A la uneActualité générale.ActualitésCultureFéria de Nîmes.Féria Gard.

NÎMES EN FERIA. ANTI-CORRIDAS : Les antis peuvent-ils faire tomber Nîmes ?

Les anti-corridas de nouveau dans la rue. Mais attention, la mobilisation nîmoise de cet après-midi ne ressemble en rien à celle de la feria d'Alès, qui avait drainé plus d'un millier de militants. La raison ? "Le maire nous a interdit d'aller près des arènes. Et la préfecture nous a expliqué que cela pouvait être dangereux pour nous", explique la déléguée départementale du CRAC Europe (Comité Radicalement Anti Corrida), Nathalie Valentin. Et de reconnaitre : "On sait que le maire et une partie de la population sont aficionados. Nous sommes dans l'idée de faire tomber les villes une par une. A Nîmes ce sera plus difficile... Mais à l'occasion de la feria, on ne pouvait pas rester les bras croisés".

Natifs de la capitale gardoise, les militants se sont installés sur le rond-point du conseil communautaire. Tracts à la main, les antis interpellent les automobilistes… Et il n'a pas fallu attendre longtemps pour entendre les premiers noms d'oiseaux fuser de l'extérieur des fenêtres des véhicules. La doyenne des manifestants, Anne, a même reçu en pleine figure un gobelet de coca-cola. Délicat.

Une minorité divisée 

Le leitmotiv de cette minorité active : la défense des animaux. Pratiquement tous végétariens, ces anti-corridas dénoncent "la souffrance pour le spectacle infligée aux taureaux". "C'est une pratique injuste qui va à l'encontre de l'article 521-1 du code pénal qui condamne la souffrance animale. Et si ils font 'une exception pour la corrida', c'est qu'ils reconnaissent bien la souffrance des animaux dans les corridas'", ajoute Nathalie Valentin. "Ils" étant bien sûr les législateurs.

Distribution de tracts anticorrida.

L'argument est audible, mais les méthodes pour déplacer la norme afición nîmoise ne semblent pas des plus efficaces. Divisés en différentes associations (le CRAC Europe, la FLAC et Alliance Anti-corrida), les antis ne constituent pas une minorité consistante, puissant moteur pour impulser le changement, relevait Serge Moscovici, psycho-sociologue et père de l'actuel ministre de l'économie, à travers ses études sur l'influence des minorités.

En témoigne d'ailleurs "certains électrons libres non représentatifs de notre mouvement qui nous discréditent", reconnait Nathalie Valentin, répondant à une question au sujet de la fameuse video, envoyée par un anti-corrida à quelques aficionados nîmois, qui établit un parallèle antre les nazis et les partisans de la tauromachie.

Aucune alternative n'est d'ailleurs proposée aux acteurs économiques de la région qui vivent des corridas. Ces mêmes acteurs qui savent aisément faire pression sur les pouvoirs politiques… "La reconversion, ce sera leur problème ! Moi je n'irai pas gagner ma vie sur la torture d'un être vivant", vilipende la délégué départementale. Quant au dialogue entre les antis et le pros, il est aujourd'hui quasiment inéxistant… Les seuls contacts étant une farandole de doigts d'honneur courtoisement réalisés !

Coralie Mollaret

coralie.mollaret@objectifgard.com

Coralie Mollaret

Journaliste Reporter d'Images pendant un an à Marseille, j'ai traversé le Rhône voilà quelques années pour vous informer en temps réel sur l'actualité Gardoise…

Vous aimeriez aussi

28 réactions sur “NÎMES EN FERIA. ANTI-CORRIDAS : Les antis peuvent-ils faire tomber Nîmes ?”

    1. Nous autres aficionados nous demandons pas l’interdiction de vos rêves sur l’avenir de la Tauromachie, ni de la méthode Coué…

      A regarder la photo de l’article vous avez raison vous êtes une majorité !!

  1. Bravo à ces courageux militants pour cette action symbolique. Pas évident d’être représentés à Nîmes en pleine Féria, mais ils l’ont fait et bien fait.

  2. NIMES fait honte aux français « normaux », ceux qui ne supportent plus cette barbarie qu’est la corrida.
    Il faut être malade pour jouir d’un tel spectacle qui vise à humilier la bête mais qui ne rabaisse que le spectateur complice des tortionnaires sans âme;CORRIDA BASTA !

    1. Toujours les mêmes affirmations et détournements du sens des mots, comme « torture, tortionnaire ». Il y a là un manque de respect eu égard aux femmes et hommes torturés à tra­vers l’histoire et le temps présent. Mais lorsqu’on manque d’argument il reste l’usage de mots inadéquats pour effrayer le lecteur peu averti.
      En effet, un tortionnaire ne prend aucun risque puisque sa victime est attachée, pour être torturée, sans pouvoir se défendre… Hors un matador risque blessures et mort ! Et il le sait.
      De plus, le tortionnaire torture pour :
      – obtenir des informations, des rensei­gnements, lesquels pourraient donner (ou avouer) un toro ?
      – pour servir d’exemple par la terreur ; hors aucun congénère du toro n’assiste au combat ?
      – pour obtenir un reniement (conver­sion forcée) ; lequel le matador vou­drait-il obtenir du toro ?

      Mais direz-vous et les malades mentaux qui torturent pour leur « plaisir » ? Là, nous vous voyons aller vers l’amalgame entre matadors/aficionados et pervers, psychopathes, dégénérés… et si vous faites cet amalgame si facile vous tomberiez alors dans le domaine de l’injure ce qui ne serait pas pour un anti une nouveauté !

  3. Enville ils sont des milliers a faire la feria et la ils sont une dizaine a vouloir interdire la corrida…du grand n’importe quoi !!!

    1. ce que tu n’a pas compris, c edt que les miliers de personnes qui viennent faire la fête, ce ne sont pas ceux qu on retrouve aux arenes… nous sommes POUR la féria et CONTRE la corrida

    2. ce n’est pas la féria que l’on veut abattre c’est la corrida sanglante. et puis, ce n’est pas parce que vous voyez une minorité de personnes sur la photo qu’il faut croire que nous y sommes tous. Bien des gens ne peuvent y aller en premier lieu parce qu’une manif coûte cher à chacun et que celle d’Alès a fait fondre les porte-monnaie. Alors grand bravo à ces manifestants seuls contre des voyeurs hystériques de la mort des bovidés dans des arènes sordides. Contrairement au milieu taurin, nous ne percevons aucune subvention; seules notre détermination et notre compassion nous motivent. Au fait, on ne vous entend pas épiloguer sur la manifestante qui a reçu un gobelet de coca-cola !!!! admirez le flegme de cette dernière qui n’en fait pas tout un chapitre .

  4. Les antis ne constituent pas une minorité… ils constituent une majorité ! En effet, tous les sondages le montrent, il y a une majorité de citoyens qui rejettent les cruautés envers les animaux et sont opposés à la corrida. A quand un referendum régional ou national sur l’abolition de la corrida ?

    1. Nous voulons un référendum, c’est un droit, c’est un devoir..Mais au gouvernement, particulièrement Mr Valls sont aficions…Dans les villes taurines, les Maires sont aficions pour la majorité et défendent bec et ongle leur barbarie..Il n’hésite pas à demander des subventions pour les corridas. .

    2. Dans les départements où la tradition taurine est implantée, seuls 39 % des sondés estiment que la corrida doit être interdite, tandis que 55 % optent pour son maintien.

      48 % des personnes sondées – 1 003 personnes représentatives de la population française, âgée de 18 ans et plus – se déclarent favorables à ce que la corrida soit interdite partout en France et 42 % souhaitent qu’elle reste autorisée et 10 % ne se prononcent pas. Tel est le résultat d’un sondage Ifop pour Midi Libre en sept 2012 :

      http://www.midilibre.fr/2012/09/20/dma-sondage-midi-libre-corrida-48-votent-l-interdiction,565594.php

  5. OUI NOUS NOUS BATTRONS EN PERMANENCE ET DECENDRONS DANS LA RUE ENCORE PLUS NOMBREUX QU’A ALES !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!! LA CORRIDA BASTA !!!!!!!!!!!!!!!!! LA CORRIDAS EST UN MASSACRE !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!! ON NE VEUT PLUS VOIR CA EN FRANCE AU 21 em SIECLE !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!! CORRIDAS ON EN VEUT PLUS !!!!!!!!!!!!!!!!!

  6. Nous étions des milliers à Alès et nous ne lâcherons jamais cette cause. Cette ignominie doit disparaître de la planète. Nous ne sommes plus à l’âge de pierre. Les Français savent ils que leurs impôts financent les corridas, ainsi que l’union Européenne. C’est une honte, pourquoi le gouvernement n’entend t’il pas les 80% de Français contre cette barbarie…Merci à Nathalie Valentin et aux autres qui n’ont pas eu froid au dos. Nous connaîssons la violence des aficions, nous avons vu ce qui s’est passé à Rhodihan. La féria est une « fête » pour les pervers. Cette « fête » mobilise des bataillons de policiers ce qui coûte encore à la communauté..Nîmes ville de la honte, ville de sang, ville de hurlement de douleur…CORRIDA ABOLITION…

  7. Bravo à ses personnes courageuses, il faut sensibiliser un maximum, car nous en avons marre des images édulcorées qu’on nous montre à la télé. La réalité est beaucoup plus cruelle, et ne rien dire c’est cautionner. Il faut dire stop, et nous voulons un référendum, les Français en ont marre, que nos impôts passent dans cette cruauté. Corrida Basta

  8. Vous n’y comprenez rien … La corrida est un art … Un combat un spectacle entre l’homme et le taureau … Faut y être pour comprendre !!! Elle existe depuis très longtemps et continura a exister …

    1. La corrida est un « art », on n’y comprend rien. Nous savons en tout cas ce qu’est l’art et certainement pas une pauvre bête transpercée de part en part, se vidant de son sang et hurlant de douleur. Vous êtes de grands malades si vous pensez que la corrida est de « l’art »..Le taureau ne demande rien, prenez sa place et faîtes de l’art…Elle ne continuera pas à exister, la révolution est en marche et nous marcherons encore et encore jusqu’à la fin de cette ignominie.

    2. la corrida , un art ??? « il faut y être pour la comprendre »….. Ah! oui, et toi tu te trouves où exactement ? Cesse de ressasser et essaie de penser par toi-même; les traditions ne doivent jamais entacher l’intégrité physique d’un animal, sinon elle ne font que prouver qu’il n’y a pas eu d’évolution morale . Une tradition est un frein au progrès , quand en plus elle génère le sang innocent d’un être qui ne sait même pas ce qu’on lui demande , elle est totalement obsolète , avilissante et déshumanisante.
      Tradition= immobilisme de l’esprit.

  9. Comment ça « une minorité divisée ? » Les anti-corrida représentent les 80 % de français opposés à la corrida, 80% ce n’est pas une minorité que je sache.

  10. Le problème c’est que les politiques ne veulent surtout pas de référendum sur ce sujet car ils connaissent bien sûr la réponse ! Finie la torture animale !
    La corrida, c’est un déni de démocratie mais comme d’autres sujets évidemment !
    A mon avis, la corrida tombera toute seule, par une baisse significative de la fréquentation, déjà très sensible ! Mais enfin, pour jouir de la souffrance d’un être vivant sensible, peut-on être doté « d’humanité » ! Certainement pas ! Alors…

  11. La reconversion !!! Un bien gros mot pour les éleveurs de visons, les égorgeurs halal/casher, les picadors, toreros et autres….

    Pourtant, l’industrie du tabac ou des mines anti-personnel s’est bien reconvertie, elle, pas vrai ?

  12. Laissez tomber cette idée de referendum, qui est un piège (non seulement selon la façon dont est posée la question mais aussi selon ce qu’on fait du résultat) : rappelez vous le NON au referendum de Maastricht en 2005 et comment le pouvoir s’est assis dessus.

    La corrida s’arrêtera par défaut de subventionnement public, de spectateurs (ils sont âgés et c’est has been d’y aller, pour les jeunes qui ont de la culture et de la sensibilité) et aussi pour cause de troubles à l’ordre public.

  13. Et qu’en est t’il de cette barbarie qui consiste à égorger TOUS LES ANIMAUX pour pouvoir les consommer et qui est Obligatoire selon les rites d’une certaine religion?
    Bizarre que les ANTIS ne se manifestent jamais sur ce sujet…

    1. les pro corridas sont à la fois fatigants et amusants : combien de fois a-t-on répété qu’on se bat aussi contre TOUTES les barbaries (j’ai d’ailleurs cité l’abattage rituel dans mon post plus haut). Aucun aficionado à la manif anti abattoir rituel à Guéret, en avril (ils sont même pas au courant, je parie !)
      Le sophisme du pire, yen a marre : les aficionados, on ne les voit jamais ailleurs que dans les arènes ou à faire des doigts ou insulter les militant(e)s. Jamais on les a vus à une manif en faveur des animaux ou de la biodiversité, alors, basta.

  14. d’aucuns parlent ici de combat entre un animal et un homme. Peut-on parler de combat
    – quand un -des -adversaires a été emmené de force sur le lieu ?
    -quand un -des -adversaires a été « préparé « ? c’est à dire, a subi un certain nombre de tortures au préalable (souvent inconnues du grand public) pour que, sous l’effet de la douleur, il cherche à se débarrasser à tout prix de cette main qui le torture ?
    – quand un -des -adversaires cherche à tout prix à fuir les coups extrêmement douloureux et cherche désespérément une sortie ?
    – quand un -des -adversaires, les poumons transpercés selon la règle établie, vomit le sang tandis qu’un pantin aux fesses moulées dans un collant de barbie s’agite en prenant des poses théâtrales et obcènes ?
    – quand l’AUTRE adversaire a sa propre définition d’un combat loyal et cache traîtreusement ses instruments de torture sous un chiffon ?
    – quand enfin ce combat truqué ne trouvera d’issue que dans la mort programmée et sys-té-ma-ti-que d’un -des- adversaires…

  15. Une chose est certaine, d’un coté les aficionados comprenant qu’une personne ne puisse aimer la Corrida… de l’autre les antis qui comme les inquisiteurs, non seulement refusent que l’on puisse aimer l’art de la corrida, mais pour qui l’aficionado ne peut-être qu’un malade…

    Lire leurs commentaires démontre leur mépris pour la diversité culturelle. Et cette diversité que nous défendons n’est pas celle qui opprime, qui mutile, des femmes ou des hommes dans l’impossibilité de se défendre, au nom d’une tradition religieuse ou ancestrale…
    Il est vrai que pour les « militants » anti-corrida leur maitre à penser est JP Garrigues, celui qui déclare : « J’ai choisi de ne pas avoir d’enfant. Je ne veux pas être responsable de la venue d’un humain supplémentaire. Nous sommes déjà trop nombreux. ». « Je suis un vegan. C’est-à-dire que je ne contribue pas à cette exploitation, quelle qu’elle soit », explique-t-il, en montrant sa ceinture et le bracelet de sa montre, garantis sans cuir. »

    http://www.midilibre.fr/2013/05/10/ales-une-arene-reputee-fragile-le-grand-jour-de-jean-pierre-garrigues,694306.php

  16. « les inquisiteurs » seraient donc les gens civilisés qui veulent abolir toute souffrance quelle soit animale ou humaine ? faut oser le dire ! je pense que l’auteur d’une pareille bourde n’a pas atteint son stade d’hominisation , petite explication à cet homme : Processus évolutif qui a conduit à la formation de l’homme actuel, à partir de certains Primates ayant acquis des caractères tels que la station debout, l’augmentation du volume du cerveau et le développement des facultés intellectuelles. Sur ce dernier point Monsieur Rouge, vous en êtes resté à l’homme de Cromagnon !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Close

Adblock a été detecté.

Merci de nous aider en désactivant votre blockage de publicité