NÎMES : Nathalie Kosciusko-Morizet joue le “ni-ni” entre Copé et Fillon

De gauche à droite : Julien Plantier, "NKM" et Jean-Paul Fournier

Nathalie Kosciusko-Morizet “NKM” était à Nîmes tôt ce matin à la rencontre des militants gardois après la déconvenue à la présidentielle et aux législatives de juin.

L’occasion de rassurer les militants sur l’avenir du mouvement et apporter les premières réponses aux interrogations liées à la bataille qui se trame en haut lieu entre Jean-François Copé, secrétaire général du parti et François Fillon, ex-Premier ministre.

Durant plus d’une heure, elle s’est prêtée facilement au jeu des questions-réponses, en toute franchise, sur le bilan des mois derniers, sur les leçons à retenir et l’avenir bien entendu, n’hésitant pas à préciser son choix du moment, un certain “ni-ni”, ni Copé, ni Fillon. Elle va même plus loin et n’exclut pas de se présenter pour prendre la direction du parti de droite.

Comme en Avignon hier et Montpellier ce soir, elle souhaite prêcher la bonne parole, “sa” bonne parole qui vise à mettre en perspective les territoires dans une forme de décentralisation du mouvement vers les fédérations plutôt qu’uniquement tourné vers l’organe central du parti à Paris.

Parmi les personnalités locales présentes à ce petit-déjeuner exceptionnel, le Sénateur-Maire de Nîmes, Jean-Paul Fournier, le Maire du Grau du Roi et de Villeneuve-lez-Avignon, respectivement, Etienne Mourrut et Jean-Marc Roubaud, Richard Tibérino ou encore, Julien Plantier, à la tête des jeunes UMP du Gard.

 

Une réponse pour NÎMES : Nathalie Kosciusko-Morizet joue le “ni-ni” entre Copé et Fillon

  1. Si NKM se présente elle aura ma voix

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>