A la uneActualité générale.ActualitésPolitiquePolitique.

MANIF FRONT DE GAUCHE. 180.000 participants selon les organisateurs, 30.000 selon la police !

 

Le "coup de balai" de Mélenchon est volontiers illustré durant la marche...

"La tête du cortège arrive place de la nation. Dans le carré de tête : Jean-Luc Mélenchon et Pierre Laurent, suivis des syndicats, des ouvriers en lutte dont les Fralib de Gémenos", explique Frédéric Deschamps, membre départemental du PCF 30, qui a fait le déplacement à Paris pour assister à la manifestation nationale du Front de Gauche. "C'est une manifestation festive, jeune et colorée... Très rouge. J'ai le sentiment que nous sommes autant si ce n'est plus, qu'a la manifestation pendant les présidentielles", rajoute le responsable local.

Du côté des slogans, dans l'épais cortège rue de Lyon, on peut entendre : "Austérité sa suffit, la gauche c'est nous" ou encore "c'est maintenant qu'il faut changer". Côté numérique, "c'est pire que la Feria, c'est noir de monde", lance Frédéric Deschamps. Selon les organisateurs, près de 180.000 personnes sont présentes entre à la place de la Bastille et la place de la Nation. Selon la police reprise par l'AFP, seulement 30.000 manifestants auraient participé à la marche.

A travers l'émission de RTL "Le Grand Jury", le ministre de l'intérieur a déclaré qu'il "n'y a pas de polémique à avoir, les méthodes de la préfecture de police sont connues de tous. Il y a en a assez de ceux qui mettent en cause le travail des fonctionnaires de l'état, des policiers. La réalité c'est 30.000, c'est déjà pas mal, il faut l'accepter".

Entre hier soir et ce matin, plusieurs centaines de militants gardois "rouge vif" sont partis en car. Certains d'entre eux, comme les cheminots ont pris le TGV, tandis que d'autres ont préféré le co-voiturage...

Le parcours

Les fralib de Gémenos sont présents.

Ce dimanche, les militants de gauche ont fait le parcours en sens inverse de la manifestation du 18 mars 2012 qui avait réuni 120.000 personnes. "Nous partons de la place de la Bastille pour rejoindre la place de la Nation, via la rue de Lyon", précise Frédéric Deschamps. Avant de rajouter : "c'est une marche et non un meeting, il n'y aura pas de très grands discours".

Samuel et Célia, deux militants nîmois du Front de gauche à Paris.
Les militants écologistes font leur apparition.

Jean-Luc Mélenchon : "La période d'essai est terminée, le compte n'y est pas" 

"Vive la République, vive la sociale, vive la France". Dans son allocution, qui s'est conclue autour des 15h30, le leader du Front de Gauche, Jean-Luc Mélenchon a appelé à la création d'une VIème République. "La période d'essai est terminée, le compte n'y est pas (…) Le petit bal des copinages et des fraternités d'école c'est fini", a poursuivi le tribun, taclant ainsi le gouvernement Ayrault et la présidence Hollande. Côté économie, Jean-Luc Mélenchon veut en finir avec les plans d'austérité : "nous savons que nous ne pourrons jamais rembourser la dette (…) Il faut arrêter les souffrances infligées aux peuples". Et de lancer : "mieux vaut l'inflation que la guerre", faisant référence au rôle la BCE, qui si le statut était modifié, pourrait prêter directement aux états qui pourraient alors éponger leur dette respective... C'est la fameuse "planche à billet", utilisée autrefois. Pour Jean-Luc Mélenchon, "ce jour est un point de départ où nous travaillons à réunir une nouvelle majorité. Et nous donnons rendez-vous aux associations, aux familles, à venir débattre avec nous lors des assises en juin, pour un nouveau programme à proposer". En conclusion, Mélenchon reprend le leader de la SFIO : "Jean-Jaurès disait : nous savons, par une expérience, qu'il ne faut jamais désespérer. Et qu'un jour ou l'autre, la grandeur des évènements répond à la grandeur de la pensée. Vive la république, vive la sociale, vive la France !".

 

Pour Eva Joly, ancienne candidate EELV à la présidentielle, cette manifestation "n'est pas une manifestation contre le gouvernement, mais un point d'appui pour mener une autre politique".

100.000 personnes attendues

Le journal de gauche, fondé par Jean-Jaurès , fait sa Une sur la manifestation de ce dimanche 5 mai.

Cette démonstration de force, à l'initiative du trublion et co-président Jean-Luc Mélenchon, a pour but de réveiller le gouvernent Ayrault : "on est à un moment politique où les gens, qui ont voté pour François Hollande se rendent bien compte que rien n'a changé. Le gouvernement réengage et accentue même les mesures prises sous le quinquennat Sarkozy", lance Frédéric Deschamps

Ambition affichée des organisateurs : réunir au moins 100.000 personnes. Un challenge difficile au regard de la faible mobilisation du premier mai. Les jours fériés nuiraient-ils au militantisme ?

Invité surprise du rassemblement : Eva Joly. L'ancienne candidate EELV aux présidentielles a volontiers accepté la proposition de Jean-Luc Mélenchon. De quoi mettre mal à l'aise quelques députés et ministres EELV, à l'image de Cécile Duflot. Dans sa politique habile pour fracturer le gouvernement, Jean-Luc Mélenchon avait également convié Arnaud Montebourg, chantre de la démondialisation. Mais le ministre du redressement productif a décliné l'offre…

Bye bye "austérité" et bonjour "VIème République"

120.000 étaient présents, l'année dernière, place de la Bastille.

Il faut bien remarquer que depuis l'élection de François Hollande, il y a tout juste un an, les attaques du leader du Front de gauche à l'encontre du chef de l'état vont crescendo. En cause : "la politique d'austérité mise en place par un gouvernement dit "de gauche"". "On dit que ce n'est pas une politique d'austérité, mais on voit bien que les impôts augmentent, que les investissements publics sont en baisse… Alors comment doit-on appeler cette politique ! (…) Ces mesures vont accentuer les difficultés", rétorque Frédéric Deschamps.

Hasard du calendrier, la commission européenne a publié vendredi de pessimistes prévisions concernant la santé économique de la France, confortant les critiques du Front des communistes :  une recession de 0,1% de la croissance française et des déficits qui continueraient à se creuser : -3,9% en 2013, -4,2% en 2014 ! Comme quoi, austérité ne rime toujours pas avec croissance.

"Nous avons besoin d'air, de souffle dans l'économique mais aussi dans l'exercice démocratique. Aujourd'hui les gens ne se retrouvent plus dans cette caricature qu'est le fonctionnement de nos institutions. Il nous faut passer à la VIème République", appelle, à l'instar de toute la gauche de la gauche, Frédéric Deschamps.

Plus d'infos à venir…

Coralie Mollaret

coralie.mollaret@objectifgard.com

Etiquette

Coralie Mollaret

Journaliste Reporter d'Images pendant un an à Marseille, j'ai traversé le Rhône voilà quelques années pour vous informer en temps réel sur l'actualité Gardoise…

Vous aimeriez aussi

7 réactions sur “MANIF FRONT DE GAUCHE. 180.000 participants selon les organisateurs, 30.000 selon la police !”

  1. Le FG ne veut ni sortir de cette UE ni renoncer à l’euro de Bruxelles et de Berlin mais changer le monde (USA, Chine…). Autant dire que le FG n’est qu’un leurre au service du PS.
    Pour rappel, le FG a appellé à voter Hollande sans condition.
    Merci qui ?

    1. Vous n’avez encore rien compris M.Jacob prenez le temps de relire nos discours au lieu de réciter vos formules toutes faites qui ne règlent rien et attisent la haine entre les peuples ,savez vous ce que dire solidarité

  2. pietro,

    le peuple Allemand (par exemple) a choisi. C’est Angela Merkel qui rythme la cadence aujourd’hui.
    Vous êtes solidaire du PS et non de tous ceux qui ont voté non au TCE.
    Vos discours ne trompent plus personne, les électeurs jugent les actes. Déjà vous négociez les futures élections avec votre partenaire stratégique.

    1. l’ESPOIR ?

      L’espoir de quoi ?
      Confondre l’EUROPE des Peuples ET des Nations avec UE et Euro est plutôt désespérant, non ?

  3. et oui M.Jacob 180000 à la Bastille ça redonne espoir contre la finance,contre l’austérité,pour un 6e République, La bastille,les valeurs de la Révolution Française ,L’humain d’abord,c’est des choses que vous ne pouvez pas ou plus comprendre
    C’est autre chose que votre mini regroupement au pied de Jeanne d’arc et la famille lepen, à chacun ses valeurs

    1. Belle manif en vérité. J’ai du respect pour les salarié(e)s comme pour les entrepreneurs qui investissent. Un peu moins pour les apparatchiks qui les manipulent.
      Quelque chose de supérieur doit les réunir: la France souveraine, loin des diktats Bruxellois et Berlinois.
      Nous avons, nous, pour volonté de la protéger de l’UE et de l’euro, outils des agents du medef que vous soutenez malgré le bruit, la fureur, le tumulte et le fracas.
      RDV aux prochaines élections et vivement 2017.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Close

Adblock a été detecté.

Merci de nous aider en désactivant votre blockage de publicité