A la uneActualité générale.ActualitésActualités Gard.Faits DiversFaits divers.

MEURTRE DE LA JOGGEUSE Le suspect mis en examen pour « meurtre aggravé ». Il a été incarcéré à Nîmes.

Arrivé dans l'après-midi au palais de justice de Nîmes où il a été présenté à un juge d'instruction, Robert Plant, 32 ans, le jeune britannique soupçonné d'être l'auteur du meurtre de la joggeuse de Courbessac (*) a été "mis en examen pour meurtre aggravé", selon le procureur-adjoint, Stéphane Bertrand. Le meurtre aggravé est lié à la volonté initiale du suspect d'agresser sexuellement, sinon violer la jeune mère de famille de trois enfants, avant de la tuer à l'arme blanche et lui fracasser le crâne. Placé sous mandat de dépôt et écroué à la maison d'arrêt de Nîmes, le suspect qui est arrivé au Palais de Justice le visage dissimulé sous un tricot, encourt "la prison à perpétuité". "Suite aux différents éléments de preuves", notamment des traces d'ADN retrouvées sur  les vêtements de la malheureuse victime et de profondes griffures sur les mains de Robert Plant (la jeune femme a été vraisemblablement violentée, puis abandonnée dans des ronces), une information judiciaire a été ouverte. Par ailleurs, à l'heure des faits, le suspect n'a pu fournir d'alibi crédible quant à son emploi du temps.

"Le suspect ne se fait pas d'illusions sur sa peine", a expliqué le procureur-adjoint. Après ses 48 h de garde à vue, ce dernier n'a ni avoué, ni nié les faits. "Il sait qu'il était sur les lieux. Il sait qu'elle y était aussi… Mais il n'a pas dit 'j'ai fait ceci ou je n'ai pas fait cela' ", avance le procureur adjoint, avant de rajouter : "tout le monde ne fait pas d'aveux dans les premières heures de garde à vue". Selon Stéphane Bertrand, Robert Plant n'a ni casier judiciaire, ni antécédents psychiatriques. Quant à des liens présumés entre la victime et le suspect, le procureur-adjoint a précisé que "rien n'avait été établi" pour l'immédiat, mais il n'écarte pas l'hypothèse. Cette mère de famille de 33 ans, faisait régulièrement son jogging à Courbessac. Le suspect, habitant à 300 mètres des lieux du crime, ne travaillait pas.

(*) Rappelons qu'aux termes de la loi, toute personne est présumée innocente tant qu'elle n'a pas été jugée.

C.M

Coralie Mollaret

Journaliste Reporter d'Images pendant un an à Marseille, j'ai traversé le Rhône voilà quelques années pour vous informer en temps réel sur l'actualité Gardoise…

Vous aimeriez aussi

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Close

Adblock a été detecté.

Merci de nous aider en désactivant votre blockage de publicité