Actualité générale.ActualitésEconomieEconomie.Faits DiversJustice.

ALÈS Fonderie de Tamaris, Shelbox… toujours l’impasse

Les salariés de la Fonderie de Tamaris fin février, au lendemain de la table ronde en sous-préfecture Photo DR/RM

 

Les salariés de la Fonderie alésienne de Tamaris se sont rendus dès 8h30 mardi matin à Nîmes pour montrer leur motivation et faire entendre leurs arguments alors que le tribunal de commerce devait décider de leur sort : soit de prolonger le plan de sauvegarde en cours, soit de placer l'entreprise en redressement judiciaire ou encore d'en annoncer la liquidation. Après une heure de délibération le tribunal a simplement reporté sa décision à la date du 9 avril. La situation sur le terrain reste très complexe (voir notre article précédent) et semble pour l'instant complètement figée alors qu'une partie du personnel devrait être placée en chômage partiel dès la semaine prochaine.

En ce qui concerne l'entreprise Shelbox aux Salles du Gardon, après la mise en liquidation le 5 mars dernier et le mouvement d'incompréhension  de ses salariés qui avait valu un nouveau passage au tribunal (lire notre article), les relations avec le liquidateur sont revenues "à la normale".  La table ronde organisée en sous-préfecture ce lundi intervenait  dans un contexte plus technique alors même que les salariés doivent recevoir leur lettre de licenciement. Selon Bruno Rivier de l'Union départementale de la CGT présent à cette table ronde, "il ne reste plus beaucoup de temps pour trouver une solution, soit dans un schéma de reprise de l'entreprise Shelbox  avec une partie de son personnel soit pour une reprise totale. Néanmoins le liquidateur à réaffirmé que nous n'étions pas dans l'urgence et qu'il allait également de son côté reprendre contact avec les 40 repreneurs potentiels listés". Une nouvelle table ronde est prévue jeudi 14 mars en sous-préfecture et un comité d'entreprise vendredi 15.

 

Raphaël MOTTE

raphael.motte@objectifgard.com

Etiquette

Vous aimeriez aussi

1 commentaire sur “ALÈS Fonderie de Tamaris, Shelbox… toujours l’impasse”

  1. cette situation reflète du peu de respect pour les salariés et symbolise toute la politique menée depuis des années ici, par le gauche et la droite, ensemble ou à tour de rôle.
    Shelbox a 40 repreneurs potentiels et la fonderie de Tamaris peut bénéficier du plan de sauvegarde…où est le ministère du redressement productif, à Bruxelles, à la City ?
    La question de la sortie de CETTE UE est posée.
    C’est d’ailleurs ce que fait le FN-RBM en interpellant le chef de l’état.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Close

Adblock a été detecté.

Merci de nous aider en désactivant votre blockage de publicité