• Home »
  • A la une »
  • NÎMES : Le Tram’bus déjà impliqué dans un accident, c’est pour de faux !

NÎMES : Le Tram’bus déjà impliqué dans un accident, c’est pour de faux !

Ce mercredi 6 juin, le Tram'bus a fait l'objet d'une simulation d'accident au niveau du rond point avenue de la Liberté à Nîmes. Photo DR/S.Ma

Pas encore en service, le Tram’bus fait déjà parler de lui dans la rubrique “Faits divers” des médias locaux et régionaux. Ce mercredi 6 juin, vers 10 heures, après avoir quitté son arrêt à la station Mas de Vignolles et franchi le rond-point de la Liberté, un BHNS (bus à haut niveau de service) a été percuté par un véhicule venant du secteur commercial Mas de Vignolles, qui transportait trois personnes. Bilan de l’accident, cinq blessés : trois dans le véhicule dont le conducteur et deux passagers dans le bus. Et le tout s’est déroulé sous les yeux de Jean-Paul Fournier, sénateur-maire de Nîmes et président de Nîmes Métropole accompagné de Vivian Mayor, membre du bureau de la communauté d’agglomération, délégué au TCSP. Un comble… Non, une simulation d’accident en conditions réelles de circulation pour perfectionner la formation du personnel qui sera en charge de faire fonctionner la ligne 1 du Tram’bus (en service le 29 septembre 2012).

Les sapeurs-pompiers ont dû découper le toit de la voiture accidentée pour désincarcérer les fausses victimes, des étudiants en fac de Médecine à Nîmes. Photo DR/S.Ma

Dans le Tram’bus, un “vrai” futur conducteur sur la ligne qui reliera dès la fin du mois de septembre l’entrée de l’autoroute A54 à Caissargues, aux Arènes de Nîmes en passant par l’avenue François Mitterrand, l’avenue de la Liberté  et la rue de la République. Dans le véhicule, trois “faux” passagers, des étudiants à la Faculté de Médecine de Nîmes qui jouent les victimes… S’il s’agissait d’un film, on aurait pu leur décerner un prix pour leur interprétation très réaliste, au point de vous donner la chair de poule. Bref, la (fausse) collision entre le Tram’bus et la voiture a donné le top départ à la simulation. Ainsi, le conducteur a signalé l’accident au PCC (poste de commandement centralisé) du réseau Tango qui immédiatement a alerté les secours. Le dispositif est bien rôdé, il ne faudra que quelques minutes pour que policiers municipaux, nationaux établissent un périmètre de sécurité afin que les équipes du SAMU et des sapeurs-pompiers, une vingtaine de personnes en tout, puissent intervenir pour tenter de sauver les blessés. Et même s’il ne s’agissait que d’une simulation, les sapeurs-pompiers ont employé les grands moyens, procédant à la désincarcération des victimes en coupant le toit du véhicule. Après presque deux heures de simulation, l’exercice s’est révélé très concluant, la procédure d’intervention sur accident semble être maîtrisée.

Le Tram’bus, le peaufinage avant le lancement

Itinéraire de la ligne 1.

Cet exercice de simulation qui a fait tourner en bourrique les automobilistes qui ont dû contourner l’avenue de la Liberté, a été organisé dans le cadre de la marche à blanc, dernière étape avant la mise en service de la 1ère ligne de TCSP. Ce qui permet de vérifier ses conditions d’exploitation : formation du personnel, test des procédures d’exploitation et manœuvres de régulation, test des procédures d’intervention  sur accident, test de la fiabilité et la disponibilité des systèmes et équipements ainsi que la préparation à l’exploitation commerciale.

La fin du chantier de la 1ère ligne est donc proche et ce n’est pas Jean-Paul Fournier qui s’en plaindra même s’il ne cache pas ses regrets de ne pas voir le Tram’bus aux allures très design faire le tour de l’Écusson suite au couac entre Nîmes Métropole et les associations pour la défense et le maintien des arbres plantés le long de l’avenue Feuchères. Mais le président de la communauté d’agglomération ne désespère pas. “Dès le prochain conseil communautaire le 9 juillet, nous allons relancer la procédure pour que le Tram’bus puisse faire le tour de l’Écusson avec de nouvelles concertations et une nouvelle enquête publique.” À Vivian Mayor de reprendre : “Tous les scénarios sont possibles, ce sont les concertations qui nous aiderons à définir quel est le meilleur. Et puis, nous nous autorisons un projet d’extension de cette ligne vers le nord, vers la route d’Uzès pour se diriger vers le quartier Hoch Sernam.” Mais ça, c’est une autre histoire.

Et alors que la ligne 1 du TCSP qui devrait transporter entre 10 et 15 000 passagers par jour, est en cours de finalisation, le président de Nîmes Métropole et son délégué au TCSP parlent déjà de la 2ème ligne, le Tramway, qui traversera Nîmes d’Est en Ouest, des quartiers de Pissevin, Valdegour au Mas de Mingue jusqu’à la SMAC Paloma, avec à son bord près de 40 000 personnes par jour. Un projet qui ne devrait aboutir qu’en 2019 au plus tôt. “Nous sommes dans la phase de négociation pour l’acquisition de biens fonciers sur la rue du Cirque Romain. C’est un gros chantier qui s’engagera pour ce Tramway avec la destruction d’appartements et d’une barre d’immeubles comme celle du Mas de Mingue, la barre Fragonard. Nous travaillons aussi sur le projet de créer une liaison avec la gare de Manduel.” Bref, les ambitions sont grandes mais il reste encore beaucoup de travail. Une choses est sûre on a pas fini d’entendre parler de ce tramway…

Coût total du TCSP :  58.941.000 € (estimé initialement, hors surcoûts) – Subvention du Grenelle de l’Environnement : 6.500.000 € (sous réserve de maintien)

L’exercice de simulation d’accident en images

 

Partager