A la uneActualité générale.Actualités

NÎMES : Il y avait foule sur l’Esplanade pour faire honneur aux « Paras »…

Photo © objectifgard.com / MA

Alors que se tenait pour, la 49e fois, le congrès de l’Union Nationale des Parachutistes, hier (vendredi 18 mai), le square du 11 novembre de Nîmes (qui jouxte les Arènes) a reçu la visite de 453 bérets rouges. Ceux-ci ont participé tout d’abord à un moment très solennel et émouvant pour ces anciens, dont certains ont connu la Seconde Guerre Mondiale, nous dit-on fièrement à cette occasion. En présence notamment de Franck Proust, en tant qu’adjoint au maire de Nîmes et député Européen et Yvan Lachaud, député et adjoint au maire, le programme fut très protocolaire : prise d’armes, remise de décorations, dépôt de gerbes au monument aux morts des deux guerres et allocution du Général  de corps d’Armée Christian Piquemal, également président national de l’Union Nationale des Parachutistes (UNP). Le moment n’en fut pas moins émouvant, pour les admirateurs du monde militaire comme les autres, notamment lorsque des chants que ces hommes entonnaient sur les champs de bataille jadis fut repris en chœur, à la fin de la cérémonie (« La fille »…).

L’un d’eux, André Boissy souligne qu’ils étaient « venus de toute la France, et pas uniquement de Métropole, mais aussi des Dom-Tom », rappelant que le Congrès s’était tenu à Montauban l’an passé, et qu’il se tiendra, pour le 50eanniversaire de l’UNP, à Pau, l’année prochaine.

Photo © objectifgard.com / MA

Alors que la suite des réjouissances en cette fin d’après-midi du vendredi 18 mai, s’apprêtent à commencer, M. Boissy explique que l’avion d’où s’apprête à sauter une dizaine de parachutistes au-dessus de Nîmes n’est autre que « le mythique avion des paras, le Nord 2501 », dans lequel il a lui-même été transporté lorsqu’il était en service. Une époque dont il témoigne l’importance dans sa vie : « on aime ou on n’aime pas l’armée, mais à moi, elle m’a beaucoup appris ». Et, en esthète, il nous rappelle que, malgré ce qui est annoncé ici ou là, le mythique avion qui survole le ciel Nîmois, pour lâcher 11 parachutistes en deux passages (dont des civils, des anciens paras et actuels, faisant partie de l’équipe de France militaire des parachutistes), « avaient la capacité de transporter, lorsqu’il était en service des années 1950 à 1970 à peu près, 35 militaires ».

Peu importe le vent… Il ne fut pas assez fort pour gâcher la fête de ces parachutistes chevronnés, pour le plus grand bonheur des nombreuses personnes, assemblées autour de « la nouvelle » Esplanade Charles de Gaulle, sous un ciel parfaitement dégagé.

Photo © objectifgard.com / MA

Etiquette

Vous aimeriez aussi

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

A lire également

Close
Close

Adblock a été detecté.

Merci de nous aider en désactivant votre blockage de publicité