Actualité générale.ActualitésPolitiquePolitique.

GARD: Le NPA plie mais ne rompt pas !

A droite,Eddy Reyes, porte-parole du NPA 30.

 

Hier soir, des militants du NPA se sont retrouvés à Nîmes. L'occasion pour Objectifgard de faire un point sur la formation anticapitaliste, qui malgré les départs d'une partie de ses troupes vers le Front de Gauche, conserve mordicus sa ligne indépendante !

On l'aurait presque oublié, ce parti rouge vif, dont le candidat aux présidentielles, Philippe Poutou, ouvrier chez Ford, avait produit son petit effet auprès des médias et français aux dernières présidentielles… Hier à Nîmes, quelques militants s'étaient réunis pour faire un point sur le parti et sur les prochaines luttes à mener.

La tentation Mélenchon

Philippe Poutou, ancien candidat NPA à la présidentielle.

Il faut dire que depuis le 6 mai, les choses ont légèrement bougé… Suite à la Conférence nationale du NPA du 7 juillet à Nanterre, des militants du NPA, notamment de la gauche anticapitaliste (GA) ont pris le large, pour aller vers les eaux du Front de de gauche, dont le candidat Jean-Luc Mélenchon avait, lui aussi, fait le buzz.

"On pense que c'est plus efficace que la gauche de la gauche se réunisse sous un même front. Mais nous restons indépendant", expose Joël Dedier, de la gauche anticapitaliste (G.A). Une position "que ne partage pas la majorité des membre du NPA qui ont décidé de conserver totalement leur indépendance", tient à rappeler Eddy Reyes, porte-parole du NPA 30. En cause : "le soutien critique" que porte "Le Front de Gauche au PS". "Il n'ont pas voté la motion de confiance, une stratégie du ni,ni" qui n'est pas du goût de la formation de philosophie marxiste et d'héritage trotskiste.

Cette stratégie de l'émiettement, véritable machine à perdre, a néanmoins ses limites : " Si nous ne sommes pas d'accord pour passer des accords politiques, nous sommes d'accord pour partager des luttes, comme ce fut le cas pendant la réforme des retraites ou contre le Traité européen", signifie Eddy Reyes.

Dans le fond, deux stratégies distinctes opposent nos partis écarlates. L'un, le Front de Gauche, est prêt à gouverner pour tenter de faire changer les choses. Le second, en bon marxiste, veut "mettre en mouvement les opprimés" dans le but  de "changer la société pour instaurer le socialisme du XXIème siècle". Ah! Qui se souvient de cette célèbre phrase, d'un dénommé Karl Marx : "Prolétaires de tous les pays unissez-vous"… Ca ne trompe pas !

Alors en aspirant au changement, dans une société capitalistique et individualiste,  les militants poursuivent leur lutte. Le "plan d'urgence" présenté par le NPA aux dernières présidentielles est toujours d'actualité : interdiction des licenciements, diminution du temps de travail… Concernant les luttes locales, le parti demande pour Uzès, "la construction immédiate de la halle de sports du collège Jean Louis Trintignant "  et "de l'internat commun aux deux lycées sans diminution de l'effectif encadrant et de services".

En février prochain, un congrés plus important se tiendra pour faire le bilan de l'année.

Coralie Mollaret

coralie.mollaret@objectifgard.com

Contact NPA : npadugard@gmail.fr

Coralie Mollaret

Journaliste Reporter d'Images pendant un an à Marseille, j'ai traversé le Rhône voilà quelques années pour vous informer en temps réel sur l'actualité Gardoise…

Vous aimeriez aussi

1 commentaire sur “GARD: Le NPA plie mais ne rompt pas !”

  1. Heureusement qu’il y en a qui ne cèdent pas aux sirènes du réformisme. Ce système ne génère que misère et inégalité, la seule solution c’est de le renverser. Et ça, ce n’est pas une clique de quelques politiciens qui le fera mais bien la masse des opprimés, personne ne fera le bien du peuple à sa place!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

Close

Adblock a été detecté.

Merci de nous aider en désactivant votre blockage de publicité