Actualité générale.Actualités

GARD La pierre, les tailleurs y croient dur comme fer !

Les Arènes, la Maison Carrée ou les raffinées salles de bain en marbre… "Les pierres sont partout", lance fièrement Dimitri, en contrat d'apprentissage aux Compagnons du devoir de Nîmes. Avec sa camarade, Marie, ces deux "manuels" s'adonnent à une démonstration, en direct, de taillage de pierres, au Salon de l'apprentissage. Une manifestation qui plante ses stands toute la journée, à l'esplanade de Nîmes près des Arènes.

Si aujourd'hui le béton et le métal ont remplacé les pierres de Lens qui composent notamment la Maison Carrée, le minéral est toujours bien enraciné dans nos sociétés. D'ailleurs, " les collectivités font appel à nous à travers des marchés publics pour la restauration de certains édifices. (…) Sinon, ce sont de très, mais très riches particuliers qui nous sollicitent pour la construction de leur maison", explique Richard Simonnet, formateur aux Compagnons du devoir. L'un des rêves de ce professionnel : restaurer la façade de de l'abbaye Saint-Gilles, un chef-d'oeuvre de l'art roman.

La pierre, plus "écolo" que le béton armé 

A travers ses enseignements, Richard Simonnet tente de transmettre sa passion à ses élèves. Une passion où la précision, la minutie sont de rigueur, chaque coup de ciseau, devant être soigneusement donné dans la pierre tendre ou dure. Dans le Gard, la carrière de Sommières regorge de roches "tendres", tandis que près du Vigan, le minéral est très dur, utilisé notamment pour les voiries.

Richard assure que la pierre est promise à un bel avenir". Les raisons ? " Ses propriétés économiques et thermiques". Les bâtiments en pierre conservent la chaleur, mais aussi fraicheur lors des nos longues et chaudes journées d'été, -que certains se languissent de voir arriver-. Seulement, la construction en pierre prend plus de temps... Et donc d'argent. Alors que le béton armé, mélange de gravier, ciment et eau, s'érige beaucoup plus vite.

"Depuis 15 ans, des expériences de constructions en pierres, sont menées par des architectes, tel que Perraudin", explique le formateur. Avant de pointer les propriétés "écologiques" d'une matière qui se "construit, détruit et reconstruit à l'infini (…) La pierre fait peur aux architectes parce qu'ils l'imaginent indomptable", avance  le travailleur manuel qui ne demande qu'à initier les concepteurs du bâtiment à la pierre.

Coralie Mollaret

coralie.mollaret@objectifgard.com

Etiquette

Coralie Mollaret

Journaliste Reporter d'Images pendant un an à Marseille, j'ai traversé le Rhône voilà quelques années pour vous informer en temps réel sur l'actualité Gardoise…

Vous aimeriez aussi

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Close

Adblock a été detecté.

Merci de nous aider en désactivant votre blockage de publicité