A la uneActualités Gard.EconomieEconomie.

SOCIAL La grève s’installe chez Call Expert à St Christol pour une durée illimitée

Conférence de presse improvisée sur le parvis de Call Expert à St Christol. Ph. DR/RM

Après une première journée et une première nuit passée à a occuper les locaux (voir notre article) sans parvenir à une rencontre avec la direction, les salariés ont organisé ce matin un point presse pour faire connaître leur revendications.

A l'appel de la CGT - le syndicat CFDT ne cautionnant pas le mouvement de grève (voir le communiqué ci-dessous) -, les salariés grévistes de la société de télémarketing ont donc répondu aux questions des journalistes ce jeudi matin. Déléguée Syndicale CGT et membre du comité d'entreprise, Stéphanie Mallia  a évoqué les tenants de la grève qui vise à "garantir l'emploi sur le site de St Christol". "En effet lors d'un CE extraordinaire il y a trois mois nous avons appris que le non renouvellement du contrat France Loisirs, on nous a parlé alors de deux appels d'offres, l'un d'entre eux est déjà pris en charge par le site Call Expert d'Abbeville et l'autre émane d'une société qui s'avère en liquidation... Depuis nous avons appris que le contrat avec la société Odigéo (loisirs) qui représente 80% de notre activité n'était pas renouvelé et se terminait le 31 décembre. Or Bertrand Delamarre, le président, nous renvoie la question : qu'est ce qu'on fait après ? en précisant qu'il ne comptait pas "déshabiller" le site d'Abbeville qui emploie 600 personnes." Pour Stéphanie Mallia les objectifs de la direction sont de fermer simplement le site en le liquidant petit à petit. "Ainsi nous sommes passé en un an d'un effectif de 149 personnes à 105 soit une perte de 30% du personnel en un an. En début de semaine il y a eu deux nouveaux licenciements et une mise à pied". "S'il y a un plan social ici, il sera pour 105 salariés en non pas 50" clame la déléguée CGT. La question s'est posée la semaine dernière : "Est ce qu'on attend que M. Delamarre plie boutique au 31 décembre ou est-ce qu'on se bat dès aujourd'hui ?". Et puis, tout a basculé. Et  Stéphanie Mallia de faire circuler parmi les journalistes l'annonce d'une offre low cost lancée depuis l'ïle Maurice par Call Expert avec un tarif horaire de 7,90 € HT (hors Télécom) soit 40% de moins que le prix moyen.

Les locaux abandonnés ce jeudi 6 juin. Photo DR/RM

"Aujourd'hui comme hier, on n'a pas vu la directrice de plateau sur le site. Personne ne recense donc les grévistes et les non-grévistes, ceux qui le veulent ne pouvant d'ailleurs pas  travailler, la direction ayant coupé l'accès aux logiciels depuis hier" expliquent les salariés. Les salaires de mai n'avaient toujours pas été virés ce matin et les rumeurs enflaient. Soutenus par l'union locale CGT les grévistes ont énoncé leur revendications : "garantie de l'emploi, tenue d'une réunion extraordinaire, reconduction des 21 contrats CDD en CDI, levée des sanctions disciplinaires..." d'autre part ils dénoncent "le mal être dans l'entreprise (4 inaptitudes en un mois à la médecine du travail pour une moyenne d'age de 25 ans"). Des salariés qui déclarent "ne vouloir négocier que sur place", y compris avec le sous-préfet qu'ils invitent sur le site "car c'est ici que l'on défend notre emploi".

Au nom de l'union locale CGT, Bernard Vire rappelle pour sa part les nombreuses aides dont a bénéficié l'entreprise : aide à l'installation, exonération des loyers, puis pendant le redressement, dégrèvement des cotisations Urssaf... et s'inquiète de l'utilisation de l'argent public. Convaincu aujourd'hui que le dialogue social ne servira qu'a gagner du temps, il confirme que "la négociation doit se faire ici sur le site afin que l'on comprenne que le bassin alésien est en danger". Peu surpris de la prise de position de la CFDT (ci-dessous) il confirme que son syndicat soutiendra les syndicaliste CFDT grévistes. Il lance d'ailleurs un appel aux dons pour soutenir les grévistes, déclare qu'il part rencontrer dès cet après midi plusieurs élus de l'agglomération et annonce un comité de soutien pour ce soir à 17h30 sur place.  Dimanche un nouveau rassemblement est prévu à 10h30 pour la marche des femmes.

La CFDT ne cautionne pas le mouvement
Communiqué : Nous vous informons que notre organisation ne cautionne pas le mouvement de grève organisé par la CGT sur le site Call Expert Languedoc-Roussillon de St Christol lez Alès. Si en effet, le principal client Odigéo n'a pas reconduit le contrat qui le liait à Call Expert, nous trouvons prématuré d'engager une action syndicale : l’activité étant maintenue sur le site jusqu'en décembre 2013. De plus, le PDG du groupe s'était engagé a tout mettre en œuvre pour trouver de nouveaux contrats. Nous déplorons cette situation : en l'état actuel des choses, nous craignons qu'Odigio ne respecte pas le délai de prévenance et en profite pour se désengager dès à présent. En plus, avec cette mauvaise publicité, si le conflit venait à s'enliser, cela va être "mission impossible" pour retrouver des contrats à faire exploiter par Call Expert Languedoc-Roussillon. Alors oui, les conditions de travail ne sont pas idéales dans cette entreprise, pour autant faut-il tout mettre en œuvre pour la faire fermer ? Dans un bassin d'emploi aussi touché que le nôtre par le chômage, faire un trait sur 127 emplois c'est tout simplement irresponsable ! Pour le Syndicat CFDT Service Gard Lozère, Sébastien Gil.

Etiquette

Vous aimeriez aussi

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Close

Adblock a été detecté.

Merci de nous aider en désactivant votre blockage de publicité