BOBOS DE L’ÉTÉ : Les souvenirs insolites de Stephan, un pompier de la caserne de Nîmes

Le soleil, le farniente, les barbecues, les heures passées sur la plage ou au bord de la piscine, ces nuits au camping pour certains, dans des hôtels de luxe ou des résidences secondaires pour d’autres… Envolés les soucis du bureau, du moins le temps d’un été. Oui, les vacances ça a vraiment du bon. Mais prenez garde aux impondérables qui peuvent prêter à sourire en y repensant plus tard, voire bien plus tard, mais qui sur le moment peuvent gâcher vos congés pourtant si bien mérités. On ne parle pas de piqûres de méduses ou de vives pour les adeptes de la plage ou encore des hameçons plantés dans le doigt pour les pêcheurs mais de bobos de l’été plus insolites. Stephan, 38 ans, un pompier de la caserne de Nîmes, se souvient…

Une blatte dans l’oreille 

Il y a quelques années, un homme qui passait ses vacances dans un camping à Saint-Gilles, s’était présenté à la caserne en pleine nuit, vers 4 heures du matin je crois. Il était très agité et avait beaucoup de mal à s’exprimer. J’ai cru qu’il voulait nous agresser. Il nous a montré son oreille en faisant des bonds sur place puis il est revenu au calme avant de se remettre à bondir. Nous avons alors compris qu’il y avait quelque chose dans son oreille. En fait, une blatte s’était introduite dans sa tente puis… dans son oreille. Résultat, nous l’avons conduit au CHU de Nîmes où il a vu un oto-rhino-laryngologiste (ORL) qui lui a retiré la blatte grosse comme un filtre de cigarette.”

De l’huile d’olive comme crème solaire

L’été dernier, une touriste parisienne qui revenait de la plage aux Saintes-Marie de la Mer est venue nous voir. Elle avait de gros coups de soleil sur tout le corps, à tel point que des cloques commençaient à sortir. Elle nous a alors expliqué qu’elle avait remplacé sa crème solaire par de l’huile d’olive parce qu’elle avait lu que c’était bon pour la peau.”

Un barbecue allumé avec de l’essence

Suite à l’allumage d’un barbecue artisanal avec de l’essence, un homme s’est présenté à la caserne, très serein, et pourtant… Il avait les sourcils et les cheveux roussis, les lèvres brûlées et le visage plein de cloques. Il ne semblait pas inquiet, d’ailleurs s’il est venu nous voir, c’était pour nous demander un tube de Biafine.”

Propos recueillis par Stéphanie MARIN

stephanie.marin@objectifgard.com

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>