A la uneNîmes Olympique

NÎMES OLYMPIQUE – CLERMONT : 3-0. Et ça continue encore et encore…

Les paradoxes du foot… Ce soir, on ne peut pas dire que les nîmois ont été transcendants. Qu’ils ont, comme le score pourrait laisser le penser, archi dominé ou écrasé leur adversaire. Et pourtant, à la fin, ça fait 3-0. Tant mieux ! Si les dieux du foot ont choisi de protéger Nîmes quelques temps, on ne va pas s’en plaindre. Mais plus que les dieux, il faut aussi féliciter une équipe et un staff qui vivent bien, qui travaillent et qui voient leurs efforts récompensés par une très belle sixième place au classement. Une première cette saison.

Très vite dans ce match, les joueurs de Zvunka vont choisir de ne pas laisser les clermontois prendre confiance. Dès la 11eme minute, Nicolas Benezet fait entrer son équipe dans le vif du sujet. L’attaquant nîmois reçoit un ballon de Gragnic alors qu’il est dans l’angle de la surface adverse. Le jeune nîmois repique dans l’axe, éliminant par son crochet deux adversaires, et place une frappe enroulée du droit au ras du poteau opposé. Un but à la Thierry Henry à l’époque d’Arsenal. 1-0. La suite de cette première période est assez spéciale. C’est clairement Clermont qui fait le jeu et qui garde le mieux le ballon. Pourtant, les joueurs de Régis Brouard ne vont pas se montrer dangereux. Ils avancent difficilement et quand ils approchent des trente derniers mètres, ils ne sont pas décisifs. Les nîmois, eux, comme s’ils jouaient à l’extérieur, opèrent en contre. Côté clermontois, on notera se ballon qui flotte dans la surface à la 30eme minute et qui est dégagé en corner par Aurélien Boche. Sur le coup de pied arrêté, Romain Saïss s’effondre dans la surface nîmoise. Silence de mort dans le stade. L’arbitre ne bronche pas. C’était limite… Sur son banc, Brouard est furieux. Les crocos répliqueront sur un coup-franc de Gragnic détourné de la tête par Mohamed Benyahia. Le portier clermontois, Fabien Farnolle est impeccable.

La deuxième mi-temps voit Victor Zvunka opérer un changement tactique. Riad Nouri passe sur le flanc droit, Gragnic est en pointe et Ogounbiyi joue les numéros 10. Une configuration qui va payer et perturber les clermontois. Sur un bon pressing nîmois et après une perte de balle de la défense auvergnate, Sidibé - tel un attaquant - déborde la défense et adresse un centre à ras de terre parfait entre le défenseur et le gardien. Farnolle touche la balle et la dévie dans les pieds de Gragnic qui inscrit facilement, dans un but vide, son dixième but de la saison (63’). 2-0. Deux minutes plus tard, c’est Merville qui sauve les siens après une superbe parade sur une tête de Perrinelle. Obligés de se découvrir, les clermontois laissent beaucoup d’espaces aux nîmois. Riad Nouri va en profiter. Après un joli une-deux avec Gragnic, la nouvelle recrue arme un puissant tir à ras de terre qui tutoie le poteau. 3-0. Un score surprenant au vu de la rencontre. Nîmes manquera quand même quelques balles de KO. Qu’importe. L’essentiel a été fait. Les crocos ont confirmé et valorisé leurs trois points pris à Nantes. Qu’est ce qu’il serait intéressant d’en prendre trois de plus, vendredi prochain encore aux Costières, face à la lanterne rouge du championnat, Sedan. On y croit !

Les réactions :

Aurélien Boche : « Trois à zéro, ça fait score sans appel. Pourtant, on était emprunté en première mi-temps et on a beaucoup de chance de mener à la mi-temps. Après, à 2-0, on a mieux géré le match. Et puis, avec la confiance qu’on a en ce moment… On est sur un petit nuage. Mais, on n’est qu’à 31 points. Il ne faut pas brûler les étapes ».

Régis Brouard, entraîneur de Clermont

Régis Brouard : « J’ai les boules. Sur leur première frappe, ils ont marqué. C’est ce qu’il se passe quand on ne respecte pas les fondamentaux du football. Et pourtant, ce n’était pas un grand Nîmes Olympique ce soir. On n’arrivait pas à être efficace. On a manqué de changement de rythme dans les trente derniers mètres, de qualité de centre… C’était un non-match ».

Victor Zvunka : « Ce n’était pas facile ce soir. Surtout en première mi-temps. Avec ce but, on a quand même réussi à se mettre dans de bonnes dispositions. Clermont nous a bien pris, nous a privés de jeu. Et de notre côté, on a eu du déchet dans le jeu. On n’avait pas assez de mouvements. Mais mes joueurs sont récompensés. Ils travaillent durs. L’ambiance est bonne. Tout se passe bien. On pense aux 42 points (le nombre de points qui assureraient le maintien, NDLR). Il ne faut pas s’enflammer et continuer. Ce serait bien d’enchaîner par une deuxième victoire à domicile contre Sedan ».

Nicolas Benezet : « On a fait un bon match et il faut retenir la victoire et les trois points. On a subi mais on y arrive. Je veux bien subir tous les week-ends et gagner 3-0. De toute façon, on est une équipe de contre, qui a de la vitesse devant. Sinon, c’est vrai qu’on est sur une bonne série. Mais on vise toujours le maintien ».

Tony Duret

tony.duret@objectifgard.com

Tony Duret

Tony Duret, journaliste à Objectif Gard depuis juin 2012.

Vous aimeriez aussi

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Close

Adblock a été detecté.

Merci de nous aider en désactivant votre blockage de publicité