A la uneActualité générale.ActualitésInsolite

GARD Cannes et son festival d’anecdotes… Reportage

De Cannes à Cannes-et-Clairan, de l'univers des mondanités à l'univers de la simplicité. Photo DR/S.Ma

C'est une première. Stéphanie Marin, journaliste pour Objectifgard.com est partie en immersion à Cannes. Attention, pas sur la Côte d'Azur, là où le tapis rouge est d'ores et déjà déroulé pour célébrer le 66e Festival de cinéma international en compagnie de nombreuses stars (et son lot de photographes.) Non, l'autre Cannes, la commune gardoise, celle qui est plantée dans la garrigues entre Nîmes et Alès : Cannes-et-Clairan. Il faut savoir se donner les moyens de ses ambitions et avoir les ambitions de ses moyens...

Yves, 81 ans, une star à sa façon. Photo DR/S.Ma

Là, il n'y a pas de port et donc pas un seul yacht à l'horizon. À Cannes-et-Clairan, la verdure domine le paysage. On entend plus les gazouillis des oiseaux que ceux des stars du 7ème art qui vantent leur performance devant la caméra de tel ou tel grand réalisateur. Ici, le long des rues étroites de ce village qui garde bien caché ses quelque 500 âmes, en pleine après-midi sous un soleil de plomb, le public n'est pas au rendez-vous. Au plus grand désespoir d'Yves, un chauffagiste à la retraite âgé de 81 ans installé à Cannes-et-Clairan, il y a à peine un an et demi. Assis sur le rebord de la fenêtre de sa maison située au cœur du village, sous un petit coin d'ombre, l'homme regarde passer les heures. "Ma fille habite ici, alors je m'y suis installé. Mais c'est très calme" se désespère celui qui vivait autrefois à Ganges. Et ici pour se distraire, il ne faut pas compter sur les commerces ou les cafés. Le Carlton n'évoque rien à personne ici. Pas de casino non plus. Il y a bien eu un restaurant tenu par Monsieur et Madame Croisette (véridique !), mais il a fermé depuis des années maintenant. Seule une épicerie-boulangerie garde ses portes ouvertes, mais encore faut-il tomber à la bonne heure et notamment l'après-midi puisque le commerce de proximité Chez Claudie n'est ouvert que de 17 heures à 19 heures (le matin de 8h30 à 12h30).

Wim Wenders à Cannes-et-Clairan

Wim Wenders, Sylvette Dommartin et le maire de Cannes-et-Clairan, William Seguin, en 2005. Photo Reproduction S.Ma

C'est une certitude, à Cannes-et-Clairan, la star se fait rare. Et pourtant, la commune a vu passer sur ses terres, le cinéaste allemand qui a reçu la Palme d'Or au Festival de Cannes en 1987 pour le film Paris, Texas. C'était en 2005, une photo dans le bureau du maire de la commune, William Seguin, en témoigne. Un formidable concours de circonstance. En 2005, le cinéaste était marié avec l'actrice Solveig Dommartin (décédée en janvier 2007 suite à une crise cardiaque), qui n'est autre que la fille de Sylvette Dommartin, l'ancienne présidente de l'association de la Muscadière très active à Cannes-et-Clairan depuis les années 70. Celui qui a monté à plusieurs reprises les marches de Cannes, s'est laissé séduire par le calme et la beauté des murs de pierres de Cannes-et-Clairan.

Michèle Roche, secrétaire de mairie à Cannes-et-Clairan depuis 22 ans. Photo DR/S.Ma

Une autre célébrité a failli se perdre dans le paysage verdoyant de ce petit coin de paradis. Frédéric Mitterrand, alors ministre de la Culture sous l'ère Sarkozy. "Son attachée de communication m'a contactée à la mairie, elle voulait avoir des renseignements sur une certaine villa Éloïse à Cannes. Ça m'a fait rire, parce qu'elle pensait qu'elle appelait le Cannes de la Côte-D'Azur" se souvient Michèle Roche, secrétaire de mairie à Cannes-et-Clairan, sous ses faux airs de Nathalie Baye. Alors elle a donné à l'attachée de communication de l'ancien ministre le numéro de la mairie de Cannes. "Ce n'était pas la première fois que cela m'arrivait. J'avais depuis longtemps enregistré le numéro dans mon téléphone." Cette anecdote est plutôt amusante mais il y en a eu des moins drôles comme ces vols à répétition des panneaux de signalisation d'entrée du village. À savoir que le coût de ces panneaux dépasse les 300€ pièce.

Cannes-et-Clairan a aussi son festival

Francine Haudiquet, président de l'association de la Muscadière, organise la 9ème édition du Festival du Clown et du Burlesque. Photo DR/S.Ma

Cannes-et-Clairan est loin de se laisser mourir. Bien au contraire. En plus des activités sportives et des animations du club du 3ème âge, la commune peut compter sur l'association de la Muscadière pour réveiller le village avec son Festival du Clown et du Burlesque. "Ce festival a généralement lieu en même temps que celui de Cannes. L'an passé, il n'y en a pas eu. Suite au décès du président de l'association, Serge Landie, nous n'avions pas eu le cœur à faire la fête. Cette année, il aura bien lieu, du 1er au 2 juin" explique la nouvelle présidente de l'association, Francine Haudiquet. Au programme, des spectacles pour les petits et les grands au foyer et dans la rue avec des artistes locaux, Alain et Marie Vidal de la compagnie Arthema, mais aussi internationaux avec l'Américaine, Laura Hertz. Bref deux jours de clowneries au cœur du village... On est pas si loin du Festival de Cannes !

En images

Stéphanie Marin

stephanie.marin@objectifgard.com

Etiquette

Vous aimeriez aussi

1 commentaire sur “GARD Cannes et son festival d’anecdotes… Reportage”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Close

Adblock a été detecté.

Merci de nous aider en désactivant votre blockage de publicité