Actualité générale.Actualités

COUAC Travaux illégaux : L’association St-Hilaire Durable saisit le procureur de la République

Mauvaise ou bonne, la salle de réception d'Alain Georges installée à Saint-Hilaire-de-Brethmas ne manque pas de publicité. Il y a un peu plus d'un an déjà, l'association Saint-Hilaire Durable portée par Henri Rivière, président et Béatrice Bernard-Chamson, membre du bureau et conseillère municipale de l'opposition, accusait Alain Georges, grande figure du commerce connue dans toute la région alésienne, d'avoir transformé, sans autorisation officielle, un hangar agricole en salle de réception. Un arrêté municipal interdisant l'accueil du public dans ses murs avait alors été déposé -- "qui n'est pas respecté soit dit en passant" s'exclame Béatrice Bernard-Chamson -- ainsi qu'une plainte à l'initiative de l'association. L'affaire suit son cours.

Mais depuis quelques mois sur la ZAD golfique à Saint-Hilaire-de-Brethmas, un étrange ballet de camions-bennes agitent les esprits. Alain Georges aurait entrepris des travaux de terrassement tout autour de sa salle de réception, là encore sans prendre le soin de demander les autorisations nécessaires pour effectuer un tel chantier. "Ces travaux concernent pour partie une parcelle (n°18) classée en « Réserve de protection  faune et flore » et une autre (N°19) classée « Espace naturel Boisé ». Renseignements pris auprès de la Direction Départementale des Territoires et de la Mer du Gard (DDTM), aucune déclaration préalable ni demande de permis d'aménager n'a été déposée par le propriétaire." précise Henri Rivière dans un courrier adressé au procureur de la République, à la DDTM 30 ainsi qu'à Gérard Roux, le maire de Saint-Hilaire-de-Brethmas. À Béatrice Bernard-Chamson d'ajouter : "Il est en train de modifier considérablement le paysage pour créer un équipement de luxe." Le propriétaire ne serait-il pas en train de préparer le terrain en vue de la création projet de golf sur cette même ZAD (lire ici) ? "Tout laisse à croire que oui. Mais le projet n'a pas encore été reconnu d'utilité publique, l'enquête publique n'a même pas encore démarré (elle débutera le 19 mars, Ndlr). C'est donc prématuré et surtout illégal."

C'est pour cela que l'association Saint-Hilaire Durable a saisi le procureur de la République d'Alès : "Nous demandons donc de dresser un procès verbal pour constater l'infraction et d'en transmettre copie au ministère public conformément à l'article L-480-1 du code de l'urbanisme."

S.Ma

Etiquette

Vous aimeriez aussi

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Close

Adblock a été detecté.

Merci de nous aider en désactivant votre blockage de publicité