• Home »
  • A la une »
  • NOUVEAU CENTRE : Une centaine de Gardois, enthousiastes, au Congrès de Valence

NOUVEAU CENTRE : Une centaine de Gardois, enthousiastes, au Congrès de Valence

Nouveau Centre congrés de Valence

Une centaine de militants et élus locaux ont composé la délégation du Gard au congrès de Valence, ce week-end.

3ème congrès depuis la création du Nouveau Centre, les militants et caciques du parti se sont retrouvés, ce-week-end, à Valence. Au programme : réélection attendue d'Hervé Morin, débat sur la législation du travail et, bien sûr, un petite pensée pour les cousins UMP, toujours plongés dans un imbroglio burlesque !

Ce week-end, s'est tenu à Valence, dans la charmante région Rhône-Alpes, le 3ème congrès du Nouveau centre. Une grande réunion familiale du parti, qui se tient traditionnellement tous les deux ans, depuis la création de la formation en 2007. Cette année, le banquet a eu une saveur particulière, entre la création de l'UDI (Union des Démocrates et Indépendants) et la guerre des chefs à l'UMP.

Julien Deveze, délégué départemental du Nouveau centre.

Mais pas question de tacler, avec trop d'insistance, les cousins de droite : "Nous aussi nous avons connu des divisions", admet Julien Deveze, délégué départemental du Nouveau centre et membre du bureau départemental provisoire de l'UDI. Des divisions, lors des présidentielles, entre Jean-Christophe Lagarde et Hervé Morin. Mais aussi au sein du premier tandem Borloo/Morin avec la création de l'ARES… Qui a pris l'eau, soumise au poids d'une lourde guerre d'égo.

Si à droite l'horizon est toujours aussi sombre, pour le Nouveau centre, composante fondatrice de l'UDI, le soleil est au zénith !  Après avoir déclaré, par la voix de son président Jean-Louis Borloo, être "une terre d'accueil" pour les militants UMP déçus du psychodrame, la formation passe à l'action sur le terrain des idées ! "Si on attend la décrédibilisation des autres partis pour être crédible, je ne crois pas que l'on puisse avancer très loin", estime Julien Deveze.

Premier "temps fort" de ce congrès, l'élection de son nouveau président… Hervé Morin ! L'ancien chef du parti, seul candidat à sa propre succession, a récupéré son poste avec 94% des voix ! Un scrutin "à la soviet" ? "Non, la preuve du travail qu'il a réalisé depuis 2007 ". Cet ancien ministre de Nicolas Sarkozy va donc continuer de tenir la barre du navire Nouveau centre mais aussi celle de l'UDI, par sa fonction de président du conseil national.

Cap ainsi sur les prochaines échéances électorales… Et pour se faire, la boite à idées doit être bien fournie. D'inspiration libérale, l'Etat doit, pour le parti, moins réglementer l'économie et notamment le marché du travail, en instituant, par exemple, "un contrat de travail unique", "de longue durée" avec "des droits qui viendraient progressivement, en fonction du temps passé dans l'entreprise et avec des procédures facilitées pour les licenciements", ajoute Julien Deveze.

"Le nouveau centre a compris qu'il devait se comporter comme un courant (…) la frange libérale de l'UDI", lance Mathieu Morateur, secrétaire départemental Nouveau centre dans les Bouches-du-Rhône. Le Nouveau centre vogue à travers la machine UDI… Espérons qu'à l'approche de 2017, les deux capitaines du navire UDI, ne fassent pas, eux aussi, tanguer le navire !

Coralie Mollaret

coralie.mollaret@objectifgard.com

Partager