• Home »
  • A la une »
  • RYTHMES SCOLAIRES Les professeurs gardois attribuent un zéro pointé au décret Peillon !

RYTHMES SCOLAIRES Les professeurs gardois attribuent un zéro pointé au décret Peillon !

Manifestation devant l'inspection académique, cet aprés-midi.

Le ministre de l’éducation nationale Vincent Peillon a présenté, ce matin en conseil des ministres, son projet de loi de refondation de l’école dans lequel figure le “polémique décret” des rythmes scolaires. Une centaine d’enseignants gardois sont mobilisés, actuellement, devant l’inspection académique.

Pancartes, banderoles et moufles ! En ce moment, une centaine de professeurs des écoles sont mobilisés devant l’inspection académique du Gard. Le motif de leur grogne : la réforme des rythmes scolaires “toujours floue“, dans les esprits, pourtant éclairés, des enseignants.

Lassés des “clichés dans la presse” relatifs à leur profession, Jacqueline Bex, secrétaire départementale FO enseignants, explique : “nous demandons le retrait de ce décret qui ne va pas du tout, malgré ce que tout le monde dit, dans l’intérêt des enfants“.

Présentée ce matin en conseil des ministres par Vincent Peillon, la réforme des rythmes scolaires prévoit le raccourcissement des 4 jours d’école, avec l’ajout d’une demi-journée supplémentaire, très probablement le mercredi matin. L’après-midi, les collectivités locales devront mettre en place des activités périscolaires, gérées par des animateurs ou des enseignants volontaires, payés par les communes. Une nouvelle organisation qui aura donc des conséquences sur l’emploi du temps des enseignants, chamboulés, au grès des possibilités des municipalités.

J’ai dit que je serai le ministre des élèves“, déclare fièrement le ministre Vincent Peillon. Selon une étude de l’OCDE, la France est le pays qui compte le plus d’heures de travail par jour sur l’année, soit 913 heures pour 144 journées. De quoi surmener sévèrement nos petits écoliers…

Cet après-midi devant l'inspection académique.

L’état cherche à se désengager, en transférant aux collectivités territoriales la charge d’organiser des activités la journée, avec des animateurs qui seront peu formés… Du moins pas comme nous le sommes, nous les professeurs“, avance Jacqueline Bex. Avant d’ajouter : “si les professeurs sont volontaires pour les activités, ils seront moins bien payés“.

Si les enseignants ne démentent pas “vouloir défendre” leur statut, ces derniers mettent aussi en avant “les inégalités” que pourraient engendrer la réforme : “cela signifie que dans une commune riche, les enfants iront faire de l’escalade et dans une commune moins aisée, une pauvre balle aux prisonniers. C’est contraire au principe d’égalité de l’éducation nationale “, lance Henry, professeur en classe de maternelle à Manduel.

De tout temps, les réformes dans l’éducation nationale ont suscité des manifestations… “La puissance du conservatisme français est stupéfiante“, a déclaré Vincent Peillon. Tenait-il le même discours lors des manifestations sous le quinquennat Sarkozy ? A vérifier…

Coralie Mollaret

coralie.mollaret@objectifgard.com

Partager