Actualité générale.ActualitésEcologie.EconomieInsoliteSanté.Société

NÎMES : La prolifération des pigeons surveillée de très près aux jardins de la Fontaine

Jean-Paul Fournier et Marianne Crépin devant le premier pigeonnier de la ville

Vendredi matin, par un beau soleil, Jean-Paul Fournier, Maire de Nîmes, et ses deux adjointes, Marie-Reine Delbos, déléguée aux parcs et jardins et Marianne Crépin, déléguée à l’hygiène, se sont retrouvés près du temple de Diane, dans les jardins de la Fontaine. Curieux, ils se sont d’abord dirigés vers l’un des bassins du parc où, depuis fin novembre, cohabitent de manière exemplaire un couple de cygnes noirs, des australiens, et un couple de cygnes blancs, des polonais. « C’est gracieux, s’extasie Jean-Paul Fournier. Et puis, ils sont très fidèles, ils ne se mélangent pas », observe-t-il en plaisantant.

Le lac des cygnes aux jardins de la Fontaine

Ceux qui ne se mélangent pas non plus, ce sont les pigeons. Du moins, ce vendredi matin, enfermés dans le premier pigeonnier de la ville de Nîmes derrière les ruines du temple de Diane, les oiseaux se sont faits discrets. Marianne Crépin se félicite de la présence de ce pigeonnier : « A chaque réunion publique, à chaque conseil municipal, on nous parle des pigeons. Puisque cette prolifération pose problème aux habitants et aux monuments, on réagit. Ici vivent 36 pigeons vigoureux attrapés dans les rues de la ville. L’idée, c’est de surveiller et de réguler leur évolution ». Ce pigeonnier n’est encore qu’un test qui, s’il s’avérait concluant, pourrait s’étendre à d’autres coins de la ville. Jean-Paul Fournier suggère : « Si effectivement c’est une réussite, on pourrait penser en mettre un au Mont Duplan ou sur la Colline aux Oiseaux ».  D’autant plus que la mairie a optimisé les coûts. Alors qu’un pigeonnier coûte près de 20 000 euros chez un prestataire privé, celui de la mairie, construit par les services techniques de la ville, n’a coûté que 5 000 euros… Eh, faut pas les prendre pour des pigeons à la mairie !

Tony Duret

tony.duret@objectifgard.com

Tony Duret

Tony Duret, journaliste à Objectif Gard depuis juin 2012.

Vous aimeriez aussi

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Close

Adblock a été detecté.

Merci de nous aider en désactivant votre blockage de publicité