Actualité générale.ActualitésEconomieEconomie.Personnalités.Polémique.Société

ALES Avis de tempête sur le « Pays Cévennes »

L'assemblée du Scot Pays Cévennes au Myriapole Photo DR/RM

Des élus du Front de gauche s'étaient réunis en milieu de semaine pour alerter la presse sur leur appel à voter contre le schéma de cohérence territoriale (SCOT) qui réunit 8 communautés et 120 communes du Pays Cévennes. Les Comités Front de Gauche Cévennes et Alès-Piémont avaient auparavant adressé à l'ensemble des élus une lettre ouverte portant sur leur désaccord avec le SCOT. On pouvait donc s'attendre à un avis de tempête pour cette réunion plénière du 28 mars 2113 puisque le comptage des participants donne la majorité à la gauche (au sens le plus large possible) dans cette assemblée.  De fait la réunion a commencé par une réponse point par point aux "reproches" soulevés dans ce courrier qui oppose la communauté d'Alès Agglomération aux autres intercommunalités du pays, évoquant par exemple dans le domaine économique "une vision libérale de la croissance métropolitaine, l'accumulation et la valorisation du capital privé investi prioritairement en ville, là où il tire parti d'un environnement favorable, créé par les investissements publics de la collectivité" . S'il est mathématique que l'agglomération alésienne qui totalise à elle seule 100.000 habitants sur les 150.000 du Pays Cévennes et apporte 2/3 des ressources avec la cotisation de 3,79 € par habitant soit prépondérante, c'est pour mieux rappeler que le Scot est justement le lieu d'une solidarité urbain/rural et d'une démocratie de débat puisque chacun y détient une voix. Max Roustan a d'ailleurs coutume de répéter aux maires. Je suis peut être le patron de l'Agglo ou  le patron d'Alès, mais je ne suis que l'animateur du Scot. Vous êtes maître chez vous". Indubitablement et malgré la complexité administrative de certains dossiers qui les rendent parfois assez indigestes, le Scot  rend des services aux communes qui ont choisi librement d'y entrer, et ce quel que soit leur couleur politique. Cette belle assemblée qui regroupe plus de 120 élus n'est pas l'assemblée nationale ni même une tribune. On s'y amuse peu et on n'y perds pas trop de temps (chacun ayant déjà un emploi du temps chargé dans sa commune !). Le désaccord politique exprimé -et qui est bien réel dans le fond - n'a donc pas eu raison de de l'accord technique entre les maire et qui fait vivre le Scot au quotiden. Certes Serge Bord à fait entendre une opposition sur un point précis qui sera appelé à être pris en compte et deux autres communes ont voté contre, mais on est loin du "gros temps" annoncé. Les éléctions approchant, il y a fort à parier que ce n'est pas la dernière fois que l'on parle de politique au singulier au Scot du Pays Cévennes.

R.M

Etiquette

Vous aimeriez aussi

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

A lire également

Close
Close

Adblock a été detecté.

Merci de nous aider en désactivant votre blockage de publicité