LÉZAN : Un retour en enfance au Musée des poupées et des nounours

La salle du haut du Musée de la poupée et des nounours

La ruelle est étroite. Le musée discret. Seul un petit panneau, fait maison, annonce l’entrée du Musée des poupées et des nounours dans le petit village de Lézan. Derrière la porte en bois d’une maison du XIIeme siècle, Ulla-Maija Suonpää, la créatrice du musée, d’origine finlandaise, accueille ses visiteurs. Pour cinq euros, elle vous invite à un voyage dans le temps. Un retour en enfance au milieu des poupées, des nounours et des maisons d’antan…

En entrant, au rez-de-chaussée, c’est la pièce des poupées. Il y en a de toutes les sortes, de tous les âges, de toutes les époques. La doyenne, une jolie poupée de cire protégée par une vitre, date du XVIIIeme siècle. Elle trône fièrement dans le musée, accolée à des petits nounours centenaires. Quand on demande à la collectionneuse où elle déniche toutes ces pièces incroyables, elle reste mystérieuse :”C’est un secret. Vous savez, quand j’étais petite en Finlande, je connaissais un coin où je mangeais de bonnes fraises des bois. Le jour où j’ai révélé l’existence de ce lieu, tout le monde s’est rué sur mes fraises. Pour mes poupées, c’est un peu pareil. Si je le dis, je ne serai plus toute seule sur le coup. Ça fait donc parti du secret professionnel“, sourit-elle.

Entre les deux principales pièces du Musée, les nounours ont trouvé une place dans l'escalier

Dans cette pièce où la température est agréable comparée à celle qui règne à l’extérieur, on trouve de tout : un flacon de parfum du XIXeme siècle, un cheval de bois tractant des ours en peluche, une majestueuse maison de poupée. Ulla-Maija, très fière de sa collection et un peu bavarde, l’ouvre immédiatement : “Regardez à l’intérieur, lance cette passionnée capable de vous raconter l’histoire de chacune des peluches ou poupées de son musée, c’est une maison anglaise coloniale qui date de 1920. Si vous regardez les murs, vous verrez de vrais tableaux miniatures qui représentent l’aurore boréale ou le lever du soleil.” Effectivement, chaque détail est étudié. Dans ce musée, rien n’est laissé au hasard. “C’est une passion, tout simplement, explique la créatrice du lieu. J’ai commencé ma collection en 1985. Les poupées m’ont toujours fascinées. Aujourd’hui, j’ai plus de 1 500 pièces !“.

La pièce du rez-de-chaussée où sont regroupées les poupées

Pour acquérir toutes ces peluches et maisons de poupées, la collectionneuse débourse entre une centaine d’euros et parfois plusieurs milliers d’euros. “Parfois, je suis déçue de mon achat. Je m’y connais pourtant, mais il m’arrive aussi de me tromper. Alors, je les revends. Mais les pièces que vous voyez ici ne sont pas à vendre“. Quand on monte l’escalier, lui aussi envahi par les peluches, on accède à une petite pièce qui rappelle les écoles d’autrefois. Sur des tables en bois, des écoliers – remplacés par des ours en peluche – lisent auprès du feu et des bouliers. C’est sûr, on ressort de ce musée, la tête et le cœur emplis de nostalgie.

Plus d’informations :

Musée de la poupée et des nounours – 4, rue de l’Estrangladou – 30350 Lézan. Tel : 04 66 83 19 57

Ouvert tous les jours jusqu’au 31 août de 10h à 12h et de 14h à 18h30. Samedi, dimanche et vacances scolaires : de 15h à 18h.

Site Internet : cliquez sur ce lien.

Tony Duret

tony.duret@objectifgard.com

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>