A la uneActualité générale.ActualitésActualités Gard.

VIVEMENT DIMANCHE Barjac, la tête en « l’art », un cœur de pierre et les pieds sur terre

Barjac, est un petit bourg fièrement  établi sur un plateau à 170 m d'altidude à mi chemin entre Aubenas et Pont-St-Esprit et à la limite des premiers contrefort des Cévennes. C'est un lieu ou il fait bon vivre et qui,  sur les bases d'un patrimoine architectural renaissance de qualité a su conserver ses lettres  de noblesse en pariant avec force et talent sur l'art et le naturel.

 

 

Un esprit artistique et culturel

Au fil des ans, des artistes réputés ont installé leurs ateliers à Barjac : le peintre Anselm Kieffer, bien sûr,  de renommée mondiale, les peintres Jo Duncan, Alain Duperay, Anne Flandin, les sculpteurs Dominique Lonchampt , Jens Boettcher, Daniel Souriou... ainsi que des auteurs, des compositeurs et plus largement toute une génération d'artisans d'art et de créateurs. Cela a contribué à donner à Barjac  une image de créativité que l'on retrouve à tout instant au fil des ruelles au travers des galeries des expos voire des simples boutiques. Ainsi elles ne sont pas moins de trois "couturières" à exercer leur talent au village à l'image d'Aurélie Bianchin qui propose ses créations originales pour les enfants grand rue Jean Moulin.  Après des études en dessin textile à Lyon, elle a travaillé sept ans dans des maisons de soierie (création de collections, conseil de styles…) avant de s’installer à St Sauveur de Cruzières et d’ouvrir son atelier « Thimotina Labinette » à Barjac. "On est d'abord venus de Lyon pour la campagne et les soleil explique-t-elle et on a trouvé plus". Le plus c'est Véronique qui tient la Boutique Bleudeterre un peu plus haut qui le définit : "Il y a à Barjac un esprit que l'on peu qualifier d'artistique et de culturel, mais ce que j'ai trouvé de plus par rapport à Uzès où je pensais m'installer de prime abord c'est le caractère familial. on se connaît, on se parle, on se retrouve."

Aurelie Bianchin dans son atelier de pièces originales PhDR/RM

Dans un écrin de pierre

La géographie des lieux y est sans doute pour beaucoup. En effet Barjac déroule autour de son château ou plutôt de ses trois châteaux bâtis au cour des siècles un ensemble de ruelles, de cours et de placettes piétonnes qui ont contribué à donner au village  son label de "Village de caractère" avec son parfum d'histoire et de culture. La tour seigneuriale, le castel vieil et surtout l'imposant château construit entre 1634 et 1639 sont devenu au fil des années au village le cœur d'un important lieu culturel avec des salles d'exposition, de dessin, de peinture, de danse et de musique, sans parler du cinéma et des son rôle moteur dans l'animation. Quelle que soit l'activité développée en ces lieux, le climat  architectural donne la tonalité. Ici un restaurant comme "le Buzz" proposera beaucoup plus que des hamburger en y ajoutant du Magret, A La Gargouille Eric Agnolin propose des pelardons, des ceps et des chataignes sous les voutes qui ont abrité successivement le couvent, la gendarmerie puis l'épicerie. A Barjac les murs semblent dicter la conduite des habitants. "On est tombé en amour avec la maison" expliquent Jean-François et Sylvie, arrivé tout droit de Québec pour ouvrir un magasin de décoration-antiquité avenue Jean Tassy. Il faut dire que la maison avait déjà exercé ses charmes dans le passé en abritant "Agitato" un songe des nuits d'été. C'est bien sur la renommée de la foire de Barjac qui les a attiré dans ce coin de France, mais Jean François qui a suivi des cours avec des chefs français est aussi un passionné de la qualité de vie. C'est lui qui nous parle du marche bio du vendredi matin...

Les commerçants dans leur écrin de pierre Ph DR/RM
Les commerçants dans leur écrin de pierre Ph DR/RM

Barjac au naturel

Car à Barjac on vient aussi se mettre au "vert". La démarche naturelle de qualité de vie est incarnée par le maire Edouard Chaulet, PC, élu depuis 1989 quand il dit : "Le repas des enfants ne doit pas être la variable d’ajustement du budget des familles et des communes. J’ai appris cela dans une famille ouvrière de 7 enfants : aimer c’est donner à manger et rien n’est trop bon, trop sain pour l’enfant. L’éducation de ses papilles vaut celle de son oreille ou de son regard. N’oublions pas que les impressions se gravent pour toujours, qu’elles vont servir de repère, de mètre-étalon. Il n’est pas fatal que les générations futures soient agueusiques, expéditives et solitaires." Cette approche pragmatique va être placée sous les feux des projecteurs avec le film de Jean Paul Jaud "Nos enfants nous accuseront" qui va accompagner l'expérience de la cantine bio et du jardin des enfants à Barjac. Un film qui soulève aussi la problématique forte des agriculteurs en perte de sens et qui montre surtout comment Barjac apporte à son rythme des réponses concrètes à des questions souvent qualifiées seulement d'écologiques. Dès lors, la proximité de l'Ardèche et de Pierre Rabhi va faire de Barjac le le porte parole d'une autre manière de vivre la relation à la nature. Ainsi à  Barjac tout est toujours un peu "bio", les artistes et les créateurs rejoignant sur ce terrain les néo-ruraux qui viennent s'installer à Barjac en ayant entendu parler de ce nouvel art de vivre proposé dès l'école au enfants et dans lequel ils sont invités à croquer à pleines dents.

Jean-François et Sylvie, arrivés tout droit de... Québec Photo DR/RM

L'EVENEMENT DU WEEK-END

L'événement du week-end à Barjac c'est bien évidemment la foire à la brocante qui réunit chaque année pendant cinq jour pour le week-end Pascal plus de 400 exposants venus de France entière et de l'étranger. En  face d'eux vont défiler plusieurs milliers de chalands, un mélange de vrais professionnels, de chineurs d'occasion et pourquoi pas de badauds et les familles venues profiter de ce bain de foule coloré et de la profusion des objets divers offerts simplement au regard et à la convoitise.

Plusieurs milliers de visiteurs sont attendus chaque année à Barjac Ph DR/RM

Plus de Photos

Vous aimeriez aussi

1 commentaire sur “VIVEMENT DIMANCHE Barjac, la tête en « l’art », un cœur de pierre et les pieds sur terre”

  1. Merci de ce bel et flatteur article! Vous dites bien ce que nous tentons d’être pour le devenir encore plus…Malheureusement ,nous venons d’être précipités sommairement dans le marigot supra communal et notre singularité risque d’en souffrir. Nous aurions aimé rester un lieu hospitalier, ouvert aux échanges équitables et enrichissants, garant de la diversité du monde et des libertés municipales.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

Close

Adblock a été detecté.

Merci de nous aider en désactivant votre blockage de publicité