Actualité générale.ActualitésPersonnalités.Polémique.PolitiquePolitique.Société

ALÈS Conseil municipal marathon pour un budget de rigueur sans hausse de la fiscalité

Le pari d'équilibrer le budget sans augmenter la fiscalité des alésiens. PhotoDR/RM

Il aura aura fallu plus de cinq heures au élus alésiens pour venir à bout du conseil municipal de ce lundi dont le premier morceau de choix était constitué par le vote du budget primitif 2013.

"Avec ce budget nous avons pu faire face au désengagement de l'Etat sans augmenter les impôts" expliquait le maire Max Roustan en introduction. Un budget de 50 millions d'euros de fonctionnement qui est marqué par la rigueur,  même si le poste des subventions est maintenu à la hausse  à +2,8% avec une enveloppe supplémentaire de 100.000 euros pour le CCAS. Pour le reste il a fallu faire des économies de partout  et éviter les fuites à l'image de la facture de l'eau sur la ville (4,3 millions d'euros) qui a baissé de près de 5 millions de m3 depuis 1995 commentait Max Roustan. Un budget que conteste l'opposition dans son ensemble, Jean-Michel Suau, communiste ouvrant le feu.  "La baisse des crédits d'Etat est un fait qui rend difficile l'exercice du budget", reconnaît ce dernier, " mais elle dure déjà depuis trois ans et risque de se poursuivre  encore". Ce qu'il conteste donc ce sont les choix dans le détail , comme les frais de communication dans le fonctionnement,"alors que le revenu moyen de la population alésienne est proche du seuil de pauvreté" ou encore des projets comme Mercoirol, le Golf de St Hilaire, le Multiplexe (il reviendra sur ce sujet) ou encore les 500.000 euros investis dans la vidéo surveillance. Un positionnement très politique de l'élu qui note au passage "que le choix de 0% d'augmentation d'impôt sur budget se traduira quand même par une légère hausse dans les faits à cause de l'augmentation des bases de 1,8%"  et qui termine ses propos par  "Je serai là aux élections". L'élu socialiste Fabien Gabillon va prendre sa suite en pointant sensiblement les même sujets sur un ton tout aussi politique.  Sa remarque hors sujet sur l'économie manquée de 1 M€ sur le nombre des élus de l'agglo (qui aurait pu être ramené de 184 à 88)  va toutefois appeler une réponse rapide du premier magistrat de la ville. "Je ne me donne pas le droit de décider de priver des élus de leur droit de participer aux décisions qui les concernent. Avant d'accuser les élus d'être les profiteurs de la république vous devriez être constructif vous même, le gouvernement a changé et vous êtes toujours isolé et toujours dans l'opposition".  Benjamin Mathéaud (PS) insistera à son tour sur "les dépenses de communication qui sont en augmentation de plus de 40% depuis 2008" accusant le maire d'"autopromotion". Il reviendra également sur la vidéo surveillance en citant le chiffre de 4,5 M€ d'investissement total "alors que rien ne prouve son efficacité comme c'est le cas à Nîmes qui a beaucoup investi", sur le patrimoine de la ville "défiguré" par des projets comme ceux du Multiplex ou encore aux services "bradés" aux  investisseurs privé. Ce à quoi le maire répondra simplement en ouvrant sa chemise "Je n'ai ni bague, ni chaîne, ni statue... et je suis sans doute le maire qui aura le plus municipalisé, cessons donc !"  Robert Ponge (extrême droite) à la différence de l'opposition qui votera, on l'a compris, contre ce budget, s'abstiendra arguant ainsi : "Nous entrons dans une assez longue période de vaches maigres et je trouve que vous auriez du faire un budget plus rigoureux".

Raphaël MOTTE

 

Etiquette

Vous aimeriez aussi

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Close

Adblock a été detecté.

Merci de nous aider en désactivant votre blockage de publicité