A la uneActualité générale.Actualités

SABRAN : Céline et Sébastien, ces amoureux du safran!

 

La cueillette du Safran

C'est dans leur petit cabanon au Hameau de Donnat, qu'Objectifgard a rencontré, ce matin, Céline et Sébastien Dalonis, producteurs de Safran. Voilà bientôt six ans que le couple "s'est mis au vert", et cultive cet épice. Une plante, très utilisée dans nos plats du sud de la France, que ces Gardois tentent de décliner à toutes les sauces, pour le plaisir de nos papilles ! 

Il est patient et a hérité de la "passion de la terre léguée par son grand-père". Elle, est chaleureuse et a l'âme du commerce ! Céline et Sébastien, jeune mariés, cultivent près du village de Sabran, au Hameau de Donnat, le safran. "Cet épice est le seul à provenir d'une fleur. Et, contrairement à ce que l'on pense, le safran n'est pas exotique. Mais, il est cultivé en Provence depuis les Romains", nous informe Céline. Native de Bruxelles, Céline d'origine espagnole, s'est spécialisée dans l'événementiel et la communication. Son mari, Sébastien, malgré son amour de la terre, est devenu professeur des écoles. Ces deux destinées, distinctes et bien tracées, se sont croisées il y a quelques années, dans ce petit village du Gard, et ont donné naissance à l'entreprise "Safranum". Leur surface agricole n'est pas très vaste : 1000m2 de culture pour environ 60.000 bulbes, les "crocus sativus". "Il faut savoir que la culture du safran ne nécessite pas beaucoup de surface, ni de matériel particulier… Cependant, elle demande beaucoup de travail", reconnait l'agricultrice.

Utilisé dans la gastronomie, le Safran sert aussi à teindre les vêtements et détient des vertus médicinales… Aphrodisiaques ! Particulier, la plante fleurit à l'automne, alors qu'à cette période, tous les végétaux ont plutôt tendance à faner ! "Il se réveille entre le 15 octobre et 15 novembre, c'est la période de cueillette". Il faut alors ramasser la fleur à la main, la décortiquer pour extraire le pistil et le laisser sécher. "Il faut garder le safran à l'abri de la lumière", insiste Céline. Pour un gramme de safran, comptez 30 euros, contre 10 euros dans les grandes surface. La spécificité : " notre Safran n'est pas emballé et exposé à la lumière, il garde toute sa saveur. Pas besoin donc, d'en mettre 1 gramme pour faire une bonne bouillabaisse", explique Céline. Avant d'ajouter : "Aujourd'hui 90% du Safran vient d'Iran. Même celui où il y a écrit sur l'emballage 'Made in Spain' a été cultivé en Iran. Avec le trajet et la lumière, il perd de son goût, s'évente".

Revendiquant une "agriculture de proximité" avec "des circuits courts", le couple commercialise son safran dans les épiceries locales ou le vend directement aux particuliers via Internet. Autre marché : la vente aux restaurateurs. De grandes comme de petites tables  : " nous travaillons avec des chefs étoilés comme Lionel Levy d'Une table au Sud, à Marseille ou encore Armand Arnal, du restaurant La Chassagnette, en Camargue ". Leur objectif pour les prochaines années : travailler avec plus de monde dans le Gard et vendre d'avantage aux particuliers. Porte-à-porte, salons, création de nouveaux produits… Tout est les moyens sont bons pour se distinguer des autres producteurs ! Leur "sirop de safran" a fait son petit effet, en septembre lors du festival Gourméditerranée à Marseille !

"On essaie de trouver un équilibre : le travail et la qualité de vie. Une sorte de sobriété heureuse", explique Céline. Sensible aux idées de Pierre Rabhi, agriculteur et philosophe. Cet ancien candidat à la présidentielle de 2002, défend un modèle de société plus respectueux de la terre et soutient le développement de pratiques agricoles en accord avec la protection de l'environnement. Céline et Sébastien ont d'ailleurs décrochés le label " Nature et progrès" pour leur exploitation.

"Nous avons besoin d'être en contact et en accord avec la nature… Mais attention, ça ne veut pas dire que nous ne sommes isolés! Bien au contraire ! Vous savez, lorsqu'il y a 9000 fleurs à décortiquer, nous appelons des amies pour nous aider… Et nous faisons après une bonne bouffe", conclut Céline ! Aromatisée au Safran, bien sûr !

Pour les contacter : http://www.safranum.com ou via facebook !

Coralie Mollaret

coralie.mollaret@objectifgard.com


Coralie Mollaret

Journaliste Reporter d'Images pendant un an à Marseille, j'ai traversé le Rhône voilà quelques années pour vous informer en temps réel sur l'actualité Gardoise…

Vous aimeriez aussi

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Close

Adblock a été detecté.

Merci de nous aider en désactivant votre blockage de publicité