DISPOSITIF HIVERNAL Le Gard multiplie ses efforts pour venir en aide aux sans abri

L’hiver s’est installé, “une période de l’année où il est essentiel que nous nous préoccupions des plus démunis et vulnérables” a lancé le Préfet du Gard, Hugues Bousiges, en introduction lors de la présentation du dispositif d’accueil hivernal des personnes sans abri. Une présentation qui s’est faite en présence de la Directrice de la Cohésion Sociale et des principaux acteurs du dispositif : Croix Rouge française, Centre d’Hébergement et de Réinsertion Sociale Les Glycines, Associations Espelido, la Clède et Adejo SOS Habitat et Soins.

Ce mercredi novembre, le préfet du Gard a présenté le dispositif d'accueil des personnes sans abri pour la période hivernale qui s'étendra jusqu'au 31 mars 2013. Photo DR/

Depuis le 1er novembre, le dispositif d’accueil des personnes sans abri est renforcé pour la période hivernale allant jusqu’au 31 mars 2013. Dans le Gard, ce sont 229 places — soit 72 places supplémentaires pour la période hivernale (niveau 1, 2 et 3), Ndlr — qui sont accessibles aux personnes dans le besoin. En cas de grand froid (niveau 2) la possibilité de mobiliser 350 nuitées d’hôtels à Nîmes et 380 à Alès, 730 nuitées au total contre 650 l’an passé. Et bien entendu, les effectifs du Samu social gérés par la Croix Rouge ont été renforcés afin d’augmenter le nombre de maraudes à Nîmes et à Alès.

Un dispositif conséquent qui pourtant reste insuffisant face à une demande toujours plus accrue : “de +12 à 16% ces deux dernières années” précise Olivier Dupuy, responsable du pôle social à la Croix-Rouge Nîmes. Conséquence de la pauvreté qui sévit sans épargner les jeunes âgés de 18 à 21 ans, mais aussi les plus de 60 ans, deux populations qui ont récemment fait leur entrée dans la spirale infernale. Conséquence aussi du nombre de demandeurs d’asile venus des pays limitrophes qui ne cesse d’augmenter.

L’accompagnement social, la priorité du dispositif hivernal 2012/2013

Mon souhait, c’est qu’il y ait le moins de personnes possible à la rue. Ainsi, je souhaite sensibiliser les maires gardois et les encourager à être attentifs à cette problématique. Dans l’ensemble, ils le sont mais je me déplacerai dans certaines communes susceptibles de mettre à la disposition des plus démunis des places d’accueil supplémentaires” a affirmé le préfet du Gard avant d’ajouter : “Nous devons nous assurer que des solutions de logement, d’hébergement ou de mise à l’abri, sont apportées aux personnes en situation de rupture pour des raisons économiques, sociales ou familiales.

Et cela passe aussi par le renforcement de l’accompagnement social des populations en situation d’exclusion, la priorité du dispositif hivernal 2012/2013 dans le Gard (territoire pilote du dispositif Logement prioritaire pour favoriser le secteur de l’offre de l’hébergement autonome et adapté). “Dès le mois de janvier, nous allons lancer une expérimentation pour accompagner 30 familles à Nîmes et Alès qui sont en capacité de sortir de cette situation d’exclusion, avec le concours de différents acteurs : l’État, les Collectivités locales, les associations, les bailleurs” explique Isabelle Knowles, directrice départementale de la cohésion sociale. Un projet qui a reçu des crédits exceptionnels de la part de l’État, soit 221 450€, dont l’objectif est d’anticiper la fin de la période hivernale et d’éviter les remises à la rue des personnes démunies.

Rappelons qu’il appartient à chacun de signaler au 115 les situations individuelles dont il pourrait avoir connaissance en matière de personnes sans abri, notamment en période de grand froid.

Stéphanie MARIN

stephanie.marin@objectifgard.com

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>