A la uneActualité générale.ActualitésEconomieEconomie.

GARD RHODANIEN : « Pas d’hiver nucléaire » pour Luc Oursel en visite à Melox

Luc Oursel (président d'Areva) - Photo © objectifgard.com / MA
De gauche à droite : Alexandre Pissas, maire de Tresques et conseiller général du Gard, Fabrice Verdier (député du Gard), Luc Oursel, président du directoire d’Areva notamment, et Patrice Prat, député du Gard (deuxième position à droite) - Photo © objectifgard.com / MA

Areva a inauguré en grandes pompes son tout nouveau Centre de Recherche et Développement (R&D), sur son site de Melox, installé dans le Gard Rhodanien, dont les premiers réacteurs de production d’électricité en France (aujourd’hui inactifs), datent de 1955. Pour l’occasion, les députés Patrice Prat et Fabrice Verdier étaient présents pour effectuer une visite des lieux, ainsi que le président du directoire d’Areva, Luc Oursel, qui a, lors de son discours à la presse, rappelé l’importance, pour la région, de l’investissement dans ce site de recherche et développement, avec « 34 millions d’euros de coût global d’installation », ainsi qu’un « engagement dans le tissu économique local ». Il souligne notamment qu’Areva est le premier pourvoyeur d’emploi dans le Gard Rhodanien, avec « 200 millions d’achats de fournitures différentes sur un an ».

Une déclaration qui ne tombe pas dans l’oreille d’un sourd, puisque M. Prat, qui s’était entretenu avec Fabrice Verdier avant son discours, a montré sa satisfaction par rapport à ces investissements dans la région qui donne « une visibilité sur ce territoire, qui s’appuie aussi sur des compétences nouvelles », avant de lancer : « nous resterons vigilants sur la part qui sera donnée aux entreprises locales qui ne peuvent être dissociées de la réussite actuelle ».

Atelier Uranium - R&D Melox - Photo © objectifgard.com / MA

A contrario, comme au plus haut niveau de l’Etat, lorsqu’il faut s’exprimer sur les risques du nucléaire : rien de probant de la part des deux élus socialistes, tant le sujet du nucléaire semble tabou en France. Il faut dire qu’il s’agit là d’une véritable poule aux œufs d’or et une véritable place forte « Made In France » en termes de ressources énergétiques. Un rendez-vous réguliers à l’Assemblée nationale est tout de même prévu pour cette année : « l’instauration des Jeudis de l’énergie ». Un lieu de débats qui se voudraient « efficaces » d’après M. Prat, qui souhaiterait « sortir des caricatures », précise-t-il aussitôt.

C’est d’ailleurs « Monsieur Areva » lui-même, Luc Oursel qui s’exprime sur le chapitre de « l’après-Fukushima », et aborde la gestion des risques nucléaires. Pour celui qui a succédé à Anne Lauvergeon en juin 2011, « la première priorité, c’est la sûreté » […] qui ne serait pas un concept passif, mais bien « actif »déclare-t-il. Le groupe annonce d’ailleurs 80 millions d’euros supplémentaires pour la sécurité. Le n°1 du comité exécutif d’Areva précise aussitôt que le centre de R&D de Melox inauguré ce lundi et qui a demandé l’investissement de 10 millions d’euros (34 millions de coût d’installation) aura aussi pour objectif la formation des personnels du groupe mais aussi de centres américains, britanniques voire russe dans le futur.

Atelier de soudage (pour notamment préparer les qualifications) - Photo © objectifgard.com / MA

En effet, M. Orsel a annoncé qu’une usine de Mox située en Caroline du Nord (à Savannah River) verra le jour en 2016, avec la technologie Areva, et une ouverture du marché britannique serait envisageable après l’annonce en décembre dernier de la part du gouvernement britannique qu’il était favorable au « recyclage du plutonium issu des combustibles usés à travers le combustible MOX ». Malgré ce qui aurait été prédit ici et là, il n’y aurait donc « pas d’hiver nucléaire » d’après le président du directoire d’Areva.

Pour rappel, l’usine d’Areva Melox fabrique des assemblages de combustibles recyclés, MOX : un mélange d’oxyde d’uranium et de plutonium, utilisé dans les réacteurs à eau de tous types pour des centrales nucléaires de pays du monde entier. Fin 2011, 41 réacteurs commerciaux répartis sur l’ensemble du globe avaient été chargé en combustible MOX depuis les années 1970, dont 36 en Europe.

Lors de la visite du CDA de Melox, les deux bâtiments nouvellement implantés ont été présentés : un bâtiment dit « actif » pour les tests effectués à l’aide d’uranium appauvri (au lieu du plutonium du vrai réacteur) et un bâtiment « inactif » qui comporte un atelier de soudage des crayons combustibles MOX. Par ailleurs, un hall d’essais, réplique exacte aux proportions plus réduites de l’usine opérationnelle (dont le toit atteint les 16 m de haut), fait également partie de ce nouvel ensemble R&D. Une plateforme de formation opérationnelle complète le tout.

-----

Areva en Chiffres

- Carnet de commande en 2011 : 45,558 milliards de dollars

- Chiffre d’affaires : 8,8 milliards de dollars

- Résultat opérationnel : 1,9 milliards de dollars

centre de R&D AREVA MELOX - crédit photo AREVA / S. Le Couster

Mickaël Attiach
mickael.attiach@objectifgard.com

Vous aimeriez aussi

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

Close

Adblock a été detecté.

Merci de nous aider en désactivant votre blockage de publicité