ELECTIONS UMP : J-F.Copé élu président de l’UMP… Dans le Gard !

Avec plus de 1500 voix, le secrétaire général de l’UMP arrive en tête dans la fédération du Gard, l’une des plus importante de France. Retour sur une soirée électorale marathon… Avec l’ombre de Nicolas Sarkozy qui plane solidement sur le parti !  

Jean-Paul Fournier, maire de Nîmes, veille au bon déroulé du scrutin.

18H. Les militants UMP font la queue dans les différentes permanences UMP du département… A Nîmes, la scène est inattendue : la file d’attente des électeurs déborde abondamment sur le trottoir.  “Je suis venu 3 fois aujourd’hui. Ce matin, il y avait déjà la queue, je me suis dit que ce soir il y aurait moins de monde. C’est raté“, note Hervé. Devant la fédération, le maire Jean-Paul Fournier veille au bon déroulement “de cet exercice démocratique. Vous savez, c’est la première fois que nous votons pour élire le président de l’UMP“. Un pastis à la main, le maire entre et ressort du local, parle, plaisante même avec les militants. ” Vous savez, c’est assez convivial ici. On se connait tous. Nîmes c’est un grand village“, explique Christine.

Jean-Paul Fournier n’est pas le seul à faire le va-et-vient. Costume noir, tirés à quatre épingles et portables solidement vissés à la main, Franck Proust, député européen UMP, Laurent Burgoa conseiller général UMP et l’adjoint au maire, Richard Tibérino, sont prêts à tout moment à dégainer pour s’informer de ce qu’il se passe dans les 4 autres circonscriptions du Gard.

Copé, chef de parti ; Fillon, présidentiable !

Plus 1H30 de dépouillement !

Dans cette foule épaisse de militants, la plupart refusent de dire pour qui ils ont voté… Timidement, Christiane se dévoile : “j’ai voté Copé pour son dynamisme, sa façon de travailler. Il tient bien le parti…”. “François Fillon a été ministre pendant 5 ans ! Il peut prendre des vacances“, ironise Michel, son mari. Avant de rajouter “Non, je plaisante. Là, nous votons pour un président de l’UMP. Pas pour un candidat à la présidentielle“. Outre l’adhésion à certaines de ses idées, les électeurs du secrétaire général de l’UMP, voit en lui, un “guerrier“, un “chef de parti” pugnace, capable de tenir la maison UMP pour ces 3 prochaines années ! Puisqu’en 2015, il faudra retourner aux urnes !

Si le dynamisme de Jean-François Copé est plébiscité par tous, ces propos, eux, sont loin de faire l’unanimité : “j’ai peur de Copé. Il nous rapproche trop de l’extrême droite avec ses idées… Parfois il y va trop fort, comme avec son histoire de pain au chocolat…”, lance Isabelle. “Si je vote F.Fillon, c’est parce qu’il a bien dirigé le gouvernement, il apaise et il ferait un bon candidat pour 2017“, estime Amandine.

La nostalgie Sarkozy  ! 

Nicolas Sarkozy veillerait-il lui aussi au bon déroulé de l'élection ?!

4 mois de campagne, avec des hauts et des bas… Des petites phrases assassines et des compliments mutuels… “On est loin de ce qu’il s’est passé entre Chirac et Balladur“, remarque Michel. Une élection de parti n’étant pas aussi importante qu’un choix de candidat pour la fonction suprême.

Au cours de la campagne, les deux prétendants ont joué à “qui sera le plus sarkozyste des deux“. Jamais un ancien président n’avait autant marqué les militants de son parti… Selon une étude Ifop pour le JDD, publiée la semaine dernière, 64% des sympathisants UMP aimeraient qu’il soit candidat en 2017, contre 53%, en août dernier. “C’est parce qu’il a fait bouger les choses ! Regardez, Valéry Giscard d’Estaing, on en parlait aussi un petit peu à l’époque“.

18H30. Le dépouillement commence… Telles des fournies travailleuses, les militants et responsables politiques s’attellent à la tâche pour ouvrir les bulletins. Derrière le dos du maire, une affiche de Nicolas Sarkozy surplombe le dépouillement. Les mystères qui entourent le retour ou non de “l’hyper-président” est profond. De quoi alimenter les conversations : “ si Jean-François Copé est élu, il a dit qu’il s’effacerait… François Fillon, je ne pense pas ! C’est pour cela aussi que j’ai choisi Copé “, explique Robert.

Jean-Paul Fournier appelle Jean-François Copé pour lui donner les résultats de Nîmes

A l’entrée de la permanence une poignée d’électeurs observe la scène. 19H50 : les premiers résultats tombent… Jean-Paul Fournier appelle Jean-François Copé : “Jean-François, tu es arrivé en tête à Nimes avec 623 voix“. Dans toutes les circonscriptions, le secrétaire général de l’UMP rafle la mise!

Quoi qu’il arrive, “ce soir c’est l’UMP qui a gagnée. Et nous nous rangerons tous derrière le président élu (…) Nous attendons d’ailleurs de lui qu’il prépare les élections municipales. Certes, il a un discours plus droitier que François Fillon, mais c’est un battant et nous y arriverons” note le maire. Avant de répondre, concernant son éventuel candidature pour 2014 : “Ah, ça je ne sais pas!“. Objectifgard aura au moins tenté !

Coralie Mollaret

coralie.mollaret@objectifagrd.com


Partager