NÎMES OLYMPIQUE-FC NANTES : Un match nul qui laisse perplexe

Les joueurs des deux équipes avant le coup d'envoi. Photo Objectif Gard

Hier, à 18h45, au moment où l’arbitre de la rencontre a sifflé le coup de sifflet final, on ne savait pas trop quoi penser de ce match nul entre Nîmes et Nantes. Fallait-il se réjouir de ce premier point pris par les crocos ? Fallait-il, au contraire, avoir des regrets en se disant qu’il y avait la place pour empocher les trois points ? Les faits sont là, sans équivoque : les deux équipes se sont quittées sur un score vierge de 0 à 0.

Alors que les deux équipes entrent sur le terrain, applaudies par 5 900 spectateurs, le président du Nîmes Olympique, Jean-Louis Gazeau, se voit remettre le trophée de champion de National pour la saison dernière. Derrière lui, parfaitement alignés, les joueurs patientent sous une chaleur étouffante. Le président adresse quelques mots au public : « Nous sommes très fiers de recevoir ce trophée. On remercie la fédération française. Je n’oublie pas les joueurs, l’entraîneur Thierry Froger et vous, amis supporters. Ce trophée, c’est le vôtre ! », lance-t-il sous les applaudissements.

A 17h, la rencontre débute. Les deux équipes s’observent, installent leur jeu. Mais, rapidement, Nantes prend un léger ascendant. Le club entraîné par Michel Der Zakarian joue plus haut que les nîmois et se créé une première occasion. A la 6ème minute, un centre de Bessat lobe le portier nîmois Melville. Personne côté nantais n’est à la retombée du ballon. Dans les minutes qui suivent, Nantes remet ça en passant encore par les côtés. Un centre tendu à ras de terre de Gakpe flirte devant la ligne des six mètres mais surtout devant les pieds de Djordjevic, l’avant-centre des canaris, qui ne parvient pas à dévier la balle. Autour de la 20ème minute, les nîmois réagissent. Koné, à l’entrée de la surface, récupère un bon centre en retrait de Benezet. L’attaquant nîmois écrase trop sa frappe qui ne pose aucun problème à Rémy Riou, le gardien nantais. A la 24ème minute, Pierre Bouby hérite d’un bon coup franc à 20 mètres. Plein axe. Il enroule bien son ballon, lobe le mur nantais, mais Riou, auteur d’une superbe parade, va chercher le ballon dans sa lucarne. La suite de la première mi-temps est marquée par la chaleur qui contraint l’arbitre à interrompre le match quelques instants pour que les joueurs s’hydratent. Elle est également marquée par un jeu approximatif, des contrôles faciles manqués, des passes imprécises… Toujours la chaleur ?

Un but de Benezet refusé par l’arbitre

On ne sait pas ce qu’a dit Victor Zvunka, le coach nîmois, à ses joueurs à la mi-temps. Toujours est-il que les crocos reviennent plus conquérants. Les occasions s’enchaînent. A la 61ème, Hsissane, à l’entrée de la surface, écrase trop sa frappe. Une minute après, Koné enchaîne un contrôle parfait et une frappe dans la foulée, captée par un Riou impeccable. Amewou, sur coup franc, inquiète les nantais. Nîmes presse. Une courte délivrance intervient à la 79ème minute. Le stade se lève. Pour quelques secondes seulement. Sur un ballon mal dégagé par les nantais, le capitaine Benoit Poulain frappe au but. Benezet, qui passe par là, efflore le ballon. But ! Mais l’arbitre de touche signale un hors-jeu de Benezet. Fausse joie dans le stade. En fin de match, les crocos donnent tout pour arracher la victoire comme sur cette superbe frappe d’Amewou qui, pour une fois, trompe Riou. Hélas, le ballon frôle le montant. L’arbitre siffle la fin de la rencontre. Hier soir, c’est dommage, les crocos ne sont pas parvenus à dévorer les canaris.

 

Michel Der Zakarian, entraîneur du FC Nantes, lors de la conférence de presse d'après match. Photo Objectif Gard

Réaction des entraîneurs

Victor Zvunka : « C’est un match que l’on aurait pu gagner au point. Le gardien nantais fait deux arrêts décisifs. Dommage aussi pour le but signalé hors-jeu. Ce n’était pas évident de jouer dans ces conditions, avec cette forte chaleur. Les joueurs ont beaucoup bu. On va essayer de récupérer pour mardi (Nîmes affronte Monaco en coupe de la Ligue, NDLR) parce qu’il n’est pas question de laisser passer ce match contre Monaco. »

Michel Der Zakarian : « J’ai trouvé qu’il y a eu pas mal de rythme par rapport à la chaleur. Il faut féliciter les joueurs mais, un jour, il y aura un accident. Sur le match, on doit rentrer à la mi-temps avec un but d’écart. Ca aurait changé beaucoup de choses. C’est mon seul regret de ce soir. Nîmes a surtout été dangereux sur coup de pieds arrêtés. »

Tony Duret

tony.duret@objectifgard.com

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>