Actualité générale.ActualitésPersonnalités.Polémique.PolitiquePolitique.Société

ALÈS Rythmes scolaires : Impossible avant 2014

L'application de la réforme sera donc repoussée à Alès. Photo DR

Alors qu'elle était "partante" il y a quelques semaines,  Alès à décidé lundi soir, comme nombre d'autres villes de décaler l'application de la réforme des rythmes scolaires en 2014.

Le décret  relatif à l'organisation du temps scolaire dans les écoles maternelles et élémentaires, fixait, dans son article 2, un réaménagement des rythmes scolaires en  neuf demi-journées de classe au lieu de huit actuellement. La semaine scolaire devait comporter vingt-quatre heures d'enseignement organisées les lundi, mardi, mercredi, matin, jeudi, vendredi, à raison de cinq heures trente maximum par journée et trois heures trente maximum par demi-journée, avec une pause méridienne ne pouvant être  inférieure à une heure trente. Les enfants devaient pouvoir être accueillis à l'école jusqu'à 16h30.

"On s'en est expliqué avec le directeur d'académie, c'est trop difficile voire impossible" explique-t-on côté majorité lors du conseil municipal appelé à statuer ce lundi 18 mars. "Rien que sur Alès il nous fallait trouver 180 animateurs diplômés de plus. Et les associations ne sont pas prêtes à se priver de leurs éducateurs. Idem pour les classes. Les écoles nous appartiennent mais il faut s'entendre avec les enseignants pour savoir comment utiliser leurs classes. Il nous faut en plus transformer des classes de 30 en classes de 14. Il faudrait 180 classes, ce qui veut dire que nous devrions en construire. Or cela nous ne pouvons pas le faire... et même en 2014 !"

Quelques minutes auparavant, cette même majorité municipale avait déclenché la colère de l'opposition en tentant une transition sous forme de jeu de mot entre le dossier précédent, la création d'une chambre funéraire et l'abandon de la réforme. "Enterrée elle aussi". Ce qui a permis à tous de se mettre d'accord sur le fond : le changement des rythmes scolaires constitue bien l'un des éléments importants de la rénovation de l'école. Mais d'une part "il faut rester très vigilants sur les inégalités qui ne manqueront pas d'apparaitre entre les communes lors de la mise en place" dit-on à gauche alors qu'à droite on souligne plutôt "la difficulté de mettre en place une réforme dont ni les parents ni les enseignants ne semblent vouloir".   Accusé cette fois de "manquer d'Audace" le maire répond qu'il aurait souhaité avoir le droit à l'expérimentation. "Tandis que là, nous sommes dans l'inconnue".

Raphaël MOTTE

raphael.motte@objectifgard.com

 

Etiquette

Vous aimeriez aussi

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Close

Adblock a été detecté.

Merci de nous aider en désactivant votre blockage de publicité