Actualité générale.Actualités

NÎMES. ROMS. Le combat continue route de Saint-Gilles

Nouvelle manifestation hier après-midi sur le campement de Roms, route de Saint-Gilles, à mi-chemin entre Nîmes et Caissargues. Si l'expulsion de la quarantaine de Roms du camps, qui devait s'opérer hier a été repoussée, suite à une réunion avec la préfecture, les associations poursuivent leur mobilisation.

L'objectif de la manifestation d'hier est resté le même : sensibiliser l’opinion publique et interpeller les pouvoirs publics sur le sort de ces 40 citoyens romains et européens, dont le campement doit être évacué d'ici deux mois. “C’est suite à une plainte de RFF, qui possède ce terrain destiné au passage de la ligne TGV de la future gare de Manduel, que les Roms vont être expulsés”, rappelle Roger, membre du Collectif pour la défense des Roms et de l’Association pour la promotion des travailleurs immigrants.

"La situation actuelle est indigne et ne peut perdurer. (…) Suivant la circulaire du 26 août 2012, un comité de suivi réunissant les services de l'Etat, les collectivités territoriales concernées (Ville de Nîmes, Conseil Général) et des associations doit s'attacher à proposer des alternatives aux familles", fait savoir le collectif qui précise "qu'une réunion de travail sur le devenir des familles a eu lieu la semaine dernière en l'absence de la Ville de Nîmes et du Conseil Général, partenaires obligés de solutions concrètes".. Et de rajouter "cette réunion n'a pas débouché sur de réelles perspectives". Affaire à suivre.

Etiquette

Coralie Mollaret

Journaliste Reporter d'Images pendant un an à Marseille, j'ai traversé le Rhône voilà quelques années pour vous informer en temps réel sur l'actualité Gardoise…

Vous aimeriez aussi

1 commentaire sur “NÎMES. ROMS. Le combat continue route de Saint-Gilles”

  1. La seule alternative est de renvoyer les Roms chez eux, avec respect et dignité.
    Cette opération doit être suivie par la LDH.
    J’invite les associations à manifester leur indignation auprès des ambassades Roumaines et Bulgares à Paris en leur demandant des comptes, en effet ces pays reçoivent des subventions pour intégrer au mieux leurs ressortissants Roms.
    Au delà et sur le fond il faut dénoncer Shengen pour recontrôler nous mêmes nos frontières.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Close

Adblock a été detecté.

Merci de nous aider en désactivant votre blockage de publicité