Actualité générale.Actualités

ALÈS : Le salon de l’auto au point mort

Si l’on enlève les Ferrari placées dans l’immense cour du Parc des Expositions d’Alès, il n’y avait pas de quoi rêver au salon de l’auto qui a commencé vendredi et qui se finit ce soir. Au total, on dénombre une vingtaine d’exposants, représentant les plus grands constructeurs français, européens et mondiaux. Dans les stands, que des voitures « classiques », certaines un peu haut de gamme mais rien qui n’invite au rêve. A l'image de notre présidence, on a eu le droit à un salon de l’automobile « normal ». Rien de bien spectaculaire.

Dans les allées du salon, à se dire que les visiteurs ont le nez pour sentir les mauvaises occasions, il n’y avait pas foule. Ce qui explique probablement la grise mine des vendeurs, qui ne roulaient pas des mécaniques. Au niveau des ventes, elles restent faibles selon certains concessionnaires qui expliquent que : « c’est souvent le cas dans les salons et que les clients reviennent quelques temps plus tard ». On veut bien les croire. Et on leur souhaite.

Enfin, la plus grosse consommation n’est pas venue des voitures mais des clients attablés au bar du salon. Non, vraiment, il n’y a pas grand-chose de surprenant. Allez, en cherchant bien, on peut dire que le prix, de 4 euros, n’est vraiment pas cher pour un salon de l’automobile. A côté de ça, quelques euros de plus et c'était une mauvaise affaire. Si le changement c’est maintenant, le salon de l’auto d’Alès va devoir passer la seconde.

Tony Duret

tony.duret@objectifgard.com

Tony Duret

Tony Duret, journaliste à Objectif Gard depuis juin 2012.

Vous aimeriez aussi

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

A lire également

Close
Close

Adblock a été detecté.

Merci de nous aider en désactivant votre blockage de publicité