a appelé dès le 28 avril 2012 l’ensemble des agents de police à entamer « une grève du zèle » (application stricte des notes de service et règlement intérieur de la Police Nationale) :  notamment en ne constituant que des équipages Police Secours de deux titulaires au minimum, et non plus un seul, accompagné d’un adjoint de sécurité ; ne relever que les infractions graves au code de la route ; arrêter les contrôles d’initiative… Le communiqué de l’organisme syndical diffusé nationalement souligne « l’augmentation croissante du nombre de policiers blessés, agressés » dans le Gard et sur le plan national, dénonçant également des dégradations des conditions de travail et résumant le rôle d’agent de police à celui de « Policier percepteur » (radars etc.). Le syndicat de police dénonce également « le manque de soutien de l’institution Justice, où bien souvent, les jugements et les peines sont dérisoires pour les auteurs ayant outragé, blessé des collègues, accentuant ce sentiment d’impunité qui les incite à réitérer leurs actes et à continuer à transgresser les lois ».

La grogne des policiers s’accentue donc alors que le deuxième tour de la présidentielle approche. De là à ce que le sujet s’invite sur la table…

Etiquette

Vous aimeriez aussi

1 commentaire sur “GARD : LE RAS-LE-BOL SE CONFIRME DANS LES RANGS DES POLICIERS…”

  1. juste un petit rectificatif sur l’article l’UNITE SGP-Police est le syndicat majoritaire dans la Police Nationale et aussi dans le Gard
    concernant la fouille des véhicules seuls les OPJ peuvent le faire et comme ils ne sont pas dans les véhicules police secours mais en services d’investigations!
    pour la panne; comme il n’y a pas de moyen legal d’arreter un vehicule volé on doit attendre qu’il tombe en panne . C’est de l’humour mais c’est aussi la réalité.
    les lois Françaises ne sont pas faites pour que la Police Nationale travaille en toute sécurité et en conformité avec le code de procédure pénal mettant ainsi les fonctionnaires en difficultés et toujours sur la corde raide
    merci

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

A lire également

Close
Close

Adblock a été detecté.

Merci de nous aider en désactivant votre blockage de publicité