A la uneActualité générale.ActualitésMunicipales 2014.PolitiquePolitique.

NÎMES 2014 Le PC tend la main au PS mais reste vigilant

Sylvette Fayet, conseillère municipale PCF et Pietro Truddaiu, chargé des liens avec les partenaires du Front de gauche au PCF. 

Le PCF entend mener bataille à Nîmes pour arracher la municipalité au sénateur-maire UMP Jean-Paul Fournier. Par le biais d'un forum lancé en avril prochain, les communistes aspirent à créer un projet avec l'ensemble des citoyens et forces de gauche… Mais pas à n'importe quel prix.

De l'ouverture : oui, mais pas trop et pas n'importe comment ! Lors de leur dernière assemblée générale, le PC nîmois a débattu des municipales, principal sujet de conversation sur la place publique. L'objectif pour les communistes reste le même que pour les précédents scrutins, à savoir : arracher la mairie à l'équipe Fournier.

Gardant fraichement en mémoire le souvenir d'Alain Clary, ancien maire communiste de Nîmes (1995-2001), les militants rouge vif entendent mettre les bouchés doubles en créant un grand forum, le 4 avril. "Nous ouvrons les portes à tout le monde", lance Sylvette Fayet, conseillère municipale PCF. Avant de poursuivre : "ce forum est une expression citoyenne. Ceux qui y participent se regrouperont en thématiques dans le but de construire un projet pour la ville. Les gens vont donc construire un programme et se l'approprier".

Si ces derniers mois, ce type d'initiative foisonne, à l'image de l'association Tous pour Nîmes de Jean-Paul Boré ou A fond de Nîmes d'Yvan Lachaud, le PCF dénonce l'actuel "guerre d'égos" et "les mesquineries politiques" : "c'est à lui qui dit qui est le plus beau qui tirera la liste".

Premiers invités de l'initiative communiste : les nîmois, mais aussi les socialistes. "Il nous faut aller vers les autres (…) élargir à nos partenaires", lance Christian Bastid, le secrétaire de la section nîmoise, paraphrasant Pierre Laurent qui a encouragé son mouvement à tenter des "expériences". "S'unir est la condition sine qua non pour remporter la mairie", reconnait Pietro Truddaiu, chargé des liens avec les partenaires du Front de gauche au PCF.

Quelques ponts se dressent timidement entre ces deux héritiers de la SFIO. "Nous allons inviter le socialiste Gérard Filoche opposé aux accords CFDT/Medef, dans le cadre des Amis de l'Humanité", explique Pietro Truddaiu. "Une conférence commune" entre le premier secrétaire PS du Gard et Martine Gayraud est en discussion... Et "le député gardois Christophe Cavard,  a appelé à ne pas voter l'accord sur la réforme du marché du travail et réfléchit avec son groupe à des amendements", rajoute Pietro Truddaiu.

Mais pas folle la guêpe ! Claude Mazauric, professeur d'histoire, spécialiste de la Révolution française prévient : "si il faut approuver la politique d'Hollande pour faire un accord pour les municipales, alors il n'y aura pas d'accord ! ". "Depuis quelques temps on a l'impression que le PCF n'est plus un parti qui compte dans le paysage politique local. C'est oublier que le dernier maire de gauche était communiste", conclut Pietro Truddaiu, faisant référence à Alain Clary.

Coralie Mollaret

coralie.mollaret@objectifgard.com


Coralie Mollaret

Journaliste Reporter d'Images pendant un an à Marseille, j'ai traversé le Rhône voilà quelques années pour vous informer en temps réel sur l'actualité Gardoise…

Vous aimeriez aussi

2 réactions sur “NÎMES 2014 Le PC tend la main au PS mais reste vigilant”

  1. Le PCF mendie à l’instar d’EELV quelques postes au PS pour exister encore.

    Il le titille juste ce qu’il faut pour faire illusion auprès des électeurs sans jamais aller trop loin et tout perdre.

    Du grand (éc)art !

  2. On constate le manque d’imagination du Front de Gauche à copier chez Boré ou Lachaud. Pire, ils rampent vers le PS pour obtenir quelques postes. Mais où est le programme pour les Nîmoises et les Nîmois ? Auraient-il du mal à se les procurer ? C’est pathétique et ils seront jugés le moment venu car faut pas prendre les électeurs pour des pigeons. Et puis, pour rétablir la vérité, le projet de Tous pour Nîmes existe non pas depuis quelques mois comme celui de Lachaud mais depuis trois ans maintenant car construire un projet à l’horizon 2030 ne peut pas se faire en quelques mois. Il s’agit là d’amateurisme pire de stratégie politicienne. S’il doit y avoir un projet sincère et froncièrement utile, c’est bien celui de Tous pour Nîmes ! A bon entendeur…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

A lire également

Close
Close

Adblock a été detecté.

Merci de nous aider en désactivant votre blockage de publicité