NÎMES Des élèves aux différents accents se sont essayés à la dictée d’ELA

Ce lundi 22 octobre, ils étaient des centaines de milliers en France à tenir dans leur main un stylo, les yeux rivés sur leur feuille blanche, l'oreille attentive à l'occasion de la dictée de l'association d'ELA (Association européenne contre leucodystrophies). La neuvième en tout, qui cette année a eu comme auteur le prix Goncourt 2011, Alexis Jenni.

Eddie Pons a fait la lecture de la dictée d'ELA aux stagiaires de l'association Rencontre Internationale à Nîmes. Photo DR/S.Ma

Cette action nationale qui a pour but de sensibiliser les élèves au combat de l’association parrainée par Zinedine Zidane, a aussi trouvé sa place à Nîmes et notamment dans les locaux de l'association Rencontre Internationale, le centre de langue et de culture françaises pour les étrangers. "Nous regroupons 200 stagiaires de 30 nationalités différentes pour leur apprendre le Français afin de faciliter leur intégration, précise Delphine Lupi-Prade, directrice du centre. Cela fait trois ans que nous participons à cette opération qui est intéressante pour nos stagiaires sur un point de vue linguistique. Elle leur permet aussi de connaître l'association ELA et d'en parler autour d'eux."

Eddie Pons se colle à la lecture

Dès 12h30 donc, les élèves de sept nationalités différentes, Elina (Russe), Marina (Létonie), Przemyslav (Pologne), Simona (Italie), François (Espagnol) et Romy (Suisse) se sont donc essayés à cet exercice, une sorte d'Eurovision de la dictée. C'est Eddie Pons, le célèbre dessinateur de presse nîmois, qui s'est collé à la lecture du texte saluant volontiers le courage des participants : "La dictée n'est pas simple... Enfin, j'avoue ne pas très bon en orthographe et en conjugaison" a-t-il lancé avec beaucoup d'humour. Peu importe le résultat, l'essentiel c'est de participer.

"Mets tes baskets et bats la maladie"

Cette dictée marque ainsi le lancement de la semaine "Mets tes baskets et bats la maladie "  lors de laquelle seront organisées de multiple manifestations afin de sensibiliser la population sur les leucodystrophies qui concernent en France 160 naissances par an, et de récolter des dons pour aider au financement de la recherche médicale et à l'accompagnement des familles.

S.Ma

Partager